Daily Archives: 1 novembre 2019

Les pendants de Pater (1/2)

1 novembre 2019

Pater a décliné une quantité industrielle de pendants à partir de quelques thèmes inventés par son maître Watteau. Il est difficile d’en établir la liste précise, et impossible d’en fournir la généalogie, d’autant que certaines oeuvres gravées ou vendues en pendant ont souvent eu des variantes vendues quant à elles en solo. Je présente ci-dessous trente deux pendants considérés comme avérés par Florence Ingersoll-Smouse dans son catalogue de référence [1]. J’ai omis ceux qui étaient des copies trop proches.

A la différence de Watteau dont les rares pendants font preuve à chaque fois d’une réflexion originale (voir Les pendants de Watteau), Pater ne cherche pas étudier des compositions variées ni des correspondances subtiles : la plupart de ses pendants sont « en V » (celui de gauche organisé selon la diagonale descendante, celui de droite selon la montante), ce qui élimine toute hésitation dans l’ordre d’accrochage.

Il faut savoir que, contrairement aux denrées ordinaires, deux tableaux en pendant se vendaient plus cher que deux tableaux indépendants (à cause du travail supplémentaire pour les harmoniser).

Dans un nombre important de cas, Pater a probablement construit ses tableaux indépendamment, avec une diagonale marquée, afin de pouvoir facilement les apparier par la suite de manière plus ou moins arbitraire : on ne trouve par exemple jamais, comme chez Watteau, un nombre équivalent de personnages ou de groupes de personnages dans les deux tableaux.

Plutôt donc que de s’attarder sur une « logique du pendant » soit évidente, soit absente, il est intéressant de balayer l’ensemble de cette abondante production afin d’essayer de discerner les quelques recettes que Pater employait dans sa cuisine combinatoire.

J’ai donc regroupé les pendants non selon un ordre chronologique très incertain (la plupart sont prudemment datés 1720-1736), mais selon un classement « zoologique », par grandes catégories de sujet.



Pendants binaires

La marche et la halte

sb-line

Pater 1728 Rejouissance de soldats Louvre

Réjouissance de soldats
Pater, 1728, Louvre

La première toile militaire de Pater, qui lui a valu sa réception à l’Académie royale de peinture et de sculpture, présente déjà les ingrédients qui se retrouveront dans la plupart de ses « Haltes de troupes » : une tente avec son piquet ouvrant le tableau à gauche, une tour à l’arrière-plan, une tente à droite abritant soldats et cantinières.

Pater A20b Marche de troupes MET
Marche de troupes (IG 449, fig 125)
Pater A20a Halte de troupes MET
Halte de troupes (IG 417, fig 126)

MET, New York

Rapidement, Pater reprend la formule inventée par Watteau dans son pendant Fatigues et délassements de la guerre, qui oppose deux situations plastiques (mouvement et halte) et deux ambiances humaines (effort et repos). Mais tous les aspects dramatiques sont gommés au profit d’une description anecdotique et plaisante :

  • côté départ, on voit au premier plan un soldat aidant une femme à monter, un autre remplissant sa gourde, un autre démontant la tente, puis tout un groupe de militaires, de femmes et d’enfants se mettant en marche vers l’objectif du jour : un château-fort de carton-pâte ;
  • côté arrivée, on retrouve de gauche à droite les joies de la boisson (les deux tonneaux), de la famille, de la pipe, de la popote et de la galanterie, au pied d’une tour démolie qui ferme la parenthèse d’une bataille éludée.


Pater A21a Halte de troupes Karlsruhe
Halte de troupes, Kunstmuseum, Karlsruhe (IG 413, fig 121)
Pater A21b Marche de troupe ashmolean museum
Marche de troupes, Ashmolean Museum, Oxford (IG 459, fig 122)

Ici l’ordre des scènes est inversé : la halte pour le repas précède le départ après la nuitée. Pater souligne l’opposition entre les deux constructions : la tente sur ses poteaux, provisoire et élégante et la bâtisse sur ses pilotis, rustique et décrépite.

Florence Ingersoll-Smouse a recensé six autres pendants militaires déclinant les mêmes principes, et plusieurs dizaines de variantes de chaque situation isolée.



sb-line

Le cortège et la pause

En dehors du contexte militaire, Pater a repris la même opposition pour deux autres pendants.

sb-line

Pater A31b Danse champetre Dresde
Danse champêtre (IG 391, fig 81)
Pater A31a Cortege de fiancailles de village Dresde
Cortège de fiançailles de village (IG 242, fig 80)

Gemäldegalerie, Dresde

Dans Danse champêtre, un couple danse dans une clairière au son d’une cornemuse (souvent symbole sexuel masculin) et d’un tambourin (symbole de la jouissance, voir Les pendants complexes de Gérard de Lairesse), entouré par six autres couples dans les postures variées de l’intimité. Plus un célibataire qui fait tapisserie en donnant à manger à un chien.

Dans le Cortège de fiançailles, Pater s’inspire de la toile de Watteau La mariée de village (voir Les pendants de Watteau). Dans le même ordre que chez Watteau, les demoiselles d’honneur, les fiancés (ici l’homme donne son bras droit à la femme, contrairement à un couple marié), le couple de parents âgés et le duo de musiciens, sortent sans doute de la maison du notaire et se dirigent vers le village au loin (pour la messe de fiançailles). A noter le serviteur qui offre un verre au jeune homme : je n’ai pas retrouvé s’il s’agit d’un rite particulier (dans certaines régions les fiançailles étaient scellées en buvant dans la même coupe) ou d’une invention amusante de Pater, style dernier verre du condamné. Sont à coup sûr ironiques l’âne du premier plan à gauche (connu à la fois pour ses capacités sexuelles et sa répugnance à se laisser mener) et le libre couple du premier plan à droite.

L’idée est sans doute ici d’opposer la liberté de la jeunesse aux règles de la vie adulte. Ce pourquoi j’ai placé à gauche l’escapade loin du village en compagnie des bergers, et à droite le retour au bercail précédé par les vieux parents.


Pater A30a La marche comique Frick Collection - New York
La marche comique (IG 7, fig 4)
Pater A30b L'orchestre de village Frick Collection - New York
L’orchestre de village (IG 9, fig 5)

Frick Collection, New York

Le pendant comporte deux trios. Celui des personnages secondaires illustre l’Amour et la Musique ;

  • les deux garçons lutinant la fille sous l’hermès ;
  • les deux petits musiciens, au violon et à la flûte, accompagnant leur père à la vielle.

Le trio des personnages  principaux montre une Marche et une Halte :

  • des comédiens à l’italienne autour d’un âne qu’ils cherchent à faire avancer au son du tambour ;
  • une fille essayant de faire danser un vieillard tandis qu’une autre apporte un panier plein de grappes.

Le côté comique du pendant est qu’il nous montre d’un côté une marche contrariée par l’âne, de l’autre une danse contrariée par l’âge.



sb-line

Avant et après

sb-line

Pater 1733 ca Le baiser donne coll privee
Le baiser donné, collection privée (IG 473, fig 187)
Pater 1733 ca Le baiser rendu musee cognacq jay
Le baiser rendu, Musée Cognacq-Jay (IG 474, fig 188)

Il existe plusieurs répliques de chaque tableau, sans que l’on sache précisément lesquelles constituaient le pendant original. L’histoire, en deux temps, est celle la déférence du roturier devant le geste galant du seigneur envers son épouse, suivi de sa revanche inattendue.


Pater 1733 ca Le baiser donne Bristish Museum
Pater 1733 ca Le baiser rendu Bristish Museum

Gravures de Filleul, 1733, British Museum

Pour les détails de cette histoire savoureuse, lire les légendes des deux gravures.


sb-line

Intérieur et extérieur

sb-line


pater A20b_le_sultan_au_harem (variante), coll privee
Le Sultan au harem, variante (IG 565) , collection privée (cliquer pour voir l’original détruit en 1945 ) [2]
pater A20a le sultan au jardin Potsdam, Sanssouci
Le Sultan au jardin, Château de Sanssouci, Potsdam (IG 561 fig 162) (cliquer pour un agrandissement en noir et blanc)

Dans cette turquerie hébergée dans une architecture classique, Pater oppose le couple disjoint, à l’intérieur et le couple réuni, à l’extérieur.



Fêtes galantes


Musique et fleurs

sb-line

Ces pendants assez simples suivent tous la structure en V. Ils mettent en regard deux types de langage galant : celui des notes et celui des fleurs.

Pater A22a L'agreable_societe_ gravure_ filleul Gallica
L’agréable societé (Gallica) (IG 69 fig 196)
Pater A22b la belle bouquetiere
La belle bouquetière (IG 67 fig 195)

Gravures de Filleul

L’agréable société

La légende de la gravure nous donne la signification des deux groupes : un couple constitué (Damon et Aminte) avec deux enfants et un chien, jouissant des plaisirs de la famille et de la musique ; un couple en cours de constitution (Licas et Silvie), sous l’égide d’un berger mercuriel au bâton entouré de pampres :

« Touché de voir Damon vivre heureux et tranquille / Avec sa chère Aminte et sa jeune famille / Et de ce que l’Hymen lui fournit de plaisirs / Plus solides que ceux qui coûtent des soupirs, / Licas fait ces efforts pour s’unir à Silvie ;/ Il la presse d’un air si galant, si flateur, / Que l’on juge aisément qu’il aura le bonheur / De pouvoir quelque jour contenter son envie. »


La belle bouquetière

Le second tableau montre probablement un couple avec ses trois enfants : la grande fille (Philis), ramenant à sa mère un panier de fleurs, est enlacée par un admirateur. Le thème pourrait-être la jeunesse et sa brièveté, mais la légende le tire vers une morale un peu plus précise : méfiez-vous des jeunes filles en fleur !

« J’admirerois, Philis, le vif éclat des fleurs / Dont la main vient de faire en ces lieux le pillage / S’il ne paraissoit pas sur ton charmant corsage / Dont on doit préférer les brillantes couleurs./ Dans toutes les saisons elles ont de quoi plaire / Et dans ce doux moment plus je les considère / Plus je crains que mon coeur ne s’en trouve pas mieux / Et ne paye bien cher le plaisir de mes yeux. »


Pater A33a Concert champetre
Concert champêtre (IG 63 fig 229)
Pater A33b La cueillette des roses
La cueillette des roses (IG 62 fig 230)

Collection privée

Ce pendant est très proche du précédent, mais avec une nuance différente entre les couples de chaque tableau :

  • côté musical, un couple chante et joue du luth joue tandis que le flûtiste a laisser tomber béret et instrument pour enlacer sa compagne ;
  • côté floral, le couple assis par terre a fini la cueillette, son panier posé à ses côtés ; l’autre jeune fille a recueilli les fleurs dans son tablier, échangeant des regards insistants avec le jeune homme : à en juger par son béret posé par terre à côté de fleurs jetées, il est en train d’effeuiller le bouquet, et la fille attend la réponse du destin.

C’est ici le détail inventif du béret sur la tête ou par terre, qui distingue l’amant couronné de l’amoureux entreprenant.

Pater A03a Le musicien
Le musicien
Pater A03b La cueillette des roses
La cueillette des roses

Vers 1725, Collection privée

Cet autre pendant à deux couples est basé sur les mêmes principes :

  • côté musical, un couple avec enfant jouit de la musique et un jeune couple s’enlace ;
  • côté floral, l’un des jeunes gens cueille des fleurs pour sa compagne, l’autre lui offre un fruit.

Le couple supplémentaire de la fillette et du chien, au centre, assure la liaison entre les deux pendants, tout en ajoutant une touche d’innocence.

Pater A34a Reunion en plein air Sanssouci
Réunion en plein air (IG 58 fig 43)
Pater A34b Offre des fleurs Sanssouci
L’Offre des fleurs (IG 57 fig 41)

Château de Sanssouci, Potsdam

Dans ce pendant plus complexe, les statues donnent la tonalité générale :

  • la fontaine, avec sa gueule de monstre dans laquelle un amour plonge le bras, rappelle la musique et la flûte ;
  • en face, l‘hermès fleuri et couronné donne la tonalité florale (bien que le tableau comporte également un guitariste.)

Six personnages sont mis en scène selon un rythme différent :

  • dans le premier tableau, trois couples : un homme offre une pomme , un autre joue de la flûte et le troisième (sans béret) relève sa compagne ;
  • dans le second, deux trios : un guitariste, sa compagne et un serviteur qui lui apporte des fleurs ; un homme qui enlace une fille sous le regard d’une troisième.

A la manière de Watteau (voir son pendant  La surprise et L’accord parfait), Pater compose ici une sorte de mélodie graphique, d’un côté en rythme binaire, de l’autre en rythme ternaire.



sb-line

Collation et fleurs

sb-line

Pater A19a Fete galante Musee d'art de Sao Paulo
Fête galante, Musée d’art de Sao Paulo (IG 38, fig 29)
Pater A19b L'amour en plein air coll priv
L’amour en plein air, collection privée (IG 35, fig 31)

Anciennement dans la collection de Frédéric II à Potsdam

La halte des promeneurs est justifiée à gauche par une collation ; à droite par la cueillette de fleurs. Mais pour les fêtes galantes à nombreux personnages, comme celle-ci, ce n’est pas tant le détail des scènes qui compte que la structure d’ensemble.

Les personnages se regroupent sur les bords externes, le centre n’étant occupé que par un ou deux personnages isolés. Et le pendant en V se crée mécaniquement par la topographie : d’un côté un haut mur et un vase, de l’autre une statue au flanc d’un talus.


Pater, Jean-Baptiste, 1695-1736; Fete galante
Fête galante (IG 39bis, fig 28)
Pater, Jean-Baptiste, 1695-1736; Fete Galante
Fête galante (IG 36bis, fig 30)

English Heritage, Kenwood

Même décor et mêmes scènes pour cette variante, qui rajoute côté droit le chant au son de la flûte


sb-line

Amour et badinage

Il s’agit d’une structure bien précise, que Pater utilise du côté droit de plusieurs pendants.

sb-line

pater A02a les_amants_heureux gravure de Filleul British Museum - inverse
Les amants heureux (IG 16, fig 9)
pater A02b L'amour et le badinage gravure de filleul inversee
L’amour et le badinage (IG 12, fig 10)

Gravures de Filleul, British Museum (inversées)

Les tableaux étant aujourd’hui inaccessibles, nous nous contenterons des deux gravures (inversées).

Les amants heureux

Le groupe se divise en trois parties : un couple avec enfant, des amoureux discutant, des amoureux s’enlaçant. La légende de la gravure nous suggère comment les interpréter : au centre, la jeune fille courtisée (nommée Philis) hésite sur les intentions de son partenaire (nommé Damin): sera-t-il fidèle comme celui de gauche, ou coureur, comme celui de droite ?

« Employez bien le temps d’une verte Jeunesse ; / Amants, plus il est court plus il est précieux. / Heureusement, Philis, je lis dans vos beaux yeux / Que vous êtes sensible aux voeux qu’on vous adresse. / Quand même un jour Damin trahiroit son serment; / Rendez vous au plus tost, ne soyez point cruelle : / On trouve un doux plaisir à croire aveuglément / Qu’un coeur qui nous est cher sera toujours fidèle. »


L’amour et le badinage

Le groupe se divise ici encore en trois scènes : un guitariste vu de dos, deux hommes embrassant une fille, un couple effeuillant une fleur avec des enfants à l’arrière-plan.

La légende de la gravure explique le thème, à savoir l’opposition entre le Badinage (sexe avec Isabelle) et l’Amour (sentiments pour Iris ) :

« Quand Lisandre, en amant modeste et délicat, / Avec la jeune Iris s’entretient teste-à-teste / et qu’il ouvre son coeur sans bruit et sans éclat / Il peut bien justement compter sur sa conqueste. / Mais pour ces jouvenceaux peu munis de raison / Qui veulent tous les deux caresser Isabelle, / Leurs exploits ne seront que pure bagatelle / L’Amour ne veut jamais avoir de compagnon. »


Pater A14a La bonne aventure LACMA
La bonne aventure, Los Angeles County Museum of Arts (IG 508, fig 7)
Pater A14b Pater Amour et badinage (copie) coll priv
L’Amour et le Badinage, variante, collection privée (IG 13, fig 8)

Le second tableau élargit le thème « Amour et Badinage », en rajoutant au premier plan à gauche un homme en manteau rouge, accoudé à un escalier.

Il est ici apparié à un thème bien différent, celui de La bonne aventure, dont il existe de multiples répliques sous forme de tableaux isolés. Ici, l’enfant qui tambourine en regardant le spectateur souligne le côté « bidon » des prédictions de sa mère.


(c) The Fitzwilliam Museum; Supplied by The Public Catalogue Foundation
La Bonne aventure, Fitzwilliam museum (IG 506, fig 147)
Pater A11b Fete du Mai Pouckine Museum variante
La Fête de Mai (variante), Pouckine Museum, Moscou (IG 527, fig 148)

Grâce à sa diagonale descendante, La Bonne aventure peut être appariée avec tout autre thème à diagonale montante : ici La Fête de Mai.

On voit ici que les sujets sont relativement interchangeables, pourvu qu’ils s’inscrivent dans la structure d’ensemble.

Pater pendanst en V et W

Ce type de composition constitue une évolution, par éloignement, de la classique structure en V : les groupes auparavant latéraux passent à l’arrière-plan et des personnages nouveaux s’interposent au premier plan, formant repoussoir.

Une série de pendants exploite de manière systématique cette formule « en W ».


Pater A08a 1720-36 Les delassements de la campagne Musee des BA Valenciennes phto Gregory Lejeune
Les délassements de la campagne (photo Gregory Lejeune) MET (IG 29, fig 18)
Pater A08b 1720-36 Le concert champetre Musee des BA Valenciennes
Le concert champêtre (IG 20, fig 17)

Musée des Beaux-Arts, Valenciennes

Au premier plan, les figures isolées sont accolées à un élément d’architecture  : la femme au singe accoudée à l’escalier, et la fillette au chien à côté de la colonne (plus son père qui se tourne vers elle et sa mère appuyée à la chaise

Les groupes sont passés au second plan, s’adonnant à leurs occupations habituelles : ici la collation et le chant.

Pater A04a 1734 Concert champetre MET
Concert champêtre, daté 1734, MET (IG 34, fig 50) [3]
Museo Thyssen- Bornemisza
Concert champêtre, daté 1734, Musée Thyssen Bormenisza, Madrid (IG 19, fig 51) [4]

Le second tableau est une variante très proche du pendant précédent (moins la petite fille de gauche et le chien).

Le premier se structure nettement en trois groupes :

  • une famille (père, épouse et fille) formant repoussoir ;
  • un groupe musical, avec flûte et vielle, autour de deux amoureux tenant lui une canne et elle un éventail ;
  • un couple qui se retire vers les bois.

Le pendant suivant va rendre plus explicites ces trois groupes, sorte d’élargissement de la structure « Amour et badinage ».

Pater A05a Fete Champetre c.1728-36 Buckingham Palace
Fête champêtre (IG 27, fig 12)
Pater A05b Fete Champetre with a Flute Player c.1728-36 Buckingham Palace
Concert champêtre avec un flûtiste (IG 18, fig 11)

Buckingham Palace

Le second tableau est toujours similaire à celui des pendants précédents, sinon qu’un flûtiste a remplacé le guitariste.

Le thème du premier tableau est maintenant très clair :

  • le repoussoir est constitué par un père, sa femme et son enfant, image du couple constitué ;
  • au centre un groupe de quatre s’occupe de fleurir la jeune fille en robe rouge : l’Amour
  • à droite un couple s’enlace plus ardemment, surplombé par la cornemuse phallique et épié par un voyeur derrière l’arbre : le Badinage.

Ainsi sont illustrés les joies de la famille, les plaisirs du flirt et les complications du sexe.


Pater A07a Monsieur de Pourceaugnac c. 1728-36 Buckingham Palace
Monsieur de Pourceaugnac (IG 1, fig 3)
Pater A07b 1730 Fete-Champetre-with-Italian-Comedians Buckingham palace
Réunion de Comédiens italiens dans un parc (IG 3, fig 2)

Buckingham Palace

Ce pendant transpose la même structure dans l’univers du théâtre, français et italien.

Le second tableau reprend toujours la même composition, avec Pantalon dans le rôle du repoussoir et les autres comédiens regroupés autour d’une guitariste ;

Le premier tableau est cette fois totalement différent. Il montre, sous un porche, le héros de la pièce de Molière, rattrapé par ses deux femmes et ses nombreux enfants : soit le désordre qui advient à mélanger mariage et galanterie.


sb-line

Danse et danse

Le thème de la danse est plus structurant que toutes les autres occupations galantes ( musique, collation, cueillette ou badinage) en ce qu’il met nécessairement un couple en exergue, debout et à l’écart par rapport au reste des spectateurs.

sb-line

Pater A15a La danse coll priv
La danse, collection privée (IG 234 fig 56)
Cliquer pour voir la variante réalisée pour Frédéric II (IG 233 fig 58)
Pater A15b La danse Worcester Art Museum
La danse, Worcester Art Museum (IG 236 fig 57)

A gauche, au son de la vielle, sous la statue d’une déesse, un gentilhomme jouant de la vielle converse avec une belle fille, tandis qu’un couple esquisse un pas de danse.

A droite, lors de la collation servie sur une table du parc, un homme invite une femme à danser au son du violon, du hautbois et de la cornemuse, tandis qu’au centre des convives une dame joue de la flûte.

Les deux tableaux ne s’opposent pas, mais se complètent : d’un côté un rapprochement impromptu et une musique improvisée, de l’autre une posture plus formelle lors d’un divertissement organisé.



sb-line

Danse et autre

sb-line

Pater, Jean-Baptiste, 1695-1736; The Dance
La danse (IG 228, fig 20)
Pater, Jean-Baptiste, 1695-1736; A Concert (Le concert amoureux)
Le concert amoureux (IG 25, fig 18)

Wallace Collection

Une série de quatre gravures a été produite par Filleul en 1739, sous le titre Les plaisirs les plus ordinaires de la jeunesse. On peut considérer qu’elles fonctionnent en deux pendants, les deux premiers tableaux ayant été reproduits isolément pour Frédéric II (IG 26 et IG 229).

Les textes de Charles Moraine accompagnant les gravures donnent une idée de la manière dont elles étaient perçues par les contemporains.


La danse

« Danse aimable, où la grâce est jointe avec l’adresse; / où dans tout son éclat triomphe la Beauté / Tu parois faite exprès pour l’heureuse jeunesse / Et ton art par l’Amour fut sans doute inventé. / A l’un et l’autre sexe il montra la cadence / Il leur fit observer un juste mouvement / Et sachant les tenir en bonne intelligence / Leur union forma ton plus bel ornement. »

Le texte met l’accent sur l’opposition entre la posture élégante des deux danseurs et les attitudes relâchées des amoureux.


La concert amoureux

« Du luth et de la voix les sons mélodieux / Se dissipent dans l’air d’une extrême vitesse;/Les fleurs perdent bientost leur éclat précieux, De même, Chers enfants, s’éclipse la jeunesse. », « Pour vous en consoler, en l’honneur des Amours / Redoublez vos chansons, cueillez des fleurs nouvelles: / S’ils ne vous donnent pas des faveurs éternelles, / Du moins ils vous feront jouir de vos beaux jours. »

Ici encore le texte souligne les deux activités distinctes que montre l’image : ceux qui s’occupent des Fleurs (trois filles et un couple, dont l’homme décore d’une fleur la chevelure de la femme) et ceux qui s’occupent de la Musique (la chanteuse et le luthiste) .


La logique du pendant

Comme souvent chez Pater, il faut comparer personnages principaux et personnages secondaires :

  • les couples principaux, l’Art de la Danse et l’Art de la Musique, contrastent par leur attitude : debout et assis, position inverse de l’homme par rapport à la femme.
  • les faire-valoir contrastent par leur répartition : enlacés sous la statue de l’Amour ou éparpillés à la manière des fleurs.

Ce premier pendant met ainsi en balance deux aspects des Plaisirs de la jeunesse :

  • l’Union des corps (amoureuse ou harmonieuse) ;
  • la Fugacité (fleurs et sons).


Pater, Jean-Baptiste, 1695-1736; The Swing (La conversation interessant)
La conversation intéressante (ou la balançoire) (IG 276 , fig 22)
(c) The Wallace Collection; Supplied by The Public Catalogue Foundation
Le Colin-Maillard (IG 295, fig 21)

Wallace Collection

Les deux autres tableaux de la série n’ont pas été vendus comme un pendant séparé. Mais ils ont été sans doute conçus en tant que tel, avec une composition en V et des structures homologues à celles de l’autre pendant.


La conversation intéressante

Tout comme dans La danse, un couple fait bande à part par rapport aux autres : mais tandis que là sa grâce était vantée, ici c’est son excentricité qui est quelque peu décriée :

« Assis sur un gazon qu’on se plait quand on aime /A se communiquer les secrets de son coeur ! Un pareil entretien a certaine douceur / Qui paroist égaler la jouissance même /
Aminte néanmoins pense tout autrement ; / A tout autre plaisir la follette est encline ;/Et suivant son humeur enjouée et badine, / Elle aime mieux en l’air trouver du mouvement. »


Le Colin-Maillard

Sept personnages en mouvement (trois garçons et quatre filles) s’opposent au couple assis du premier plan : un cornemuseux et une fille qui lui amène un torchon ou une serviette.


Colin Maillard grevure de etienne Brion d'apres Watteau

Le colin-maillard
Gravure de Etienne Brion d’après un tableau perdu de Watteau

L’idée du cornemuseux épuisé vient d’un tableau précoce de Watteau, où il servait simplement de contrepoint statique (houlette posée par terre) aux autres bergers et bergères en mouvement. Pater lui donne une importance accrue : la serviette qui essuie fait écho au bandeau qui aveugle, et suggère, dans le contexte grivois de la cornemuse, une interprétation équivoque (la sueur étant l’euphémisme d’un autre fluide corporel).

On ne connait pas le texte qui accompagnait la gravure, sans doute brodait-il sur le thème de la passion qui aveugle et épuise. Quoiqu’il en soit, de même que Le Concert amoureux distinguait un couple musical (guitare) d’un groupe floral, on voit ici un couple musical (cornemuse) à l’écart du groupe ludique.


La logique du pendant

Ce second pendant met en balance deux autres aspects des Plaisirs de la jeunesse :

  • l’Union des Esprits (la Conversation, opposée au côté primaire de la balançoire) ;
  • la Passion (aveuglante et fatigante).



Pater A32a Schema
La série révèle ainsi une composition d’une grande cohérence.

pater A01a fete_champetre_or_les_denicheurs_doiseaux
Fête champêtre (les dénicheurs d’oiseaux), Alte Pinakothek, Münich (IG 45, fig 38)
Pater A01b vers 1728 Le Repos dans le parc Frick Museum
Le Repos dans le parc, Frick Museum (IG 232, fig 153)

Dans ce pendant « en W », on reconnaît dans le premier tableau un élargissement du schéma « Amour et Badinage » (jusqu’à la statue des deux amours avec le dauphin). Le thème est celui de la collecte, des fleurs et des oeufs d’oiseau.

Le second tableau oppose, comme dans « La danse » de la Wallace collection, l’attitude impeccable des danseurs et les poses relâchées des convives (notamment celui qui tend son verre, vautré sur une autre buveuse


sss

Pater A36a Musical Entertainment Ermitage
Le concert (IG 71 ter , fig 60) 156 x 86 cm
Pater A36c Dance under the Trees Ermitage
La danse (IG 234 bis , fig 61) 156 x 1,05 cm
Pater A36b Ermitage Scene-in-a-Park
Scène dans un parc (IG 33 bis, fig 62) 156 x 86 cm

Ermitage, Saint Petersbourg

Ce triptyque se compose d’un pendant en V, au milieu duquel s’interpose une scène symétrique avec une échappée vers la rivière lointaine. Le panneau central est pratiquement identique à un Concert Champêtre de la National Gallery, et ressemble beaucoup à La Danse du Worcester Art Museum (y compris le détail de la dame qui accompagne l’orchestre en jouant du pipeau).

Le fait que deux orchestres différents apparaissent dans le panneau Musique et le panneau Danse montre bien que le triptyque ne résulte pas d’une reconception d’ensemble, mais de la simple juxtaposition de compositions éprouvées indépendamment.


Références :
[1] « Pater », Florence Ingersoll-Smouse, Les Beaux-Arts, Paris, 1921
Les références à ce catalogue raisonné sont notées IG suivi du numéro de notice. Quelques rares oeuvres, découvertes depuis, ne portent pas de numéro.

Les pendants de Pater (2/2) : les Baigneuses

1 novembre 2019

Le thème des Baigneuses est un des grands succès de Pater. Parmi les nombreuses variantes, certaines ont été vendues en pendant : mais la spécificité du thème (uniquement des femmes, postures limitées par la pudeur et l’absence d’accessoires) rendait quasi impossible la mise en correspondance avec l’autre tableau.

Les pendants en question sont donc presque tous la juxtaposition de scènes déjà conçues par ailleurs.



Pater A52a Baigneuses Potsdam, Neues Palais
Baigneuses (IG 329, fig 89)
Pater A52b Les Amusements champetres Potsdam, Neues Palais
Les Amusements champêtres (IG 239, fig 78)

Neues Palais, Potsdam

On reconnaît dans le second tableau une autre variante de La Danse (avec la dame jouant de la flûte).

Le premier tableau utilise comme repoussoirs des femmes habillées (plus trois hommes qui se font éconduire) ; autour du bassin se répartissent des dames à différents degrés de déshabillage, le dernier degré étant atteint par celles qui se baignent. A noter les deux chiens, seuls mâles autorisés à accompagner dans l’eau leur maîtresse.

Pater A50a Pater Les baigneuses Nelson Atkins Museum of Arts
Les baigneuses (IG 318, fig 42)
Pater A50b Pater le gouter Nelson Atkins Museum of Arts
Le goûter (IG 51, fig 40)

Nelson Atkins Museum of Arts

Le second tableau présente toujours une composition inspirée de La danse, avec deux promeneurs remplaçant les danseurs.

Pour une fois, Pater a renoncé à la composition en V, en construisant le premier selon une diagonale ascendante qui accentue l’idée commune du pendant : la montée vers la collation. Ainsi l’escalier et la statue de naïade du second tableau suggèrent une sorte de continuité topographique entre les deux tableaux, comme si la piscine de l’un se situait en contrebas de l’autre.

Pater A12a REUNION D'ACTEURS DE LA COMEDIE ITALIENNE DANS UN PARC Louvre
Réunion d’acteurs de la Comédie italienne dans un parc, Louvre (IG 4, fig 6)
Pater A12 Le bain gravure de Duflos
Le bain, gravure de Duflos (IG 313, fig 219)

J’ai tendance à penser que la gravure n’était pas inversée par rapport au tableau disparu, de sorte que ce pendant créait une effet de parallélisme amusant entre :

  • les deux tables (pour poser la collation et pour poser les habits),
  • le couple à la guitare et le couple à l’éventail,
  • le couple fille/vieillard à la vielle et le couple de baigneuses dans l’eau (accompagnés par un chien).

La légende de la gravure oppose le maquillage des coquettes à la fraîcheur des jeunes filles au bain :

« En tous lieux la fine Coquette / Scait avec art accomoder son teint, / Ele paroit aimable à la Toillette, Mais jamais au sortir du bain. / Peut-on aimer des objets qui se fardent, / Ils feroient pour me plaire un effort impuissant, / Pour vous jeune beautés en vous rafraîchissant,/ Vous enflammés les coeurs de ceux qui vous regardent. »

Ainsi le thème commun aux comédiens et aux baigneuses est sans doute le travestissement, assumé ou dénoncé.

pater A53a
Baigneuses (IG 323 fig 95)
pater A53b
Baigneuses (IG 325 fig 96)

Collection privée [5]

Ce pendant en V a été conçu comme un tout, du moins pour les décors :

  • la statue du Dieu Fleuve fait écho à la statue féminine,
  • la vasque, à la table circulaire,
  • la planche servant de pont au premier plan (près de laquelle se cachent deux jeunes gens), à la table des buveurs.

Les vêtements de théâtre des hommes, suggérant une scène de fantaisie, rendent plus légitime leur présence au milieu de ces nudités.

Pater A51a Fete_Champetre_Durant les vendanges 1730-1733,Dallas_Museum_of_Art_
Fête champêtre durant les vendanges
Pater A51b Baigneuses près d'une fontaine 1730-1733,Dallas_Museum_of_Art_
Baigneuses près d’une fontaine

1730-1733, Dallas Museum of Art

Ce pendant en V a également été conçu comme un tout. Il oppose les vendanges et la baignade, un monde bachique et un monde vénusien :

  • à gauche les sexes se mêlent pour cueillir, s’offrir ou se jeter des pommes, entre une fontaine avec nymphe et un hermès bienveillant ;
  • à droite un monde purement féminin, entre la statue des amours à la chèvre et deux cariatides dénudées, vaque tranquillement à ses ablutions, seulement épié par trois enfants tapis derrière la haie.



sb-line

Les Plaisirs de l’été

Ce titre désigne quelques baigneuses en intérieur, qui clôtureront notre parcours.

sb-line

Pater A40a Plaisirs de l ete Sans souci
Les Plaisirs de l’été (IG 314 fig 83)
Pater A40b Baigneuses Sanssouci perdu en 1945
Les baigneuses (IG 309 fig 85), détruit en 1945. Cliquer pour voir la variante de l’Ermitage.

Château de Sanssouci, Potsdam

Le pendant  le plus ancien est sans doute celui réalisé pour Frédéric II.

La scène en extérieur comporte les détails habituels : statue de Vénus, marmots derrière la haie, chien dans l’eau.

La scène en intérieur ne manifeste aucune tentative pour créer une symétrie ; le seul point commun est le moment choisi : le séchage en sortie de bain.

Pater A41a Le desir de plaire Louvre
Le désir de plaire, Louvre (IG 522 fig 1)
Pater A41b The Bath (Le plaisir de l'ete), Wallace Collection
Le plaisir de l’été (The bath), Wallace Collection (IG 307 fig 84)

Dans le tableau de droite, Pater reprend la même scène d’intérieur en transformant le rideau de lit en rideau de porte, ce qui permet de caser la figure d’un galant se profilant dans l’ouverture.

Le tableau est cette fois apparié, de manière plus convaincante, avec une autre scène d’intérieur, la toilette dans le chambre. Par symétrie, un autre galant se cache derrière le rideau.


Pater A41a Surugue le desir de plaire
Pater A41b Surugue le plaisir de l ete

Gravures de Surugue

Lorsqu’aucun personnage n’effectuait un geste exigeant la main droite, le graveur s’épargnait en général la peine d’inverser son cuivre par rapport au tableau : c’est la cas ici. La gravure de gauche révèle un détail complémentaire : le galant donne la pièce à une servante pour avoir le droit de jeter un oeil.
Les textes soulignent la différence de tonalité entre la scène habillée et la scène déshabillée : compliment convenu côté Désir, allusion grivoise côté Plaisir ;

Le désir de plaire

Ce galant attirail qu’un goût coquet éclaire /
Iris, a des charmes bien doux. /
Mais il faudroit encor pour être seur de plaire /
Que telle qui s’en sert eut les traits comme vous.

Le plaisir de l’été

En sortant de ce bain dont la fraîcheur charmante /
De Cupidon a pu calmer les feux /
Philis nous connoissons qu’au gré de votre atante /
Ce petit Dieu s’est sauvé dans vos yeux »