Les ponts de Narni

7 Ponts de Narni : compléments

6 août 2019

Capriccios

A la différence d’autres monuments antiques, le pont d’Auguste a été très peu utilisé pour des paysages ou des architectures de fantaisie. En voici quelques rares exemples.

 

Asselyn, Jan, after 1610-1652; Landscape with a Bridge in the Italian Countryside

Paysage italien avec un pont
Jan Asselyn, vers 1640, Cannon Hall Museum, Park and Gardens, Barnsley

Ce paysage de fantaisie mélange plusieurs souvenirs italiens : si la topographie, en contrebas du village, rappelle celle du pont d’Auguste, la pile est celle du Ponte Rotto à Rome.


sb-line

 

1754 ca Wilson, Richard capriccio con il ponte di Augusto coll priv

1754 ca Wilson, Richard capriccio con il ponte di Augusto bis coll priv

 
Capriccio avec le Pont d’Auguste 
Richard Wilson, vers 1754, collection privée

Dans ces deux versions, l’une de jour et l’autre au soleil couchant, Wilson rajoute au pont d’Auguste la rotonde du temple de Vesta de Tivoli.



sb-line

1780 NICOLLE, Victor Jean

Gravure de Victor Jean Nicolle, 1780

Le graveur a rajouté, à droite du pont médiéval, une arche isolée évoquant maladroitement le pont d’Auguste.


sb-line

Francois Kaisermann The Bridge of Augustus near Narni Florence Court, County Fermanagh

Le Pont d’Auguste près de Narni
François Kaisermann, date inconnue, Florence Court, County Fermanagh

Du pont d’Auguste, ce paysage de fantaisie n’a que le nom.


sb-line

 

1810 cc_bertin_Jean Victor retourne_Pont Narni
Jean-Victor Bertin, vers 1810, collection privée (inversé de gauche à droite)

 

 

1790-Jean-Thomas Thibault aquarelle Pont de Narni
Jean-Thomas Thibault, 1790, lavis, Harvard Art Museums/Fogg Museum

Bertin, un des maîtres de Corot, illustre ici l’esthétique néo-classique du paysage : il ne s’agit pas de s’embarrasser de la réalité, l’artiste a toute latitude pour recomposer les éléments selon sa conception de la beauté.

Inversons d’abord son tableau, de manière à placer le pont médiéval dans le bon sens (avec ses arches à droite de la tour). Le pont antique est montré avec la même exagération verticale que dans l’aquarelle de Thibault. Par comparaison avec celle-ci, le pont médiéval a été décalé vers la gauche, de manière à ce que sa tour soit comparable en hauteur à la pile de gauche.


1810 cc_bertin_Jean Victor_Pont Narni
Regardons maintenant le tableau non inversé : il s’agit d’une classique vue de l’Est,  avec son contre-jour et le monastère s’encadrant dans l’arche ( voir 6 Narni : Le pont antique vu de l’Est). Mais dans ce point de vue, évidemment, le pont médiéval n’a plus sa place.

Ici, la méthode trouve une sorte de point culminant : en superposant en une seule toile des éléments de la vue de l’Ouest  et la vue de l’Est, Bertin invente une sorte de tableau réversible, combinant deux points de vue à 180 degrés.


1819 Bertin Louvre

Bertin, 1819, Louvre, Paris

Dans cette petite toile, Bertin rajoute à droite de l’arche l’autre curiosité touristique de la région : la cascade des Marmore.


2019 timothy-rodriguez-bridge-narni

Le Pont de Narni
Timothy Rodriguez, 2019

Timothy Rodriguez imagine la même fusion, d’une manière autrement impressionnante.


Autres points de vue

Pour terminer, voici quelques idées peu ou pas exploitées par les artistes

Le pont médiéval vu depuis Narni

 

 

1908 Narni
Carte postale, 1908

1914 Brangwyn , Frank Medieval Illustration pour The book of bridges
Frank Brangwyn, 1914, Illustration pour « The book of bridges »

 

On constate que la vignette de 1914 ne tient pas compte du nouveau tablier en acier.


sb-line

L’église Santa Maria del Ponte derrière le pont d’Auguste

1905 Narni Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Carte postale vers 1905, Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Ce point de vue très étudié englobe sous l’arche la totalité du pont médiéval, et rajoute à gauche l’église Santa Maria del Ponte.


1952 Narni Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Carte postale de 1952, Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Ce point de vue met l’église en valeur : sa façade, détruite en 1944 en même temps que le pont médiéval, avait été récemment reconstruite. Ainsi l’image rend implicitement hommage à la résilience italienne.



sb-line

L’arche du chemin de fer

1927 Bartolucci-Alfieri eau forte A

Bartolucci-Alfieri, 1927, eau forte 

Ce point de vue malicieux, toute en respectant parfaitement la topographie, détourne la vue habituelle du Pont d’Auguste et rabaisse l’arche glorieuse au niveau du chemin de fer.



sb-line

Le pont routier derrière le pont d’Auguste

 

1959 Narni 1 Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Carte postale, 1959, Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Un point de vue choisi pour inscrire harmonieusement le nouveau pont dans la vue classique.

 

1951 GUTTUSO Renato Ponte di Narni
Renato Guttoso, 1951

2007 Ann Vasilik aquarelle ponte-di-augusto
Aquarelle de Ann Vasilik, 2007

Deux visions opposées du même point de vue :

  • en 1951, Guttoso élimine le monastère et exalte le nouveau pont, dans une optique encore futuriste ;
  • en 2007, Vasilik minore le pont moderne vis à vis des témoignages du passé.



sb-line

Le pont d’Auguste derrière le pont routier

 

1953 Narni Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni
Carte postale, 1953, Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

1965-NARNI-TR-Veduta-dei-ponti-sul-Nera
Carte postale, 1965

Ce nouvel emboîtement donne au pont d’Auguste le rôle subalterne que jouait précédemment le pont médiéval. Cette inversion illogique explique le peu de succès de la formule…


2005 Il Muline Eroli e il ponte di Narni Xavier de Maistre eau forte exposition 2015

Il Muline Eroli e il ponte  di Narni,  Xavier de Maistre, 2005 eau forte,  exposition de  2015 [1]

…mis  part cette intéressante composition de Xavier de Maistre, où les deux chiens et le héron du premier plan font écho aux arches jumelles et à l’arche unique, comme si le pont domestique enviait le pont sauvage.



sb-line

Vue plongeante depuis la rive gauche

Il est dommage que ce point de vue très symbolique n’ait été exploité par aucun artiste.

1935 narni

Carte postale de 1935

Cette carte postale d’avant-guerre montre le croisement en X de l’ancienne route et du chemin de fer, ainsi que l’étagement des époques : antique, médiévale, industrielle.


1959 Narni Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Carte postale de 1959, Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

La seconde donne toute l’importance au Y du pont moderne, flambant neuf après les dégats de la guerre. On voit également, à l’arrière, la passerelle qui remplace le pont médiéval définitivement disparu.


Synthèse quantitative

Ma base de données, qui comporte 75 oeuvres, permet de confirmer quantitativement quelques tendances assez logiques.

PontsNarniGraphe

Depuis l’Ouest, les vues au niveau de la rivière, qui cadrent le pont médiéval sous le pont antique, apparaissent en premier (N°3 sur le schéma, voir 2 Ponts de Narni : vue de l’Ouest) : elles sont les plus satisfaisantes de vue symboliquement, en plaçant le pont médiéval sous la coupe du pont antique, et en permettant des vues nostalgiques au soleil couchant.

Elles sont renouvelées par les vues plongeantes depuis l’Ouest (N°4, voir 1 Ponts de Narni : vue plongeante (depuis l’Ouest)) qui, si elles n’ont pas été inventées par Corot, se développent surtout après lui.

La vue quantitativement privilégiée a globalement été celle du pont d’Auguste seul, vu de l’Est (N°5, voir 6 Narni : Le pont antique vu de l’Est), qui offrait la facilité de pouvoir se placer à loisir sur le pont médiéval. Elle a l’avantage de montrer le monastère de San Cassiano, en général cadré sous l’arche.

Très peu nombreux en revanche ont été ceux qui ont reculé en arrière du pont médiéval, pour l’inclure dans le champ (N°0 sur le schéma, voir 4 Ponts de Narni : vue de l’Est) : sans doute parce que cette vue, en inversant la hiérarchie entre l’antique et le médiéval, est gênante symboliquement.

La vue de biais (voir 5 Narni : Les ponts vus de biais), qui met en équilibre les deux ouvrages, n’a tenté que quelques artistes, surtout autour de 1850.

Enfin, la vue du pont médiéval seul est très minoritaire (voir 3 Narni : le pont médiéval) : l’attraction-phare de Narni a toujours été le Pont d’Auguste.

sb-line

Références :
[1] « Il Ponte di Augusto a Narni », Sandro di Mattia, Giovanna Eroli e Fabrizio Ronca, exposition 2015

1 Ponts de Narni : vue plongeante (depuis l’Ouest)

23 novembre 2013

Les ponts de Narni, étape obligée du Grand Tour pour les touristes du XVIIIème et du XIXème siècle, ne sont plus guère visités aujourd’hui. Ils ont pourtant été durant deux siècles représentés sous tous les angles, fournissant aux artistes d’intéressants exercices de composition, et de méditation sur les ruines.

De nouvelles sources étant apparues sur Internet depuis 2013 [1], une révision de cette série d’article s’imposait : corrigée sur certains points et considérablement étoffée, elle présente maintenant 75 oeuvres.

Etude du pont d’Auguste sur la Nera

Corot, 1826, musée du Louvre

1826-Corot_Pont de Narni

Cliquer pour agrandir

Ce petit tableau (48cm X 24) a été réalisée à Narni en septembre 1826 par Corot, lors de l’un de ses voyages en Italie.


Corot pré-impressionniste ?

Considéré pendant longtemps par la critique d’art comme un chef d’oeuvre de l’impressionnisme avant l’heure,  et comme la preuve du génie novateur de Corot, le tableau a repris désormais une place plus modeste : celle d’une étude peinte rapidement sur le motif, et qui n’a jamais été destinée à être exposée  telle quelle.


1926 Filippo de Pisis d apres Corot
Les ponts de Narni

Filippo de Pisis, 1926
2019 paolo argeri the_revisited_narni_bridge
Le Pont de Narni revisité

Paolo Argeri, 2019

Deux hommages modernes à l’étude de Corot :

  • vision noire pour Filippo de Pisis, où l’ombre vient compléter le pont dans une sorte de tablier inversé ;
  • couleurs fluo et structure guimauve pour Paolo Argeri.

Le Pont de Narni

1827, Corot, Musée des Beaux Arts du Canada, Ottawa

1827-Corot-Pont de Narni - Salon

Cliquer pour agrandir

Le  tableau achevé mesure exactement le double de l’étude (93 cm X 68 cm). Il fait partie du lot de deux paysages envoyés par Corot pour sa première participation au Salon, en 1827 : enjeu important, donc,   pour le jeune peintre de trente et un ans.


Un paysage de composition

Eduqué à la spontanéité, notre oeil porte un regard critique sur ce genre de composition, qui nous apparaît académique, trop élaborée,  trop travaillée : ce justement en quoi résidait, à l’époque néoclassique, la noblesse de la peinture de paysage. Evitons ce poncif de l’Histoire de l’Art qui consiste à comparer l’étude à l’oeuvre achevée, avec tous les anachronismes et préjugés nécessaires. Et essayons seulement de voir  ce que Corot a modifié par rapport à l’étude, et ce qu’il aimait tant dans cette oeuvre de jeunesse, au point de la garder jusqu’à la mort accrochée dans sa chambre à coucher.


Ombre et reflet

1826-Corot_Pont de Narni_piles1827-Corot-Pont de Narni_piles
Supprimer le remous blanc  et décaler la rive droite permet de faire apparaître, en plus de l’ombre des piles, leur reflet vertical dans l’eau : reflet qui, en les prolongeant, leur donne plus de grâce et de stabilité.




Route et fleuve

La route se développe jusqu’à occuper autant de place que le fleuve : le moyen de voyager et l’obstacle au voyage épousent la même forme sinueuse.

Dans l’étude, la Nera est boueuse, excepté la géniale tâche bleue qui, comme une turquoise dans sa gangue, capte le regard vers l’arche disparue.
1826-Corot_Pont de Narni_tache bleue
Dans le tableau achevé, la Nera est devenue  azuréenne  :

terre et eau, chemin et fleuve, moyen et obstacle, se ressemblent par la forme et se séparent par la couleur.


Les pins italiens

1827-Corot-Pont de Narni pins

Pour le visiteur du Salon, les pins caractérisent le paysage italien. Autre intérêt du point de vue de la composition :   leur inclinaison ramène le regard vers le pont, et évoque une tension vers l’autre rive,  demi-arche végétale au dessus de l’arche de pierre disparue.


Les paysans italiens

Autre marqueur italianisant : les deux pâtres en guêtres blanches, gilet de peau et chapeau pointu ; et les deux femmes en robes longues et coiffes blanches.

1827-Corot-Pont de Narni personnage droite
A droite du chemin, un des hommes remonte sa guêtre.

1827-Corot-Pont de Narni personnages gauche

A gauche, une femme debout discute avec l’autre pâtre, tandis qu’à coté une femme assise file sa quenouille. Il n’en faudrait pas beaucoup plus pour imaginer une rivalité entre la robe verte et la robe rouge, une dispute à l’italienne entre le couple debout et le couple assis  : mais Corot ne commet pas la maladresse de polluer par une anecdote secondaire le sujet principal : le paysage.
1827-Corot-Pont de Narni chevres
Et les chèvres d’un blanc candide ramènent la scène vers le bucolique et l’absence de mauvaises pensées.


Matin et  Soir

Au Salon du 1827, le tableau  portait comme sous-titre  Le Matin.  Effectivement, l’ombre des piles  correspond à un soleil au Sud Est, donc quelques heures après la levée du jour pour une vue prise en septembre (à l’équinoxe, le soleil se lève exactement à l’Est).

Le second tableau du salon de 1827, La Cervara ou La campagne romaine représentait quant à lui Le Soir.

Le Pont de Narni (le Matin)

Musée des Beaux Arts du Canada

1827-Corot-Pont de Narni

La Cervara (le Soir)

Kunsthaus, Zurich

1827 Corot La campagne romaine-la-cervara

Le matin, le ciel est sans nuages.
Les paysans ont le temps de bavarder au bord du chemin tandis que les chèvres vont paître.
Hommes et bêtes pénètrent vers l’intérieur du tableau, dans une lumière généreuse.
Le soir, le ciel est sombre.
Un paysan court, l’autre espère rentrer son charriot de foins avant que l’orage n’éclate.
Homme et vaches vont sortir du tableau que l’ombre gagne, sauf un dernier spot de lumière violente.

Les marges  du paysage se répondent d’un tableau à l’autre : les deux bords externes montrent un bosquet et un chemin, les deux bords internes une colline creusée d’une anfractuosité.

Les deux tableaux ont bien été conçus comme des pendants : mais leur discrète opposition  est surtout, pour le jeune artiste, prétexte à prouver sa maîtrise des effets de lumière.


Une disparition inattendue

Pour terminer, mettons en parallèle  l’étude et le tableau : une différence majeure n’a jamais été relevée par tous ceux qui ont pratiqué jusqu’à plus soif l’exercice de la comparaison stylistique :

pourquoi l’étude montre-t-elle deux ponts, et la version définitive  un seul ?

1826-Corot_Pont de Narni_detail

Or il y avait bien deux ponts à Narni : un pont médiéval  permettait de traverser le fleuve, à quelque dizaines de mètres derrière la ruine romaine.

Quelle raison impérieuse a pu pousser Corot à cette ablation ?  Pourquoi s’exposer aux critiques, sachant que le motif des deux ponts de Narni était assez connu et que certains visiteurs du Salon avaient forcément fait le voyage ?


Une volonté de simplification

Corot avait d’abord pensé à rajouter un troupeau de vaches traversant le fleuve à gué.
1827-Corot-Pont de Narni croquis vaches

1826-1827, National Gallery of Canada, Ottawa

Puis il y a renoncé, préférant un premier plan neutre, réduit à un talus : seul demeure de cette première  version le pâtre qui remonte sa guêtre, à l’entrée du sentier menant à la Nera. Et peut être la suppression  du pont médiéval, si l’idée était de souligner, par le gué, l’absence de pont.

Mais la raison principale de cette suppression est sans doute formelle : depuis ce point de vue, plus éloigné que dans l’étude, le second pont aurait introduit  à l’arrière-plan  une complication visuelle peu lisible, un barrage sur le fleuve empêchant  le regard de s’échapper vers le lointain.

La suppression des vaches ouvre la Nera vers l’avant, celle du pont médiéval l’ouvre vers l’arrière : ainsi le fleuve apparaît-il comme fluide et illimité, par comparaison au chemin de terre bloqué entre le talus et le bois.

S’il y a une audace chez Corot, ce n’est pas tant dans la touche qu’il faut la chercher, que dans cette capacité à trancher dans la réalité, au profit d’une Beauté qui la dépasse.

Reste à voir si d’autres artistes que Corot

se sont livrés à cette subtilisation du pont médiéval de Narni.


Les ponts de Narni

Jean-Joseph-Xavier Bidauld, 1790, Collection privée

1790 Jean-Joseph-Xavier Bidauld_Pont Narn

Corot était moderne par la main mais neoclassisque de coeur : aussi admirait-il beaucoup le paysagiste Bidault, auteur de cette composition  quelque peu encombrée, exposée au Salon de 1793 (on ne sait pas si Corot la connaissait).

A contrario, elle prouve combien le second pont peut cannibaliser le premier, attirant l’oeil sur la circulation des voyageurs plutôt que sur celle du fleuve.



1790 Jean-Joseph-Xavier Bidauld_Pont Narni noce
En outre, sur le chemin de gauche,  Bidault a rajouté une noce à l’italienne complète, ouverte  par un berger, des brebis, des vaches, un chien, et fermée par un cornemuseux en galante compagnie.

Pour faire bonne mesure, une cascade imaginaire, à droite, finit de dégrader le pont antique au rang de décor secondaire.


Les ponts de Narni

Pierre-Athanase Chauvin, 1813, collection privée

1813 Chauvin-Pierre-Athanase-La-valle-di-Narni-con-le-rovine-del-ponte-di-Augusto- Munich, Daxer und Marschall Kunsthandel. .png

Chauvin choisit presque le même point de vue que Bidauld, mais de plus loin : du coup les deux ponts se confondent et s’ajoutent à la haie d’arbres pour faire barrage à la rivière, dont les méandres réapparaissent un peu plus loin. L’élément animé est un un troupeau de moutons, sur la droite.


1790-1833 Keiserman Francois coll priv

Les ponts de Narni
Francois Kaiserman, 1813-1833, collection privé

Le tableau de Chauvin a été recopiée par Kaiserman à une date inconnue.


1948 Narni Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni 

Cette carte postale des années 1930 montre que le site n’avait guère changé, mis à part la réfection en acier d’une partie du pont médiéval, et la ligne de chemin de fer à gauche.


Les ponts de Narni

1832, lithographie de Day, dessin de Linton

1832_Day_Linton_Pont Narni
Même point de vue, encore d’un peu plus loin. La couleur locale  est soulignée, comme chez Corot, par le pin et par le chevrier.


william-linton-the-broken-bridge-at-narni-near-orvieto
Le pont en ruines de Narni près d’Orvieto
William Linton, collection privée

Linton a tiré de son dessin cette toile, qui met encore plus en évidence le rôle du pin parasol, pendant démesuré de l’unique pile du pont.


Les ponts de Narni

BBillmark, dessin, 1838, Nationalmuseum, Stockholm

1838, Billmark, dessin, Nationalmuseum, Stockholm

 

Dans leur quête de renouvellement, les artistes sont amenés à se rapprocher des deux ponts, à la recherche de points de vue de moins en moins conventionnels.

Ainsi Billmark va jusqu’à surplomber le pont romain : preuve que le site était désormais suffisamment connu des amateurs pour oser un angle sous lequel la principale attraction, l’arche unique, n’est visible qu’allusivement.

Le système des ombres n’est  pas cohérent : celles du pont médiéval ne sont pas parallèles à celle de la pile de l’arche, sur le chemin.

 

1852_Billmark_Pont Narni
Billmark, lithographie, 1858

Le dessin sera repris vint ans après en lithographie.

Les ponts de Narni

Isidore Deroy, 1850, lithographie

1850_Deroy Isidore_Pont Narni

Ombres et reflets

Deroy exploite lui-aussi  l’idée du contrejour au soleil levant, et travaille les noirs et les blancs intenses. Comme chez Corot, les   piles du pont romain ont à la fois  une ombre et un reflet. Cependant le système des ombres n’est toujours pas totalement maîtrisé : la courbe remarquable de l’ombre de l’arche sur la colline n’est pas cohérente avec celle de l’autre pile, ni avec celles des passants et des arbres.


Les personnages

Les marqueurs italiens sont toujours là : le pin en haut à gauche, et en dessous un voyageur, identifiable par son bâton de marche et son manteau, discutant avec deux paysans assis. Sur la route en contrebas, de l’autre côté du fleuve, on distingue également des voyageurs, ainsi que sur le pont médiéval : la chute du pont d’Auguste n’empêche pas la circulation des piétons.


Les ponts de Narni

1859, gravure de Jeavons, dessin de Brockedon

11859_Jeavons_Brockedon_Pont Narni
Après l’Allemagne et la France, l’Angleterre entre dans la compétition en recopiant sans vergogne la lithographie de Billmark. Seule originalité : le format est étendu vers le bas, afin d’accentuer la hauteur du pont romain. Et, pour enfoncer le clou, un architecte muni d’un carnet et un arpenteur muni d’un fil à plomb sont assis au plus près de l’abîme.


Conclusion provisoire : en vue plongeante, tous les artistes sauf Corot ont représenté les deux ponts de Narni.

Reste à  interroger ceux qui ont choisi de descendre vers  le fleuve…

Références :
[1] Recension des artistes ayant peint les ponts de Narni, par Giuseppe Fortunati :
https://it-it.facebook.com/notes/associazione-vivinarni/artisti-che-hanno-ritratto-il-ponte-di-augusto-a-narni/10154703012636436/
Base de données de la Cassa di Risparmio di Narni e Terni :
http://plenaristi.beniculturali.it/index.php?it/29/ricerca
Notices d’oeuvres sur
http://www.narnipaideia.it/
Cartes postales anciennes :
http://mediagallery.fondazionecarit.it/search-result?key=narni

2 Ponts de Narni : vue de l’Ouest

23 novembre 2013

Ce point de vue donne lieu à de nombreuses variantes, selon la manière dont on cadre le pont médiéval par rapport au pont antique. Le plus souvent, celui-ci est vu à contrejour, afin d’accentuer son gigantisme : ce qui correspond, comme nous l’avons vu chez Corot, à la lumière du matin (voir  1 Ponts de Narni : vue plongeante (de l’Ouest) ).

Les ponts de Narni

Reynolds, 1752, British Museum, Londres

1752 Reynolds, Joshua Londres, British Museum

Le plus ancien exemple de ce point de vue est ce croquis rapide par Reynolds.


Les ponts de Narni

1760, eau-forte de Forrester, dessin de Stephens

1760-Forester-Stephens Pont de Narni

Effet de contrejour pour cette première gravure « touristique » montrant les deux ponts de Narni.

La composition est divisée en trois bandes verticales bien délimitées :

  • les piles et l’église de la rive gauche,
  • le vacher, ses deux vaches et la montagne au loin,
  • l’arche sous laquelle s’inscrit tout ce que l’on voit du pont médiéval.


La bande centrale  vide fait ressentir visuellement la cassure du pont antique, et son absence de symétrie.


En contraste, le pont médiéval possède  deux arches de part et d’autre de la tour centrale. Comme nous le verrons sur les gravures suivantes, il n’avait en fait qu’une seul arche à gauche de la tour, et cinq à sa droite.

Forrester a donc inventé délibérément une opposition

entre le pont antique, rompu et dissymétrique,

et le pont médiéval, intact et faussement symétrique.


1768 Drake Pont de Narni

Les ponts de Narni
Drake, 1768

Copie maladroite de la gravure de Forrester, avec un contre-jour raté.


Les ponts de Narni

Weirotter, 1770, eau-forte (retournée de gauche à droite)

 1770 Weirotter Pont de Narni retourné

La composition est divisée en deux bandes verticales :

  • à gauche le pont médiéval et le fleuve, surplombés par l’arc effondré ;
  • à droite l’arche subsistante et le chemin,  sur lequel s’éloigne un homme avec un bâton sur l’épaule.


Tandis que Forrester inscrivait le pont médiéval à l’intérieur de l’arche, Weirotter adopte le parti-pris inverse, en l’extrayant en totalité.

La subordination devient substitution, le pont médiéval permet de traverser le fleuve tandis que l’ancienne arche, vide, ne sert objectivement plus à rien.


Première vue des ruines du pont d’Auguste sur la Nera à Narni

Hackert, 1779, gravure

1779-Hackert_Pont de Narni

Cliquer pour agrandir

Cette gravure est la première d’une paire, chacune montrant une face  du pont de Narni (voir  5 Narni : Le pont antique en vue de derrière  pour la seconde vue).

 


Le premier plan

La rive gauche sert de repoussoir et occupe presque toute la largeur de la gravure, ne laissant au fleuve qu’un mince filet à droite.

L’oeil est attiré par la vache noire du centre, la seule  à avoir remarqué la présence de l’artiste et à le regarder frontalement. A côté, une vache blanche regarde quant à elle le pont.

Le couple assis inverse les couleurs et les attitudes : le vacher en vêtements sombres regarde le pont, la paysanne en robe et foulard blancs tourne sa tête de trois quarts.


Le second plan

A gauche, trois vaches, sur une seconde avancée de la rive.

Les deux groupes de bovidés indiquent au spectateur comment lire la gravure :

« regarde d’abord devant et au centre, puis derrière et à gauche : et tu auras vu les deux ponts de Narni. »


Un réalisme approximatif

La perspective est quelque peu fantaisiste, les piles ayant chacune un point de fuite différent.
1779-Hackert_Pont de Narni_perspective

Mais pour une fois le nombre d’arches du pont médiéval est exact, ainsi que le fait que les deux ponts ne sont pas exactement parallèles.

 

 


XYIII Castellari eau forte exposition 2015
 
Eau forte de Castellari,  XVIIème,  catalogue de l’exposition de 2015 [3]
 

1799 ca Birmann, Peter - coll priv
Aquarelle de Peter Birmann, 1799, collection privée

1800-33 Keiserman, Francois coll priv
Aquarelle de Francois Kaiserman, 1800-33, collection privée

La célèbre gravure de Hackert donnera lieu à plusieurs imitations.


1787 Jacobn More Aqurelle Coll priv exposition 2015

Jacob More, 1787 ,Aquarelle, Collection privée,  exposition de 2015 [3]

Cette image étrange a bien été faite sur le motif (elle montre avec précision les cannelures de l’arche de gauche, invisibles sur les oeuvres antérieures) ; pourtant le clou du spectacle,  la grande arche, est trop petite et vue sous un autre angle, le grand arbres servant visiblement à camoufler ces maladresses.


Les ponts de Narni

Jean-Thomas Thibault, 1790,  lavis, Harvard Art Museums/Fogg Museum

1790-Jean-Thomas Thibault dessin Pont de Narni

Dans ce lavis  rapide, fait sans doute sur le motif, seule l’arche antique intéresse le dessinateur : le pont médiéval est réduit à quelques arches dans le lointain.


Les ponts de Narni

Jean-Thomas Thibault, 1790,  aquarelle, Indiana University Bloomington

1790-Jean-Thomas Thibault aquarelle Pont de Narni


La composition

Dans l’aquarelle, beaucoup plus travaillée, Thibault  a rajouté dans le champ la deuxième pile du pont antique, fermant la composition sur la gauche.

Astucieusement, il tire maintenant parti de la superposition des  deux édifices pour servir son propos :  la démesure du pont d’Auguste.

A droite, une arche du pont médiéval  s’inscrit à l’intérieur de l’arche romaine, laquelle a de plus été étirée vers le haut : l’arche naine rend l’autre colossale.

A gauche, la pile avec son départ d’arcature permet à l’oeil d’imaginer l’arche manquante, passant très haut au dessus de la montagne. Tandis qu’en contrebas, une arche minuscule du pont médiéval, qui plus est cachée par les branchages, prouve  bien que toute comparaison est impossible.


Les personnages

Par ailleurs, l’aquarelle est animée par quelques personnages  : sur la route, un couple de paysans chemine avec deux ânes, sous les yeux d’un autre paysan assis à l’ombre d’un arbre. Un autre est couché plus loin, deux femmes en fichu rouge passent sous le pont, confirmant son échelle gigantesque.

Détail amusant : deux casse-cous ont grimpé sur l’arche, l’un semblant encourager l’autre à avancer : encore une manière de souligner la hauteur prodigieuse de l’édifice.


Les ponts de Narni

Turner, 1794-95, aquarelle, collection privée.

1794-95 Turner_Pont Narni

Quatre ans à peine après l’aquarelle  de Thibault, le jeune Turner dessine le même motif avec un parti pris tout aussi mensonger, mais en sens inverse : la ruine héroïque n’est plus qu’un vieux pont.

Turner ne voit pas la maçonnerie intacte  ni les bossage : seulement de vieux murs à l’appareil rustique. Aucun intérêt de monter sur l’arche : elle n’est pas haute, s’effondre sur sa gauche et porte quelques maigres buissons : rien à avoir avec le monde d’en-haut imaginé par Thibault.

Enfin, le pont médiéval est inversé : les cinq arches  sont dessinées à gauche de la tour, alors que sous ce point de vue elles devraient être à droite.

En 1794, Turner a 19 ans, il étudie à l’académie Munro à Londres, n’a encore jamais mis les pieds en Italie, et réalise ce travail d’étudiant en recopiant fidèlement le dessin de Cozens ci-dessous.

Cozens_The_Bridge_of_Augustus_near_Narni

Cozens, dessin, 1776-1783, Yale Center for British Art 

L’anomalie sur la structure des murs s’explique par l’imprécision du croquis : les pierres de taille ne se voient que si l’on sait qu’elles sont là.  En revanche, l’erreur sur le pont médiéval est inexplicable si Cozens a réalisé son croquis sur le motif : sans doute a-t-il rajouté le second pont de mémoire, ce qui expliquerait également sa position beaucoup plus  oblique que dans la réalité.


Old welsh bridge at Shrewsbury

Turner, 1795, The Whitworth Art Gallery

welsh-bridge-at-shrewsbury

Cliquer pour agrandir

Une aquarelle de Turner, exactement de la même époque, montre la différence entre un travail de copie et une oeuvre déjà magistrale,  travaillée directement sur le réel.

La composition transpose dans le pays de Galles  le même rapport chronologique que celui des ponts de Narni : au premier plan le pont le plus ancien et le plus décrépit ;  au second plan le pont le plus récent, tellement récent d’ailleurs qu’il est ici encore en construction (ce qui était bien le cas en 1795).


La contre-plongée rend gigantesque le  pont médiéval et accentue son caractère tridimensionnel : les becs des piles et les encorbellements de la maison le projettent vers l’avant ; les nervures sous les arches le creusent vers l’arrière. En comparaison, le pont néoclassique apparaît plat, bidimensionnel et minuscule :

il s’inscrit entièrement sous une seule arche de l’ancêtre,

telle une jeune pousse entre les racines d’un géant.


Le reflet de l’arche médiévale ajoute à cette signification : elle forme un cercle complet qui enserre dans son anneau protecteur à la fois le petit pont et la barque à l’amarre. Tandis qu’à l’arrière-plan,  la nouvelle arche est bien incapable de refermer son emprise.

Le pont neuf apparaît comme en gestation sous cette arche utérine :

il a encore ses échafaudages , et il n’a pas encore son reflet.


Les ponts de Narni

1798, aquatinte  de Edward, dessin de Merigot

1798_edward_merigot_Pont Narni

Nous voici en plein roman gothique : deux barques vides sur la rive, une autre qui part pour une mystérieuse navigation nocturne, des rochers dangereux qui affleurent entre les piles…

En fait, la composition recopie exactement celle de Hackert : sinon que le contrejour a laissé place à  la nuit et le ciel vide  à des nuages inquiétants. Mais les copistes ont ajouté, peut être involontairement, une  trouvaille digne du surréalisme : l’élément focal du premier plan – le regard bovin, a été promu en un regard céleste : celui de la lune, pupille brillante au centre de son oeil de nuages.

1798_edward_merigot_Pont Narni detail

L’arche centrale absente se trouve ainsi doublement soulignée  :

  • barrée par le reflet rectiligne de la lune,
  • et évoquée par la rondeur de l’astre.


Les ponts de Narni

Ernst Fries, 1826, dessin, Kurpfälzisches Museum der Stadt, Heidelberg

1826_Fries_Ernst_Pont Narni

Enfin un dessin réaliste, la même année que l’esquisse de Corot.

Le réalisme n’exclut pas la composition : il suffit de bien choisir son point de vue. Fries s’est placé de manière à ce que le pont médiéval soit centré verticalement au milieu du pont romain. Et de manière à ce qu’horizontalement, les piles du premier encadrent exactement deux arches du second. Ainsi les irrégularités d’écartement du pont romain compensent la dissymétrie du pont médiéval.

L’impression de solidité, d’harmonie ne résulte pas du hasard…


1826 Fries Heidelberg, Kurpfaelzisches Museum der Stadt

Aquarelle de Fries, 1826, Kurpfaelzisches Museum der Stadt, Heidelberg

Cette étude de la même année s’intéresse uniquement au pont d’Auguste.


1833 Fries Ernst, Oberursel im Taunus, Galerie Joseph Fach

Ernst Fries, 1833 , Galerie Joseph Fach, Oberursel im Taunus

Fries reprendra le même point de vue pour cette toile déconcertante, où non seulement le pont médiéval, mais aussi l’arche la plus reconnaissable du pont d’Auguste, ont été escamotés.


1850 Michallon dessin Jean Jacottet et Victor Adam litho exposition 2015

 Dessin de Michallon, lithographie de Jean Jacottet et  Victor Adam, 1850, exposition de 2015 [3]

Pris d’un peu plus loin, ce dessin multiplie au contraire les détails et les indications contradictoires : la maison à l’avant, la tour médiévale à l’arrière, les effets de lumière différents sur chaque pile du pont d’Auguste, les baigneurs à gauche, les grands arbres et la barrière en contre jour à droite, attirent l’oeil dans toute les directions de ce paysage fragmenté.


à

Les ponts de Narni

Thomas Hiram Hotchkiss, 1860-62, New-York Historical Society Museum

1860-62 Thomas Hiram Hotchkiss New-York Historical Society Museum

Du pont médiéval, Hotchkiss n’a représenté que l’arche de pierre terminale (les autres avaient déjà été remplacées par un tablier de bois), en l’agrandissant considérablement pour permette la comparaison : il rampe au dessous des collines, tandis que l’ancêtre embrasse le ciel.


1853 Bellermann Ferdinand coll priv
1865_Gast_John_Pont Narni
 
Aquarelle de Ferdinand Bellermann, 1853 , collection privée
Aquarelle de John Gast, 1865, collection privée
 

Bellermann a visité l’Italie en 1853-54 et en a ramené cette composition solide, arrimée autour des rocs de bonne taille qui, au premier plan, semblent tombés des ruines de l’arrière-plan. Le point de vue légèrement latéral a pour avantage d’éliminer le pont médiéval, camouflé dans les arbres.

Son élève John (Hans) Gast a fidèlement recopié l’aquarelle.


 

1864_Centenari_Rumi_Pont Narni
1864, gravure de Centenari, dessin de Rumi

 

1876 Roesler aquarelle coll priv

1876, Aquarelle de Franz Ettore Roesler, collection privée

Point de vue quasiment identique pour ces deux compositions.


 

Pompeo Molins pont narni
Photographie de Gioacchino Altobelli et Pompeo Molins, 1865, Museum of Fine Arts, Boston

1875 ca Augustus John Cuthbert Hare coll priv
Aquarelle de Augustus John Cuthbert Hare, vers 1875, collection privée

La photographie a été réalisée vers 1865 (à l’occasion de la construction du chemin de fer) et l’aquarelle dix ans plus tard : la troisième pile est encore intacte.

 

Pompeo Molins pont narni
1865

1914 Narni Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni
 Carte postale vers 1914, Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Dans la plupart des sources on prétend qu’elle se serait effondrée en 1855. En fait, la date réelle est 1885, lors d’une crue [2].


1927 Bartolucci-Alfieri eau forte B exposition 2015

 Bartolucci-Alfieri,  1927, eau forte, exposition de 2015 [3]

Cette magnifique eau-forte cadre la tour médiévale à l’aplomb de la pile cassée en deux, et fait ressortir l’étroitesse du cours de la Nera en basses eaux.


Références :
[2] « Augustus Bridge in Narni (Italy): Seismic Vulnerability Assessment of the Still Standing Part, Possible Causes of Collapse, and Importance of the Roman Concrete Infill in the Seismic-Resistant Behavior », Gabriele Milani, Gabriele MilaniMaurizio Acito, 2017
https://www.semanticscholar.org/paper/Augustus-Bridge-in-Narni-(Italy)%3A-Seismic-of-the-of-Milani-Milani/17774f1466c910d6617f6597da3eae62ebfd425e
[3] « Il Ponte di Augusto a Narni », Sandro di Mattia, Giovanna Eroli e Fabrizio Ronca, exposition 2015

3 Narni : le pont médiéval

23 novembre 2013

Le pont médiéval est assez rarement représenté tout seul : quoique moins célèbre que le pont d’Auguste, c’est néanmoins un édifice pittoresque et bien reconnaissable, bas sur pattes et haut du col.

1899 ca Narni Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Carte postale de 1899, Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Point de passage obligé sur la Nera, il fut incendié le 9 juillet 1849 sur ordre de Garibaldi lors de sa fuite de Rome, pour retarder les armées allemande et française qui le poursuivaient [1] . Il fut définitivement détruit par l’armée allemande le 13 juin 1944, pour retarder l’armée anglaise et la brigade garibaldienne de partisans [2]. Il ne reste aujourd’hui qu’une passerelle à usage essentiellement piétonnier [3].

 

1676 MARTINELLI, AGOSTINO. DESCRITTIONE DI DIVERSI PONTI ESISTENTI SOPRA LI FIUMI

 
Le pont médiéval de Narni
Agostino Martinelli, 1676 [4].

Composé d’une rampe d’accès, d’une tour de péage et de cinq arches, le successeur du Pont d’Auguste était passablement endommagé en 1676, à en croire l’avertissement inscrit sur le parchemin :

« Duquel, étant érodé, on peut craindre l’effondrement ».


Le pont médiéval de Narni

1760, gravure de Forrester, dessin de Stephens

1760_Forrester_Stephens_Pont Narni
Pour cette première apparition en solo, le pont a été généreusement servi par le dessinateur, qui a  rajouté une arche à gauche et une arche à droite de la tour : d’où un effet de « rateau », encore augmenté par les ombres longues des piles.

Le pont rectiligne et dentelé, fiché dans toute la largeur de cette paisible vallée, apparait comme une singularité bien humaine, un artefact des temps primitifs : telle est du moins l’idée que le XVIIIème se fait du Moyen-Age.

En regardant mieux, on constate que les deux promeneurs du premier plan se trouvent sur une sorte de plateforme surélevée.



1760-Forester-Stephens Pont de Narni
Bien sûr, ils ont grimpé sur l’arche du pont d’Auguste, que Forrester a illustré dans  sa première gravure et qui sert, astucieusement, de transition avec la seconde.

Le pont médiéval de Narni

Francis Towne, 1780 environ, Yale Center for British Art

1780 cc Towne_Francis_Pont Narni

Vingt ans plus tard, Francis Towne réalise une aquarelle un peu plus réaliste : s’il manque une arche à gauche de la tour, les arches de droite ont le bon nombre (cinq) et la bonne forme : leur arrondi, complété par le reflet dans l’eau, supprime le caractère artificiel et agressif de la gravure de Forrester.



Mais c’est surtout l’effet d’ensemble que  Towne a particulièrement soigné. La tour de garde du pont trouve un premier écho dans la tour de l’édifice du col, écho qui se démultiplie ensuite dans les tours des remparts de Narni.



1780 cc Towne_Francis_Pont Narni_schema
De même, la forme triangulaire de la toiture est rappelée dans le profil des trois collines.

La tour de garde donne le La à la composition, et  organise l’harmonie de l’ensemble.


Le pont médiéval de Narni

1826, gravure de Villeneuve, dessin de Michallon

1826_Villeneuve_Michallon_Pont Narni
Ici, Michallon (un des maîtres de Corot) n’a retenu du pont que sa tour, ramenant les cinq arches à trois.  La  charrette de foin va-t-elle ou pas réussir à franchir l’arche étroite, telle est la question que l’artiste  se pose, et pose au spectateur.

Question effectivement d’actualité,  en ce début du XIXème siècle où, un peu partout se pose la question de la démolition des remparts médiévaux, pour cause de modernité.


 

1827 Barbot Prosper Louvre
1827, dessin de Prosper Barbot, Louvre

1930 Narni Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni
Carte postale, vers 1930, Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Barbot retient toujours le même point de vue, avec Narni à l ‘arrière-plan.


Childe Harold's Pilgrimage - Italy exhibited 1832 by Joseph Mallord William Turner 1775-1851

Le pèlerinage de Childe Harold
Turner, 1832, Tate Gallery

Lors de son exposition, le tableau était accompagné de ces vers de Byron :

… Et maintenant, belle Italie !
Tu es le jardin du monde…
Même désertée, qu’y a-t-il de comparable à toi ?
Tes mauvaises herbes sont belles, tes déchets
Plus riche que la fertilité des autres climats:
Ton épave est glorieuse, et tes ruines se parent
D’un charme immaculé qu’on ne peut altérer.

… and now, fair Italy!
Thou are the garden of the world…
Even in thy desert what is like to thee?
Thy very weeds are beautiful, thy waste
More rich than other climes’ fertility:
Thy wreck a glory, and thy ruin graced
With an immaculate charm which cannot be defaced.

Le romantisme des ruines et la gloire du couchant magnifient ces symboles de persistance et de fertilité que sont le pin et les jeunes gens qui dansent.


Le pont médiéval de Narni

1832, gravure de Allen, dessin de Harding

1832_Allen_Harding_Pont Narni
La même année, cette gravure anglaise nous montre le contraire : une Italie archaïque et moyennageuse, où les paysans  se pressent par la porte étroite, puis par le pont étroit, pour monter jusqu’à la ville crénelée.

En 1832, cela fait déjà sept ans que le premier train de voyageurs a roulé en Angleterre.


The Magazine of art 1878 London, New York, Cassell, Petter and Gallpin p 236 P S Kelton

Approach to Narni

Gravure de P S Kelton, The Magazine of Art, 1878, Cassell, Petter & Gallpin p 236

Même impression de lenteur médiévale sous ce point de vue légèrement différent.


 

 

The Magazine of art 1878 London, New York, Cassell, Petter and Gallpin p 238 Paterson
Gravure de Paterson, The Magazine of art, 1878, Cassell, Petter & Gallpin, p 238

1915 Narni Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni
Carte postale de 1915, Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

La gravure, tirée du même ouvrage, nous montre le pont médiéval après la réparation des dommages de 1849. Le tablier sera ensuite modernisé par une structure en fer, pour faciliter le passage des gros véhicules.


1895 Enciclopedia Illustrata edition Sonzogno

1895, Enciclopedia Illustrata, edition Sonzogno

Dans cette gravure d’après photographie, le pont est une porte fortifiée parmi les autres, sur le chemin qui serpente vers la ville haute.


Références :
[3] Histoire du pont par Giuseppe Fortunati http://www.narnia.it/articoli1.htm
[4] Illustration extraite de Agostino Martinelli, 1676, « Descrittione di diversi ponti esistenti sopra li fiumi Nera, e Tevere » https://books.google.fr/books?redir_esc=y&hl=fr&id=RAeB6RuEgRoC

4 Ponts de Narni : vue de l’Est

23 novembre 2013

Sous cet angle de vue, le pont le plus petit se trouve placé devant le  plus grand, ce qui semble logique d’un point de vue visuel. Mais du coup, le pont le plus ancien est relégué au second plan, ce qui pose un problème de préséance. Il est intéressant de voir comment les artistes se sont débrouillés de cette contradiction.

La ville de Narni

1579-Piccolpasso-Cipriano
1579, dessin de Cipriano Piccolpasso

1579 Piccolpasso Cipriano detail
détail

1663_Narni couleur

1724, gravure de Mortier, dessin de Blaeu

Pour ces représentations géographiques de la ville de Narni, le dessinateur s’intéresse surtout aux questions militaires : la ville haute avec ses remparts et la citadelle qui la surplombe sur la gauche. Les deux ponts, en contrebas à droite, sont minuscules : il est trop tôt pour le romantisme des ruines.

.

 

1776 cc Cozens_John_Robert_Pont Narni
John Robert Cozens, vers 1779, croquis, Yale Center for British Art, New Haven

harry-john-johnson-the-river-nera-ar-narni,-umbria aquarelle coll priv
La rivière Nera à Narni
Harry John Johnson, aquarelle, date inconnue, collection privée

Une évidence apparaît : sous ce point de vue, le pont médiéval coupe les jambes de l’ancêtre, et sa tour le ridiculise, tel un adolescent monté en graine.


1938 Narni Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Carte postale, 1938, Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Une vue similaire, mais prise depuis la rive droite.


Les ponts de Narni

Deroy, 1850, lithographie

1850_Deroy_Pont Narni
Ayant produit une vue de face des plus classiques dans laquelle le pont antique domine le pont médiéval (voir 2 Ponts de Narni : vue de l’Ouest), Deroy pouvait se permettre une vue arrière plus fantaisiste. Il  va se servir des deux ponts pour mettre en scène deux anecdotes à l’italienne.


Les couples de la barque

Une barque vogue sur la rivière en direction du  pont médiéval. Un homme et une femme, debout, se tiennent par la main et semblent un couple constitué. Le rameur et la femme assise en face forment un second couple. Promenade d’agrément plutôt que voyage, même de noces : il n’y a pas de bagages dans la barque. Les deux  femmes, en coiffe et tablier, semblent de condition bourgeoise.

Ne peut-on voir dans le pont médiéval, rafistolé mais solide, l’image du lien conjugal ?


Le trio de la berge

Une servante (reconnaissable à l’absence de coiffe) désigne à sa jeune maîtresse assise au bord du chemin un galant muni d’une mandoline  qui se profile sous une arcade. Laquelle arcade permet de minimiser le pont antique, dont les autres piles d’ailleurs sont camouflées par le feuillage.

Ne peut-on voir dans la petite arcade remplaçant l’ arche romaine ,  l’image de la vertu moins austère des italiennes d’aujourd’hui ?


1819_Turner_Pont Narni carnet Ancone-Rome dessin 123

Narni, les ponts médiéval et romain

Turner, 1819, carnet de voyage Ancône-Rome, dessin 123, Tate Gallery, Londres

En comparant la lithographie de Deroy avec un croquis de Turner réalisé trente ans plus tôt, on constate que, contrairement aux apparences, Deroy n’a rien inventé : les deux arches rafistolées et l’arcade de la rive gauche existaient bel et bien en 1819. C’est seulement le point de vue choisi, masquant le pont romain derrière l’autre, qui convoque Boccace à la place de Ciceron.


2013 deux ponts_ Narni

Cent cinquante ans après, voici l’état des deux ponts de Narni et le défi difficile qui attend un Deroy d’aujourd’hui…
Concluons que le point de vue rarissime des deux ponts vus par l’arrière a bien peu de chances d’être traité à nouveau.

Et que les artistes  respectent plus  volontiers les règles de la jungle que celles de la salle de classe   : le plus  jeune et le plus petit devant.

 

5 Narni : Les ponts vus de biais

23 novembre 2013

 

Ce point de vue a pour intérêt de montrer la ville de Narni en arrière-plan. Mécaniquement :

  • l’arche ruinée fait  système avec les remparts,
  • le pont impérial est supplanté par la ville féodale,
  • la paix d’Auguste laisse place aux guerres médiévales.

Et stylistiquement, le classicisme s’efface sous le romantisme qui pointe.

Le pont d’Auguste vu de biais

1779-Hackert-Pont de Narni_View-2

Deuxième vue des ruines du pont d’Auguste sur la Nera à Narni
Dessin de Jacob Philipp Hackert, 1779, gravé par son frère Georg Abraham

Les rives affrontées

Dans cette vue, prise de l’arrière et de biais, les deux rives s’opposent sous plusieurs  aspects :  le cheval, l’arche intacte, la ville et le nuage noir, côté gauche, contrastent  respectivement avec l’âne, l’arche brisée, l’abbaye de San Cassiano et le nuage blanc.

Comme si l’effondrement du pont conduisait à l’affrontement des rives.

Deux pendants

 La comparaison entre les deux vues de Hackert est éclairante.

 

1779-Hackert_Pont de Narni
Vue de l’Ouest

1779-Hackert-Pont de Narni_View-2
Vue de l’Est


La  première vue : horizontale et statique

La première vue de Hackert  traite  sur un plan d’égalité les deux ponts, tranquillement posés  sur le fleuve à l’instar des vaches paisibles et du couple de paysans assis. La communication entre les deux rives est   rétablie par le pont médiéval, humble successeur de l’ illustre ancêtre.


La  deuxième vue : verticale et dynamique

La composition est simple et efficace : depuis le couple de paysan en bas à droite, l’oeil s’élève en diagonale,  en suivant les piles du pont, jusqu’à la ville en haut à gauche.

Le couple avec son âne avance sur le chemin, tandis que sur l’autre rive, près d’un autre chemin qui monte vers la ville, un cheval broute et trois touristes contemplent l’arche immense.

Les deux équidés remplacent les vaches de la première vue, le bâton du marcheur se substitue à celui du vacher : ici le voyage, là le pâturage.


 

1776 ca Hackert dessin Vienna, Akademie der Bildenden Kunste - Kupferstichkabinet
Dessin de 1776, Akademie der Bildenden Künste – Kupferstichkabinet, Vienne

Hackert
Gravure coloriée

Par rapport au dessin original, le graveur a supprimé le reflet de la pile dans la Nera, et remplacé le chevrier et son troupeau par un couple de voyageurs.

La version colorisée rend encore plus nette l’idée sous-jacente : opposer le fleuve tumultueux et le cheminement paisible, à contresens, sur la rive.


1790 Hauer d'apres Hackert aquatinte

1790, aquatinte de Hauer

Onze ans après, Hauer reprend la gravure de Hackert à l’aquatinte , technique qui rehausse l’effet de contre-jour de la butte avec ses remparts médiévaux, en contrepoint des vestiges antiques.

1830 ca William Linton

Le pont de Narni
William Linton, vers 1830

Même effet de contre-jour, avec un peu plus de recul.


 

Le pont d’Auguste à Narni

Henry Cook, 1846

1846_Cook Henry_Pont Narni
Quelques mètres de plus sur le chemin suffisent à modifier radicalement la lecture  : ici, plus de mouvement ascendant comme chez Hackert, puisque la masse sombre du pilier de droite prend sous sa coupe l’ensemble de la composition.

En supprimant toute présence humaine , Cook ramène la gravure à une confrontation d’architectures. L’opposition des époques se traduit par un contraste de textures : masses fortement contrastées et lignes bien définies pour le pont d’Auguste, masses grises et vaporeuses pour les monts qui portent le monastère, la  ville et la citadelle.

Le romantisme étant passé par là, c’est un véritable burg rhénan qui surplombe la vallée du Nera.


 

 

1895 Enciclopedia Illustrata edition Sonzogno narni
Gravure de 1895

  


2013 de cote
Photographie de 2013

La photographie réduit le pont et le mont à des proportions moins héroïques. La route et l’arcade brisée qui la surplombe existent toujours, telles que Cook les avait dessinées.


2013 de cote chemin de fer

Le chemin de fer transperce le mur romain à droite de la route, arche en acier qui fait maintenant pendant à  l’arche en pierre de la rive gauche.


Les deux ponts vus de biais

1819_Turner_Pont Narni carnet Ancone-Rome dessin 132

Narni depuis le Nord Est,avec les ponts médiéval et romain
Turner, 1819, carnet de voyage Ancône-Rome, dessin 132, Tate Gallery, Londres

Parmi les nombreux croquis que Turner a réalisés sur le site, celui-ci montre les deux ponts réunis en une profusion d’arches et de tourelles qui mélange les âges et envahit tout l’espace. Les deux ponts ont été délibérément rapprochés pour obtenir cet effet de compression spatiale et temporelle.


1822-48 Horner, Friedrich Oberursel im Taunus, Galerie Joseph Fach
Friedrich Horner, 1822-48, Galerie Joseph Fach, Oberursel im Taunus

 


1846-1847 Brillouin, Louis George coll priv
Louis George Brillouin, 4 août 1847, collection privée

Ces deux compositions plus réalistes montrent les deux ponts dans leur écartement naturel. Le dessin de Brilloin prouve que le remplacement des arches par un tablier de bois était déjà effectif avant 1849, ce qui explique pourquoi Garibaldi a pu le faire incendier.


 

1842-47 lunde Bruun Rassmussen museum Copenhague
Anders Christian Lunde, 1842-47 Bruun Rassmussen museum, Copenhague

Photographie Cassa di Risparmio di Narni e Tern
Photographie Cassa di Risparmio di Narni e Terni [1]

Le peintre danois a choisi un emplacement original, pour cette vue en éventail où les deux ponts semblent pivoter autour du cyprès près de la tourelle. Celle-ci existe encore aujourd’hui, intégrée dans un bâtiment.


 

1842-47 lunde Bruun Rassmussen museum Copenhague

Anders Christian Lunde, 1842-47 Bruun Rassmussen museum, Copenhague

1849 ca Palm coll priv
Gustaf Wilhelm Palm, vers 1848, collection privée

 Ce n’est sans doute pas par hasard que son collègue suédois a choisi le même point de vue, même s’il n’y a pas de preuve que les deux peintres aient travaillé ensemble sur le motif. La visite à Narni est probablement un peu antérieure à 1848, puisque les arches de pierre sont encore présentes alors qu’elles ont disparu dans le dessin de Brilloin de 1847.


1885 ca Adolphe Gusmand gravure sur bois exposition 2015

Adolphe Gusmand, vers 1885, gravure sur bois,  exposition de 2015 [2]

Ce point de vue peu conventionnel montre un collègue dessinant à l’ombre d’un immense chêne, qui se substitue au pont brisé pour connecter visuellement les deux rives.


 

1860-64-Castelli-Alessandro-La-Nera-a-Narni-Galleria-Nazionale-dArte-Moderna-Roma.jpg

La Nera a Narni
Alessandro Castelli, 1860-64, Galleria Nazionale d’Arte Moderna, Rome

Castelli exagère l’escarpement rocheux pour donner à la tourelle une importance centrale.


Références :
[2] « Il Ponte di Augusto a Narni », Sandro di Mattia, Giovanna Eroli e Fabrizio Ronca, exposition 2015

6 Narni : Le pont antique vu de l’Est

23 novembre 2013

 

 

1878 The Magazine of art London, New York, Cassell, Petter & Gallpin p 239 Morison
Gravure de Morison, 1878, The Magazine of art, Cassell, Petter & Gallpin p 239

1918 ca Narni Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni
Carte postale vers 1918, Collection Patumi Simone, Cassa di Risparmio di Narni e Terni

Ce point de vue permet de montrer à l’arrière-plan l’abbaye de San Cassiano, introduisant une nouvelle thématique : celle du sanctuaire chrétien confronté au monument païen. Les artistes vont-ils exploiter ce thème dans le sens de la victoire du nouveau culte, ou de la  nostalgie de l’ancien ?

1676 Agostino Martinelli

1676, Agostino Martinelli

1730 ca Gucht, Gerard van der grav Wright, Edward dess

Vers 1730, gravure de Gerard van der Gucht, dessin de Edward Wright

Les premières gravures ne s’intéressent qu’au pont. La seconde, par le personnage minuscule du premier plan, en exagère les proportions. La deuxième pile (en partant de la droite) a été endommagée entre les deux vues.


Le pont de Narni

Richard Wilson, vers 1752, Plymouth City Council

1752 cc wilson richard_Pont Narni

Lorsque cette face du pont est  à contre-jour, c’est que nous sommes  au soleil couchant  (le pont est orienté Nord-Sud) : voir l’ombre allongée du pin parasol, dans le rayon qui traverse l’arche.

L’eau est parfaitement calme, les reflets impeccables allongent les piles, une barque sans sillage passe sous l’arche  absente, accentuant le gigantisme des vestiges.

Le monastère est réduit à une ombre minuscule sur la colline cadrée par l’arche : ce pourrait tout aussi bien être un arbre ou un rocher.

Wilson pousse le classicisme jusqu’à éliminer la présence chrétienne

et à utiliser le soleil couchant caressant les ruines géantes,

comme une métaphore de l’empire disparu.


1761 Dupre Daniel Rikjsmuseum
Daniël Dupré, 1761, Rikjsmuseum

1779-80 ca Cassas Louis-Francois Suffolk, Ickworth, National Trust
Louis-François Cassas, 1779-80, Ickworth, National Trust, Suffolk

Ces deux dessins très détaillés prennent tous deux pour centre le couvent de San Cassiano. Dupré recourt encore aux personnages miniaturisés pour rendre l’édifice plus majestueux.


1760-1800 Labruzzi, Carlo Coll privee
Le pont de Narni
Carlo Labruzzi, 1760-1800, Collection privée

Labruzzi utilise le pont comme décor pour une scène antique et bucolique, au crépuscule.


1781 ca Smith John British Museum Londres
John Smith, vers 1781, British Museum, Londres

1793_Landseer_Smith_Pont Narni
1793, gravure de Landseer, dessin de Smith

Contraste frappant avec la gravure tirée de l’aquarelle de Smith, qui nous montre elle-aussi le pont le soir mais avec une intention non plus mélancolique, mais dramatique. Noter que le graveur a resserré l’espace entre les piles, pour accentuer l’effet d’étranglement.

Les flots sont tumultueux, des bossages hostiles hérissent les piles, la ruine surgit d’une masse informe de rocs et de branchages. En contraste, le bâtiment blanc et  net du monastère introduit dans ce paysage tourmenté sa note d’ordre et de paix.

Nous voici dans une ambiance de roman gothique :

ruines dangereuses perdues dans la nature et monastères-refuges.


 

1781 ca Smith John British Museum Londres
John Smith, vers 1781, British Museum, Londres

1786-89 ducros Wiltshire, Stourhead, National Trust
Abraham Louis Rudolphe Ducros, 1786-1789, Stourhead, National Trust, Wiltshire

L’aquarelle de Ducros semble une copie de celle de Smith, jusqu’à l’écartement des piles. Mais plutôt que d’imaginer un contact entre les deux artistes, il est probable que les deux se sont placés pratiquement au même endroit (remarquer que la perspective de la troisième pile est vue légèrement en plongée chez Ducros).


 Le pont de Narni

Jean Thomas Thibault, vers 1790, aquarelle, Teylers Museum, Haarlem

1790-Jean-Thomas Thibault  pont de narni vue 2

L’aspect romantique s’accroit encore avec ce magnifique ciel d’orage, qui contraste avec le ciel clair de la vue de face par le même artiste  (voir 2 Ponts de Narni : vue de l’Ouest).

Les ocres chauds de la pierre et de la terre contrastent admirablement avec le gris de la rivière et du ciel :

la Nera, presque à sec, a partie liée avec l’orage qui va bientôt éclater, dans cette lutte millénaire entre le fleuve et le pont.


 

1803 Schinkel Berlin, Staatlichen Museen - Kupferstichkabinett
Schinkel, 1803 , Staatlichen Museen – Kupferstichkabinett, Berlin

1807-19 Boisselier Musee d'Art et d'Archeologie Senlis
Boisselier, 1807-19, Musée d’Art et d’Archéologie, Senlis

Le dessin de Schinkel respecte les proportions dans la taille des bateliers. Le lavis de Boisselier recherche un effet de soleil couchant.


1817 Hakewill, James Roma, British School
Dessin de James Hakewill, 1817, British School, Rome

1819_Middiman Turner Pont de Narni
Gravure de Middiman, 1819, dessin de Turner

Dans une tradition désormais bien établie depuis la gravure de Smith, le pont est vu à contre-jour, mais le remous s’est assagi, les reflets dans l’eau sont rétablis, les bossages se sont policés.

Pas d’opposition entre le monastère et le pont, mais une complémentarité tout italienne. A l’ombre des ruines et sous le patronage de l’Eglise, un chevrier couché par terre  tient ses biques à l’oeil tandis que, de l’autre côté du fleuve, une femme étend sa lessive sur les rochers.

Dans ce monde christianisé (et même puritanisé, s’agissant d’une gravure anglaise),

l’absence de pont sépare avec bonheur les désirs  cornus et les linges blancs.

Turner avait été chargé par l’éditeur de « A Picturesque Tour of Italy from Drawings Made in 1816–17 by James Hakewill Archt. » de produire, à partir des croquis fait sur site par Hakewill, des aquarelles permettant ensuite aux graveurs de travailler. Ces aquarelles ont été perdues.


 

Narni, with Bridge of Augustus 1819 by Joseph Mallord William Turner 1775-1851
Folio 62

Narni, with Bridge of Augustus 1819 by Joseph Mallord William Turner 1775-1851
Folio 63

 Ancona to Rome Sketchbook 
Turner, 1819 , Tate Gallery

Turner se rendra lui-même sur le site en 1819, et se placera au même endroit, avec le monastère cadré dans l’arche. Le premier folio a été replié pour pouvoir poursuivre le dessin sur le suivant.


1820 ca Keiserman Francois coll priv

Le pont de Narni
Francois Kaisermann, vers 1820, collection privée

Toujours l’effet de soleil couchant chez Kaisermann, qui revient à la facilité des personnages miniatures.
.

 

 

1820-1822 Barbot, Prosper Louvre Paris

1820-1822 Barbot, Prosper Louvre Paris 2

 
 Le pont de Narni
Prosper Barbot,1820-22, Louvre, Paris

Deux honnêtes croquis du pont dans son ensemble et de la grande arche.


 
1829 Blechen, Karl Staatlichen Museen - Kupferstichkabinett Berlin

Karl Blechen, 1829, Staatlichen Museen – Kupferstichkabinett, Berlin

Point de vue original dans cette toile rapide qui s’intéresse, non pas à la topographie du pont, mais à la lumière du couchant qui éclaire par derrière l’arbre et l’arche.


Le pont de Narni

1826, lithographie de Pic De Leopol, dessin de Coignet

1826_Pic De Leopol_Coignet_Pont Narni


L’arche unique

Lithographie typiquement romantique : le fleuve a disparu et le pont, réduit à son arche, est un symbole d’union et non plus de disjonction : un vacher et deux lavandières partagent, au pied de la pile, la même rive.


Une lumière théâtrale

Sous ce ciel sombre, dans ce paysage de rocs aigus et de montagnes abruptes, deux spots de lumière blanche frappent la pile et le monastère, unifiant les deux édifices (et situant la scène au lever du jour).

On peut imaginer deux lectures contradictoires, dans cette période de la Restauration  où le retour en force de l’Eglise n’a pas amolli chez tous les Français la fibre révolutionnaire.

  • Le bien-pensant verra dans cette lumière unique la bénédiction de Dieu qui, dans ce monde tourmenté, inonde identiquement les  moines qui le célèbrent par leurs prières et les simples qui le célèbrent par leurs actes
  • Le libre penseur se dira que, décidément,  rien ne vaut un vieux pont païen  pour conter fleurette aux filles, à l’abri de l’oeil des curés.

Le pont de Narni

1830, lithographie de Redaway, dessin de Prout

1830_Redaway_Prout_Pont Narni

Le point de vue s’est légèrement déplacé, depuis la rive gauche vers l’axe du fleuve : du coup, le monastère est sorti de son arche pour trôner au centre de la composition.


Même technique que dans la gravure française, mettre en valeur par la lumière  les éléments principaux : le pont, le monastère et les trois personnages (deux lavandières et une porteuse d’eau). Sinon que la lumière ne provient pas de trouées dans un ciel d’orage, mais du soleil qui se couche sur la gauche en projetant des ombres longues.

L’ordre moral est restauré : pas l’ombre d’un pâtre dans le paysage !


Le pont de Narni

1840, lithographie  de Bichebois, dessin de Chapuy

1840_Bichebois_Chapuy_Pont Narni

Un remake français du précédent, mais vu d’un peu plus loin. Le monastère réduit à un rôle secondaire, le fleuve élargi, les personnages miniaturisés sur la rive gauche :  tout concourt à recentrer l’intérêt sur le sujet unique : le pont.


 

1837 Riccardi Giuseppe
Reconstitution du pont de Narni
Riccardi Giuseppe, 1837

1838 Billmark, Carl Johann Nationalmuseum Stockholm
Carl Johann Billmark, 1838, Nationalmuseum, Stockholm

La gravure didactique prouve la pente du pont reconstitué en y plaçant une diligence qui dévale à grande vitesse. On voit bien que la deuxième arche est plus large que les autres. Les parties subsistantes à l’époque sont marquées en sombre.

Dans son dessin, Billmark cadre comme d’habitude le monastère sous l’arche.


1840 Anonyme Palazzo Manni Terni exposition 2015

1840, Anonyme, Palazzo Manni, Terni, catalogue de l’exposition de 2015 [1]

1848_Amici_Thuillier_Pont Narni
1848, gravure de Amici, dessin de Thuillier

Le travelling latéral dégage le monastère : plutôt que d’être sous la coupe du pont antique, il le surplombe et complète ses manques. Le thème du contraste entre l’antiquité glorieuse et la chrétienté barricadée n’est plus à l’ordre du jour.


 

1895_Barberis_Pont Narni
1895, gravure de Barberis

 

 


2013 _Pont Narni avec abbaye san cassiano
Etat en 2013

Construit vers 1938  entre la ruine et l’abbaye,  le pont routier remplace désormais  le pont médiéval pour fournir aux artistes un nouvel exercice de comparaison (voir 7 Ponts de Narni : compléments).

sb-line

Références :
[1] « Il Ponte di Augusto a Narni », Sandro di Mattia, Giovanna Eroli e Fabrizio Ronca, exposition 2015