Accueil » Interprétations » Enigmes » Là, je sèche…

Là, je sèche…

Sainte famille

Rembrandt (atelier), 1642-1648, Rikjmuseaum, Amsterdam

SK-A-4119

Cliquer pour agrandir

Je voudrais bien savoir ce qui est accroché au vitrail :

 

Et ce qui est posé sur la table, derrière les deux chaussures :

 

15 commentaires to “Là, je sèche…”

  1. un artichaut à la fenêtre

  2. un artichaut

    • Merci, c’est possible. Mais pourquoi faire sécher une fleur d’artichaut à la fenêtre ? En herboristerie, apparemment ce sont les feuilles qu’on utilise…

  3. Derrière les chaussures, je vois une bouteille et le dossier d’une chaise.

  4. Jadis, il était d’usage de suspendre dans les écuries, un petit bouquet de feuilles de houx espérant ainsi lutter contre la gale….
    Je ne sais si cette pratique avait lieu aux Pays Bas.
    Cependant, pourquoi y en aurait-il à l’intérieur de la maison ?
    Par ailleurs ce bouquet était fixé au plafond alors qu’il est là accroché au vitrail…
    Quant au « fourbi » derrière les chaussures…???

    • Merci pour le houx, mais effectivement nous sommes dans une taverne ou une échoppe, pas dans un étable. Il s’agit peut être d’une pratique prophylactique, mais elle doit avoir un rapport avec le thème principal.

      Ce qui est irritant avec ce détail, c’est qu’on ne comprend pas comment il s’accroche au plomb du vitrail. Et qu’il ne peut être anecdotique, puisqu’il est situé juste au dessus de la lumière cachée, en pendant du clou puissamment symbolique que vous avez certainement remarqué.

      Concernant le fourbi, je sais maintenant qu’il s’agit d’une gourde : on voit la même dans « Le reniement de Saint Pierre » de Rembrandt.

  5. Et si c’etait une eponge ?

  6. je vois un bouton de rose séché. J’espère aller à Amsterdam dans quelques mois: je penserai à vous.

  7. l’austérité du lieu et l’usure des enduits, m’enjoignent à penser à un chiffon qui boucherait un carreau cassé …

    • Possible, mais quelle pourrait-être la sighification symbolique ? Cet objet, situé à la lisière entre la lumière et l’ombre (entre le présent tranquille et la future tragédie encore cachée ) joue probablement un rôle aussi important que le clou.

      • l’inexorable … le verre était très cher, le carreau cassé comme une preuve de la déchéance, les reliques d’un faste passé accrochent aussi la lumière : le bougeoir au dessus de la cheminée attirant notre oeil comme pour mieux cacher la noirceur du personnage recroquevillé sous l’escalier .

        • Le personnage sous l’escalier est Joseph, allant tirer du vin à un tonneau.

          • merci, mes cours sont un peu loin … et je ne me suis attachée qu’à la technique, ainsi le bout de tissu chiffonné m’est apparu comme évident car s’il s’était agi d’un bouquet, je pense qu’on en aurait distingué des détails même sommaires .

          • merci, mes cours sont loin … je me suis attardée sur la technique et il me semble que l’hypothèse du tissu est possible car il n’y a aucun détail même sommaire qui me fasse voir un bouquet de feuilles ou de branches sèches, qui étaient d’ailleurs plutôt accrochés en hauteur .

Leave a Reply