Catégories

- Dieu sur le globe

Hostie, petit monde, pièce de monnaie ? Je pense avoir rassemblé dans cet article tous les exemples connus, et les arguments échangés. Le point sur une controverse qui dure depuis presque un siècle..

Le peintre le plus célèbre de la première moitié du XVème siècle, Van Eyck, nous a laissé quatre images très différentes de Dieu en majesté, et qui comportent toutes des innovations iconographiques majeures.

Dans tous les exemples de Majestas domini que nous avons vus jusqu’ici, la présence d’un globe va toujours de pair avec la position assise du Seigneur : le XVème siècle va voir la réinvention d’une iconographie oubliée : celle du Christ debout sur un globe, précédée de peu par une autre image, où le Christ debout tient le globe dans sa main gauche : c’est la figure bien connue du Salvator Mundi.

Parallèlement aux Majestas Dei, une autre iconographie se développe à partir de l’époque romane autour du Christ trônant : celle du Jugement dernier.

Passons maintenant à l’art roman et gothique, où les Majestas domini avec globe abondent. Je présente ici des exemples des différents cas de figure, et je réponds à une question importante : le Seigneur est-il toujours assis ?

Continuons à chercher des globes dans ces deux pôles de l’art roman à ces débuts : dans l’Empire Germanique et dans la péninsule ibérique.

Je parcours la période entre l’an 500 et l’an 1000 : dans l’art byzantin et l’art insulaire on trouve, très rarement, Dieu dans un globe ; dans l’art carolingien en revanche, la figure du globe-siège est totalement hégémonique.

A ces hautes époques, le caractère parcellaire des vestiges rend les généalogies impossibles et les interprétations périlleuses. Sans prétendre à une impossible synthèse, je présente ici la question du Christ et du globe sous un angle particulier : celui des techniques artistiques dans lesquelles le motif apparaît.

La représentation officielle du Seigneur en majesté (Maiestas Domini) a été très codifiée au cours des siècles, Commençons par présenter rapidement les six formules sous lesquelles, à Rome, on peut trouver un haut personnage debout ou assis sur un globe (le cas où il le tient en main est hors du cadre de cette série d’articles).