Daily Archives: 5 octobre 2019

6-1-1 Le cas des verrières d’Evreux

5 octobre 2019

La cathédrale d’Evreux a conservé un ensemble exceptionnel de vitraux montrant de hauts personnages à taille humaine s’agenouillant devant la Madone.

Cette formule est d’autant plus pure ici  que la cathédrale est  dédiée à Notre Dame, écartant tout problème de cohabitation entre la Madone et le patron de l’édifice. Ainsi, pendant plus de deux siècles, on peut y suivre l’évolution du motif, et constater la remarquable constance des « règles » de placement respectées par les commanditaires.



 Les règles concernant les donateurs devant la Madone

Plan Cathedrale Evreux

 

La règle principale, pour la Cathédrale d’Evreux comme pour les autres, est que le donateur est placé par rapport à la Madone de manière à être montré priant en direction du choeur : les verrières situées au Nord (numéros impairs) montrent donc le donateur à gauche de la Madone ; et réciproquement pour les verrières situées au Sud (numéros pairs).

Une règle secondaire est que, lorsque des baldaquins sont représentés, celui de la Madone est plus haut que celui des donateurs (et des saints).


Les exceptions à la règle

Les verrières ayant été souvent déplacées ou recomposées à partir d’éléments antérieurs, j’ai utilisé les informations disponibles dans le Corpus Vitreum [1] pour remonter autant que possible à leur emplacement d’origine.  Une fois ces rectifications effectuées, il ne reste que trois exceptions : deux (baie 211 et 127) s’expliquent par une iconographie particulière. Pour une seule  (baie 27), je n’ai pas trouvé d’explication.

Les baies sont présentées, pour le Sud  puis pour le Nord , par ordre chronologique,



 

Les verrières du Sud

Pas d’exception de ce côté : tous les donateurs sont à droite de la Vierge, priant en direction du choeur : d’où cette exceptionnelle série de bénédictions sur la droite qui, à cette époque précoce, ne s’explique que par la topographie des vitraux.

 

010 012 014 1301-10 Chapelle St Joseph Marguerite d'Artois Comte Louis Evreux Comte Louis Evreux

Baies 10, 12 et 14, (Chapelle St Joseph ),1301-10

010 1301-10 Marguerite d'Artois
Marguerite d’Artois
 
 
 
014 1319 avant Louis de France Comte d'Evreux Chapelle Saint Joseph Baie 26 Cathedrale Evreux
Louis de France, Comte d’Evreux (inscription : LUDO COMES EBR)

Les deux époux entourent la Madone, dans l’ordre inverse de l’ordre héraldique : c’est ici l’ordre liturgique qui règne, la scène se passant à l’intérieur de l’église, comme le montrent les baldaquins (voir 1-3 Couples irréguliers).

Remarquons que,  pour éviter une bénédiction sur la droite, l’artiste a représenté l’Enfant entourant le cou de sa mère.

Louis de France est représenté un seconde fois dans la baie 14, offrant la maquette du vitrail.


sb-line

212 1335-41 Regnault de Molins St Aquilin St Taurin Baie_212_Evreux
Baie 212, 1335-41
Saint Aquilin, Madonne, le chanoine Regnault de Molins, Saint Taurin

 La baie présente trois tailles croissantes de baldaquins : pour le donateur, pour les Saints et pour la Madone. Elle a été recomposée en 1953 (remplacement des saints latéraux) mais les deux lancettes centrales (la Vierge et le donateur) sont à leur emplacement d’origine.

212 1337-40Regnault de Mollins



sb-line

210 1380-1400 Vierge à l'Enfant, Charles VI et St Denis, offerte par la reine Baie_210_Evreux
Baie 210, 1380-1400, Madone, Charles VI et Saint Denis
209 1390 ca Vierge à l'Enfant, St Pierre Pape, Pierre de Navarre comte de Mortain, St Denis Baie_209_Evreux
Baie 209, vers 1390,  Madone, St Pierre Pape, Pierre de Navarre comte de Mortain, Saint Denis

Ces deux baies, placées aujourd’hui face à face de part et d’autre de la nef, ont longtemps été considérées comme des sortes de pendants. En fait elles ont été totalement reconstituées à partir de baies de la nef qui se trouvaient toutes côté Sud (la 210 à partir de la baie 132, au moins pour Charles VI ; la 209 à partir de la baie 134).

 Dans les deux verrières , le baldaquin du donateur est plus bas que ceux de la Vierge et des Saints.

 

209 1390-1400 Piere de Navarre Comte de Mortain


sb-line

208 Assomption de la Vierge avec Blanche de Navarre Evreux
Baie 208 : Assomption de la Vierge
208 1390-1400
Baie 208 détail : Blanche de Navarre

La baie 208 a été recomposée : mais Blanche de Navarre se trouvait auparavant en baie 130 dans le nef,  à droite d’une Vierge assise (panneau actuellement en réserve).


Les verrières du Nord

 

Anomalie inexpliquée (baie 27)

027 Sts eveques

Vierge à l’Enfant au dessus de Saint Martin, Matthieu des Essarts
Baie 27, 1300-10 (chapelle des Saints Evêques, anciennement Saint Claude)

La baie la plus ancienne côté Nord est aussi la seule qui enfreint la règle de positionnement : l’évêque Matthieu des Essarts (représenté deux fois, priant et offrant son vitrail) tourne le dos au choeur.  La baie a été recomposée, le Saint Martin et  l’évêque offrant son vitrail proviennent de l’autre chapelle fondée par Matthieu des Essarts, la 25 , située elle aussi côté Nord. La chapelle 27 (anciennement de Saint Claude) est la chapelle funéraire de l’évêque, on y voyait autrefois son gisant en cuivre.


027 Sts eveques copyright
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
027 1300-10 Mathieu des Essarts

L’évêque était probablement positionné au registre inférieur, au niveau de Saint Martin (comme semble l’indiquer le pinacle de la Vierge, le seul à ne pas comporter de tuiles). Mais ses yeux levés montrent bien qu’il reçoit la bénédiction de l’Enfant.

L’inversion des deux figures de l’évêque est inexpliquée. Pour la chapelle funéraire (baie 27)placer  l’évêque à droite corrélait son image en verre avec son image en pierre (le gisant d’un évêque avait normalement la tête dirigée vers le choeur), donnant l’impression de montrer le mort ressuscitant au paradis [2]. Mais ceci n’explique pas l’anomalie de la seconde chapelle :  sauf à supposer la présence de saints patrons disparus, auxquels l’évêque aurait cédé la place d’honneur.  Faute d’autres renseignements sur la composition originale  des  baies, il est impossible d’aller plus loin.


sb-line


207 1310 ca Chanoine Raoul de ferrieres baie 207 Cathedrale Evreux
baie 207,  vers 1310
Le chanoine Raoul de Ferrières 
023 1325-30 Geoffroy de Bar offrant vitrail baie 23 Chapelle St Louis Evreux
baie 23, 1325-30
L’évêque Geoffroy du Plessis (ou de Bar)

Dans ces deux baies,parmi les plus anciennes, un ecclésiastique en position de don offre à la Vierge une maquette de sa verrière.

Elles illustrent les règles qui perdureront durant deux bons siècle dans la cathédrale concernant la taille du donateur :

  • il se situe sous un baldaquin moins haut que celui de la Vierge ;
  • lorsque celle-ci est debout, il arrive à la hauteur des pieds de l’Enfant ;
  • lorsqu’elle est assise, il arrive à la hauteur de la tête de l’Enfant ;


023 Saint Louis

Baie 23 complète (chapelle Saint Louis)

La baie 23 est particulièrement intéressante car elle est en fait composée de deux moitiés, montrant chacune le même évêque au dessus d’un chanoine, les deux agenouillés en direction de la Madone ou de Saint Martin. La scène où l’évêque offre le vitrail est à gauche, conformément à la convention du don.

Le commanditaire a préféré une disposition symétrique des deux moitiés : la règle concernant la position du donateur par rapport à la Madone n’est pas obligatoire pour les  saints. En revanche celle du baldaquin de taille inférieure s’applique dans les deux cas.


sb-line

 

Anomalie explicable par l’iconographie (baie 211)

211 1320 avant Blanche d'Avaugour Ste Catherine, Guillaume d'Harcourt _Evreux Baie_211
 
Baie 211, avant 1320
Blanche d’Avaugour, Madone, Sainte  Catherine, Guillaume d’Harcourt

L’inscription mentionne que les donateurs sont Guillaume d’Harcourt et  Blanche d’Avaugour, sa troisième épouse. La situation est donc la même que pour la baie de Marguerite d’Artois et Louis de France (10 12 14), où le couple se présente également autour de la Madone dans l’ordre liturgique, comme s’il assistait à une messe privée.

C’est sans doute cette convention pour le couple qui explique ici l’anomalie : entre les deux époux, l’Enfant bénit la personne principale, le mari, ce qui impose mécaniquement que la Vierge tourne le dos au choeur de la cathédrale. La logique locale de la  chapelle prime sur l’ordre global de la cathédrale.

211 1325-27 Blanche d'Avaugour
211 1325-27 Guillaume d Harcourt


sb-line

 

Anomalie due au déplacement

125 1320 ca

Baie 125, vers 1320

Cette Vierge avec deux donateurs inconnus n’est pas à sa place originale : elle provient probablement d’une chapelle du déambulatoire.


sb-line

 

201 1335-40 Annonciation Geoffroy Fae, Evreux
Baie 201, 1335-40,  Annonciation avec l’évêque Geoffroy Faë
200 1328-33 Eveque Jean du Prat Evreux
Baie 200, 1328-33
Madone, Saint Jean-Baptiste, l’Evêque Jean du Pré

Ces deux baies sont  très particulières, puisqu’elles marquent la frontière entre la formule du donateur à gauche (baie 201)  et celle du donateur à droite (baie 200, qui se se situe sur l’axe central).  Dans ces deux baies symétriques,  les évêques   se sont fait représenter au registre inférieur, cédant leur place aux deux annonciateurs du Christ : l’ange Gabriel (représentant l’Ancien Testament) et Saint Jean-Baptiste (représentant le Nouveau Testament).

A noter que leur taille est toujours humaine (ils occupent deux panneaux en  hauteur, ce qui les positionnerait au niveau des pieds de l’Enfant).

 

sb-line

017 1360-1370 baie 17 chapelle du Rosaire chanoine Cathedrale Evreux Laviebaile

 Baie 17, un saint évêque  présentant un chanoine inconnu à la Madone
Chapelle du Rosaire, 1360-1370, Photographies Jean-Yves Cordier  [3]     

La baie 17 fait exception à la règle secondaire, puisque le baldaquin du donateur est de même hauteur que celui de la Vierge (noter que le panneau du haut, pour celle-ci, à été monté à l’envers). Ceci est sans doute dû à la nécessité de caser la banderole de supplication.


015 1360-1370 baie 15 chapelle du Rosaire chanoine Cathedrale Evreux Laviebaile

Baie 15, Marie, le Christ, Saint Jean
Chapelle du Rosaire, 1360-1370, Photographies Jean-Yves Cordier

La baie 15, adjacente, ne comporte pas de donateurs, mais est intéressante du point de vue des baldaquins : ils sont strictement identiques à ceux de la baie 17, sauf celui du Christ, échancré en bas pour laisser la place de la croix. On voit que la logique du remplissage maximal prime sur ici le réalisme des tailles : Marie assise, à droite de la baie 17, occupe le même espace que Marie debout juste à côté, à gauche de la baie 15.



sb-line

 
205 St Thibaut de Marly Baie 205 Saint Ubaldo Baldassini Baie_205 Evreux
Baie 205, Saint Thibaut de Marly, Saint Ubaldo Baldassini 
203 1376-83 Eveque Thibaud de Malestroit Baie_203_Evreux
Baie 203,  Evêque Thibaud de Malestroit

Verrière de Thibaud de Malestroit, 1376-83

L’évêque Thibaud de Malestroit échappe lui-aussi à la règle du baldaquin surbaissé : nécessité de caser la crosse, de même taille que celle de Saint Ubaldo dans la baie 305 adjacente.

203 1408-10 Thibaut de Malestroit



sb-line

 

Anomalie explicable par l’iconographie (baie 127)

127 1400 avant Pierre Beauble archidiacre d'Ouche Baie_127 Evreux

Baie 127, avant  1400 L’Annonciation, Saint Pierre et Pierre Beaublé, archidiacre d’Ouche

Dans la baie 127, il est logique que la présence de Saint Pierre entraîne l’égalité des baldaquins. La Vierge est à droite par rapport à l’Ange, position traditionnelle des Annonciations, ce qui de plus la  place correctement côté choeur.


127 1400 avant Pierre Beauble

En revanche la position du donateur est triplement atypique :

  • il tourne le dos au choeur,
  • il enfreint la convention du don (Saint Pierre  offre en son nom la verrière à la Vierge) ;
  • il se trouve dans le dos de la Vierge, au lieu de suivre l’Ange (ce qui est la solution naturelle dans les Annonciations avec donateur, voir 7 Les donateurs dans l’Annonciation).


127 1400 avant Pierre Beauble archidiacre d'Ouche Baie_127 Evreux inverse

La version « rectifiée » montre la raison de cette anomalie  : en tendant sa maquette face à Marie, Saint Pierre aurait donné l’impression d‘intervenir dans l’Annonciation ; en la tendant dans son dos, il facilite la lecture en deux scènes logiquement disjointes : l’Annonciation, puis  la Présentation du donateur à la Vierge, en position d’humilité.



sb-line

129 1413 apres Guillaume de Cantiers et sainte Catherine Jean de la Ferte-Fresnel et Vierge annonciation Baie_129 Evreux

Baie 129, après 1413, Guillaume de Cantiers présenté par Sainte Catherine,
Jean de la Ferte-Fresnel présenté par l’Ange de l’Annonciation

La baie 129 (immédiatement à gauche de la 127)  a probablement été conçue par symétrie avec elle. Elle se compose de deux scènes homologues  et orientées comme il faut :  deux donateurs, présentés l’un par Sainte Catherine, l’autre par l’Ange de l’Annonciation, sont agenouillés en direction du choeur et de la Vierge à l’Enfant. La seconde scène, en assimilant l’ange gardien  à l’Ange Gabriel, permet de fusionner les deux iconographies  que la baie 127 se contentait de juxtaposer.



sb-line

213 3_Marie (Madeleine Salome Cleophas)_1467-69 Notre-Dame evreux

Verrière des trois Marie : Marie-Madeleine, Marie-Salome, Madone et  Marie-Jocobé
Baie 213, 1467-69

Dans cette baie fort peuplée, les donateurs sont répartis sur deux étages en dessous de la Vierge et de ses compagnes :

  • à l’étage supérieur, les deux donateurs Robert de Floques et le comte Pierre de Brézé, le futur roi Louis XI, le pape Eugène IV, face au roi Charles VII ;
  • à l’étage inférieur, les épouses des deux donateurs et leur père,  trois personnages non identifiés, trois ecclésiastiques face à trois chevaliers non identifiés.


213 1467-69 pape Eugene IVLe pape Eugène IV
213 Charles VII
Le roi Charles VII
213 1467-69 ecclesiastiques
Le chanoine Robert Cybole, l’abbé Jean de Rouen, l’évêque Guillaume de Floques
213 1467-69 chevaliers
Trois chevaliers non identifiés

Fort logiquement, chacun se range sous son supérieur hiérarchique :

  • les ecclésiastiques sous le Pape sous la Vierge,
  • les chevaliers sous le Roi sous la Sainte.



Références :
[1] Les vitraux de Haute-Normandie, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, CNRS, 2001
[2] On observe un telle corrélation pour entre gisant et fresque dans l’enfeu du chanoine Gervais de Larchamp, 1447, Crypte de la Cathédrale de Bayeux https://artifexinopere.com/?p=14054