Accueil » Interprétations » = THEMES = » - Fuite en Egypte, Patinir » 4 Une forêt de symboles

4 Une forêt de symboles

La forêt constitue un no-mans-land entre la Judée cruelle et l’Egypte païenne. Elle est vide de toute présence animée, excepté le chasseur qui rode à la lisière. Est-elle pour autant vide de sens ?

L’analyse symbolique des plantes est souvent une auberge espagnole où, au milieu d’un brouhaha de conversations simultanées et d’interpellations contradictoires, on finit par ne retenir que ce que l’on souhaitait entendre.

Cependant, dans ce tableau-ci, pour une fois, il semble que la flore ait été choisie avec soin, pour tenir à l’observateur attentif un discours bien articulé.



La plante de Joseph

Patinir_Fuite_Egypte_Prado_Foret_Bouillon_BlancA l’extrême gauche du tableau se trouve une tige fleurie de bouillon-blanc. Cette tige unique, qui pointe en direction de Joseph, pourrait être une sorte de signature visuelle évoquant l’épisode du bâton fleuri (c’est suite à ce miracle que Joseph fut désigné parmi les prétendants). Notons que le bouillon-blanc se nomme d’ailleurs aaron’s rod, bâton d’Aaron, en référence à un autre épisode similaire de l’Ancien Testament. Ainsi, le tableau nous montrerait  Joseph encadré par les deux bâtons de sa biographie : celui du prétendant et celui de pèlerin.

Manière aussi de souligner que, métaphoriquement,

Joseph est le bâton de Marie.



Les plantes de Marie

Patinir_Fuite_Egypte_Prado_Foret_Fleurs_Source

Sur l’autre bord du tableau, les plantes regroupées autour de la source semblent se rattacher plutôt au symbolisme marial :  le rosier blanc à droite (rose sans épine), les roseaux et la plantain à gauche (humilité).   Les ronces du premier plan seraient un symbole de virginité (protection contre les intrus). Quant à l’iris, à cause  sa feuille en forme de lame, et de sa fleur en forme de poignée de sabre, il préfigure les douleurs de la Passion qui transperceront le coeur de la Mater Dolorosa – comme on le voit dans le  bouquet symbolique placé au premier plan du trptyique Portinari.

Hugo_van_der_Goes_-_Triptyque_Portinari_irisTryptique Portinari, Hugo van der Goes


Les plantes  de Jésus

Patinir_Fuite_Egypte_Prado_Foret_Fleurs_Jesus
Les plantes situées sous le pommier, à gauche de Marie, sont plutôt des symboles christiques :  dans ce nouveau contexte, les ronces feraient cette fois référence à la couronne d’épines.  Le fraisier est souvent associé à la Passion (à cause de la couleur rouge sang de ses fruits).  Remarquons qu’ici, il porte seulement trois fleurs blanches, comme pour signifier qu’au temps de l’enfance de Jésus, les futures blessures de la Passion (les trois clous) sont déjà en projet, en blanc.

Patinir_Fuite_Egypte_Prado_Foret_Lierre_VigneLa jeune vigne

Autour du tronc du pommier s’élève une vigne sans grappe, autrement dit une vigne dans sa première année. Là encore, le symbole est cohérent avec l’enfance de Jésus : le vin de la Passion est à venir.

Le pommier

Le grand pommier,  isolé auprès de Marie sur le promontoire, ne peut manquer d’évoquer l’arbre du Paradis, très original dans le contexte d’une Fuite en Egypte.

Le lierre

Dans le lierre au bas du tronc, on a vu un symbole de Jésus sur sa croix,  ou bien de l’éternité (feuillage toujours vert). Compte-tenu de ce que l’arbre est un pommier, il serait plus pertinent d’y lire une image du serpent de la Genèse, condamné en punition à ramper au ras du sol.

Car la grosse tige qui part du bas et s’enroule autour de l’arbre est celle de la vigne. Les tiges du lierre, plus fines, ne réussissent pas à la rattraper ni à l’empêcher de grandir. Ainsi les feuilles de lierre ne sont nulle part en contact avec les feuilles de vigne. Ce qui, si la vigne représente l’enfant Jésus, signifie littéralement que celui-ci n’est pas touché par le péché originel.


Les plantes sont regroupées avec logique :

  • celle qui représente Joseph à gauche,
  • celles qui symbolisent Marie à droite, autour de la source ;
  • et celles qui évoquent Jésus et le péché originel, autour du pommier.


L’Arbre revivifié ?

Patinir_Fuite_Egypte_Prado_Foret_Arbre-double

Le pommier, complété par le lierre et la jeune vigne, constitue une structure symbolique complexe. De plus, on peut remarquer qu’il possède deux branches : à droite une branche cassée ou morte, à gauche une branche chargée de nombreux fruits. Selon Falkenburg, le pommier rappellerait que l’arrivée du Christ sur Terre déclenche une fructification nouvelle de l’arbre du Paradis (l’arbre du Bien et du Mal, légende rapportée notamment dans la Divine Comédie de Dante).

Cependant, cette interprétation cadre mal avec la logique interne du panneau : n’est-il pas étrange que la branche stérile se trouve justement au-dessus de Marie et Jésus, et la branche fructueuse au-dessus de l’Egypte ?  De plus, si la vigne représente l’Enfant Jésus, pourquoi s’enroule-t-elle du côté de la branche sans fruit ? Est-ce pour signifier que, désormais, la vigne de l’Eucharistie va remplacer la pomme du Péché ?

Pour éclaircir ces difficultés symboliques, nous invoquerons l’hypothèse du « palmier caché ».



Un palmier de substitution

La légende de la Fuite en Egypte raconte, outre le miracle des blés et celui de la destruction des idoles, un troisième miracle très souvent représenté, celui du palmier qui s’incline (voir Les anges dans le palmier).

« Marie, souffrant de la fatigue, de la faim et de la soif, s’était assise à l’ombre de cet arbre. Mais il était trop haut pour que Joseph puisse atteindre les fruits, aussi le petit Jésus dit : « Arbre, penche-toi et rafraîchis ma mère de tes fruits. » A ces mots, le palmier s’inclina jusqu’aux pieds de Marie et ils cueillirent ses fruits, et tous se rafraîchirent. »

Dans un tableau aussi élaboré, véritable florilège iconographique de la Fuite en Egypte, Patinir aurait-il pu se dispenser de faire figurer, au moins de manière allusive, ce très populaire miracle ? On comprend que son réalisme lui interdise de planter un palmier au beau milieu d’une forêt flamande. Mais le pommier, à une place aussi éminente, avec ses fruits très hauts, hors de portée de main, ne pouvait manquer d’évoquer, aux yeux du spectateur cultivé, cette anecdote bien connue.

Nous voici embarqués dans une collision de symboles : si les pommes sont trop hautes, c’est justement parce que ce sont les pommes du Péché Originel, et qu’il n’est pas question que Marie les saisisse. Ce pommier-là est un anti-palmier, il ne doit surtout pas s’incliner. Seuls peuvent s’y aventurer le serpent-lierre et la jeune vigne-Jésus.

Le châtaignier

A demi caché derrière le pommier se trouve un châtaignier. Il ne se voit pas au premier coup d’oeil : il faut remarquer, dans le feuillage, les nombreuses bogues en train de s’entrouvrir. L’une d’entre-elles d’ailleurs est déjà tombée sur l’herbe et s’est fracturée, révélant son contenu.
Patinir_Fuite_Egypte_Prado_Foret_Bogues

La position du châtaignier, au second plan, juste entre le pommier et Marie, ne peut manquer de nous intriguer : c’est d’ailleurs, avec le pommier, le seul arbre bien caractérisé du tableau.

Si les pommes font allusion au péché d’Eve, les châtaignes sont à l’image de Marie : les unes s’offrent de manière ostentatoire, les autres dissimulent leur modestie derrière leurs piquants. D’ailleurs, selon une étymologie fantaisiste, le mot latin pour châtaigne, castanea, se comprenait  comme casta nea, la chaste Nea, du nom d’une nymphe pourchassée par Zeus, qui aurait préféré se tuer plutôt que de perdre sa vertu.

En opposant visuellement le fruit « défendu » au fruit « protégé », Patinir crée ici une iconographie originale pour les deux mères de l’humanité, et illustre d’une manière nouvelle le parallèle EVA / AVE.


L’arbre double

Remplacer le palmier exotique par deux arbres septentrionaux est bien plus qu’une pirouette d’artiste face à une difficulté iconographique. Car la branche cassée du pommier a bien sa raison d’être : établir une continuité visuelle entre les  deux frondaisons. L’arbre inventé par Patinir résoud magistralement une sorte d’équation symbolique : il est simultanément un pommier ET un châtaignier.

Une fois acceptée cette lecture, la symbolique perd toute ambiguïté. L’arbre à double frondaison représente  l’Humanité : la partie qui porte les pommes, côté Egypte, représente les hommes encore soumis au péché originel ; la partie droite, au dessus de Marie et de l’enfant, symbolise les  hommes rachetés : ils seront, comme des châtaignes dans leur bogue, protégés contre la tentation.


L’arbre-double propose d’autres pistes de méditation : par son côté pommier, il est un arbre domestique qui se serait  fourvoyé dans les bois, dégénéré et rendu impropre à la consommation ; par son côté châtaignier, il est un arbre connu pour être impossible à domestiquer, mais qui offre néanmoins une nourriture abondante et facile.

Ici l’arbre domestique dévoyé tend la branche au bon arbre sauvage.


L’arbre-double est bien l’équivalent du palmier de la légende, mais c’est un palmier qui n’a pas à s’incliner pour offrir ses fruits : les pommes contaminées doivent rester en haut, où leur arrogance les a portées ; les modestes châtaignes, au contraire, tombent naturellement sur la pelouse, et leur chute les fait s’ouvrir.

En forçant un peu la métaphore, on pourrait voir dans la chute des fruits une image de l’enfantement : les hommes du Péché universel naissent en se blessant sur le roc, les hommes de la Rédemption, protégés des conséquences de la Chute par leur solide carapace, naissent intacts.


Une anti-Genèse

Patinir_Fuite_Egypte_Prado_Foret_Fleurs_ZonesPolluee_ViergeLe promontoire rocheux nous apparaît maintenant comme un espace irradié par le Sacré, sur lequel ne peuvent pousser que de la mousse, un pommier métaphorique et des plantes symboliques :  il marque, physiquement, l’emplacement du Paradis Perdu. Dans ce contexte, les épines des ronces qui bornent le bord inférieur du tableau, plutôt que des symboles de la Passion de Jésus et de la Virginité de Marie, font écho très précisément à la malédiction jetée par Dieu à Adam :

Il dit à l’homme:  » Parce que tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre: Tu n’en mangeras pas, le sol est maudit à cause de toi. C’est par un travail pénible que tu en tireras , ta nourriture, tous les jours de ta vie; il te produira des épines et des chardons, et tu mangeras l’herbe des champs. C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes à la terre, parce que c’est d’elle que tu as été pris; car tu es poussière et tu retourneras en poussière. » Genèse 3,17


Ainsi, sur le point de pénétrer dans l’Egypte fertile, les fugitifs font halte dans les vestiges du jardin d’Eden :

 

l’exil de la Sainte Famille  rejoue, dans l’autre sens, l’exil d’Adam et Eve.


La forêt vierge

En contraste, la forêt de châtaigniers derrière le promontoire est le lieu de la multiplicité, de l’indifférencié, de tous les possibles. C’est une forêt vierge, et c’est la forêt de la Vierge : seul l’arbre le plus près de celle-ci commence à porter des bogues, et parmi toutes ces bogues, une seule s’est déjà détachée. Cette bogue unique qui vient de tomber sur le sol, de manière synchrone avec la chute des  idoles, est le symbole de l’humanité régénérée. Remarquons qu’elle contenait exactement trois châtaignesMarie, Joseph et Jésus forment la première des familles chrétiennes.

Patinir_Fuite_Egypte_Prado_Foret_Bogues_chataignes

Ainsi l’arbre à double frondaison et double tronc établit-il un pont entre les deux espaces, roc maudit et sous-bois virginal :

  • le tronc du pommier s’enracine dans le monde rocailleux de la Chute,
  • le tronc du châtaignier dans le sol fertile de la Rédemption.

Pas de commentaire to “4 Une forêt de symboles”

Leave a Reply