Accueil » Interprétations » = THEMES = » - Ponts » Le tour du pont » Les ponts de Narni » 5 Narni : Les ponts vus de biais

5 Narni : Les ponts vus de biais

 

Ce point de vue a pour intérêt de montrer la ville de Narni en arrière-plan. Mécaniquement :

  • l’arche ruinée fait  système avec les remparts,
  • le pont impérial est supplanté par la ville féodale,
  • la paix d’Auguste laisse place aux guerres médiévales.

Et stylistiquement, le classicisme s’efface sous le romantisme qui pointe.

Le pont d’Auguste vu de biais

1779-Hackert-Pont de Narni_View-2

Deuxième vue des ruines du pont d’Auguste sur la Nera à Narni
Dessin de Jacob Philipp Hackert, 1779, gravé par son frère Georg Abraham

Les rives affrontées

Dans cette vue, prise de l’arrière et de biais, les deux rives s’opposent sous plusieurs  aspects :  le cheval, l’arche intacte, la ville et le nuage noir, côté gauche, contrastent  respectivement avec l’âne, l’arche brisée, l’abbaye de San Cassiano et le nuage blanc.

Comme si l’effondrement du pont conduisait à l’affrontement des rives.

Deux pendants

 La comparaison entre les deux vues de Hackert est éclairante.

 

1779-Hackert_Pont de Narni
Vue de l’Ouest

1779-Hackert-Pont de Narni_View-2
Vue de l’Est


La  première vue : horizontale et statique

La première vue de Hackert  traite  sur un plan d’égalité les deux ponts, tranquillement posés  sur le fleuve à l’instar des vaches paisibles et du couple de paysans assis. La communication entre les deux rives est   rétablie par le pont médiéval, humble successeur de l’ illustre ancêtre.


La  deuxième vue : verticale et dynamique

La composition est simple et efficace : depuis le couple de paysan en bas à droite, l’oeil s’élève en diagonale,  en suivant les piles du pont, jusqu’à la ville en haut à gauche.

Le couple avec son âne avance sur le chemin, tandis que sur l’autre rive, près d’un autre chemin qui monte vers la ville, un cheval broute et trois touristes contemplent l’arche immense.

Les deux équidés remplacent les vaches de la première vue, le bâton du marcheur se substitue à celui du vacher : ici le voyage, là le pâturage.


 

1776 ca Hackert dessin Vienna, Akademie der Bildenden Kunste - Kupferstichkabinet
Dessin de 1776, Akademie der Bildenden Künste – Kupferstichkabinet, Vienne

Hackert
Gravure coloriée

Par rapport au dessin original, le graveur a supprimé le reflet de la pile dans la Nera, et remplacé le chevrier et son troupeau par un couple de voyageurs.

La version colorisée rend encore plus nette l’idée sous-jacente : opposer le fleuve tumultueux et le cheminement paisible, à contresens, sur la rive.


1790 Hauer d'apres Hackert aquatinte

1790, aquatinte de Hauer

Onze ans après, Hauer reprend la gravure de Hackert à l’aquatinte , technique qui rehausse l’effet de contre-jour de la butte avec ses remparts médiévaux, en contrepoint des vestiges antiques.

1830 ca William Linton

Le pont de Narni
William Linton, vers 1830

Même effet de contre-jour, avec un peu plus de recul.


 

Le pont d’Auguste à Narni

Henry Cook, 1846

1846_Cook Henry_Pont Narni
Quelques mètres de plus sur le chemin suffisent à modifier radicalement la lecture  : ici, plus de mouvement ascendant comme chez Hackert, puisque la masse sombre du pilier de droite prend sous sa coupe l’ensemble de la composition.

En supprimant toute présence humaine , Cook ramène la gravure à une confrontation d’architectures. L’opposition des époques se traduit par un contraste de textures : masses fortement contrastées et lignes bien définies pour le pont d’Auguste, masses grises et vaporeuses pour les monts qui portent le monastère, la  ville et la citadelle.

Le romantisme étant passé par là, c’est un véritable burg rhénan qui surplombe la vallée du Nera.


 

 

1895 Enciclopedia Illustrata edition Sonzogno narni
Gravure de 1895

  


2013 de cote
Photographie de 2013

La photographie réduit le pont et le mont à des proportions moins héroïques. La route et l’arcade brisée qui la surplombe existent toujours, telles que Cook les avait dessinées.


2013 de cote chemin de fer

Le chemin de fer transperce le mur romain à droite de la route, arche en acier qui fait maintenant pendant à  l’arche en pierre de la rive gauche.


Les deux ponts vus de biais

1819_Turner_Pont Narni carnet Ancone-Rome dessin 132

Narni depuis le Nord Est,avec les ponts médiéval et romain
Turner, 1819, carnet de voyage Ancône-Rome, dessin 132, Tate Gallery, Londres

Parmi les nombreux croquis que Turner a réalisés sur le site, celui-ci montre les deux ponts réunis en une profusion d’arches et de tourelles qui mélange les âges et envahit tout l’espace. Les deux ponts ont été délibérément rapprochés pour obtenir cet effet de compression spatiale et temporelle.


1822-48 Horner, Friedrich Oberursel im Taunus, Galerie Joseph Fach
Friedrich Horner, 1822-48, Galerie Joseph Fach, Oberursel im Taunus

 


1846-1847 Brillouin, Louis George coll priv
Louis George Brillouin, 4 août 1847, collection privée

Ces deux compositions plus réalistes montrent les deux ponts dans leur écartement naturel. Le dessin de Brilloin prouve que le remplacement des arches par un tablier de bois était déjà effectif avant 1849, ce qui explique pourquoi Garibaldi a pu le faire incendier.


 

1842-47 lunde Bruun Rassmussen museum Copenhague
Anders Christian Lunde, 1842-47 Bruun Rassmussen museum, Copenhague

Photographie Cassa di Risparmio di Narni e Tern
Photographie Cassa di Risparmio di Narni e Terni [1]

Le peintre danois a choisi un emplacement original, pour cette vue en éventail où les deux ponts semblent pivoter autour du cyprès près de la tourelle. Celle-ci existe encore aujourd’hui, intégrée dans un bâtiment.


 

1842-47 lunde Bruun Rassmussen museum Copenhague

Anders Christian Lunde, 1842-47 Bruun Rassmussen museum, Copenhague

1849 ca Palm coll priv
Gustaf Wilhelm Palm, vers 1848, collection privée

 Ce n’est sans doute pas par hasard que son collègue suédois a choisi le même point de vue, même s’il n’y a pas de preuve que les deux peintres aient travaillé ensemble sur le motif. La visite à Narni est probablement un peu antérieure à 1848, puisque les arches de pierre sont encore présentes alors qu’elles ont disparu dans le dessin de Brilloin de 1847.


1885 ca Adolphe Gusmand gravure sur bois exposition 2015

Adolphe Gusmand, vers 1885, gravure sur bois,  exposition de 2015 [2]

Ce point de vue peu conventionnel montre un collègue dessinant à l’ombre d’un immense chêne, qui se substitue au pont brisé pour connecter visuellement les deux rives.


 

1860-64-Castelli-Alessandro-La-Nera-a-Narni-Galleria-Nazionale-dArte-Moderna-Roma.jpg

La Nera a Narni
Alessandro Castelli, 1860-64, Galleria Nazionale d’Arte Moderna, Rome

Castelli exagère l’escarpement rocheux pour donner à la tourelle une importance centrale.


Références :
[2] « Il Ponte di Augusto a Narni », Sandro di Mattia, Giovanna Eroli e Fabrizio Ronca, exposition 2015

2 commentaires to “5 Narni : Les ponts vus de biais”

  1. Hi, I’m an architecture student from florence and i’m doing my master degrees thesis also on this bridge, as a matter of fact i really need the image that you posted on your site in high quality. Do you have it? or you could say me where i can find it? that’s would be very helpfull for my work.
    Thank you,
    best regard
    G.G.

    • Hello. The images I posted come from the internet. Unfortunately, I have none with higher resolution and no idea of how to find them. Godd luck for your thesis.

Leave a Reply