Accueil » Interprétations » = THEMES = » - La fabrique des ruines, Bellotto » Les ruines de la Kreuzkirche

Les ruines de la Kreuzkirche

Cette oeuvre est spéciale : en tant que reproduction quasiment photographique (Bellotto utilisait une camera obscura), elle ne laisse aucune latitude au peintre, hormi par le cadrage et l’éclairage, pour faire passer un message particulier. Et pourtant, parmi toutes les autres vues de Dresde de Bellotto, celle-ci produit une impression d’étrangeté, de surréalité avant l’heure.

Sous l’alibi de la minutie des détails, Bellotto aurait-il arrangé cette ruine ?

Les ruines de la Kreuzkirche de Dresde

Bernardo Bellotto, 1765, Künsthalle, Zürich

 

PFA59731

Une copie identique se trouve à la Gemäldegalerie Alte Meister, Dresde. [1].


Une succession de ruines

  • 1447-1449 : l’église romane de Sainte Croix est démolie, remplacée par une église gothique.
  • 1491 : incendie, puis reconstruction pendant une dizaine d’années
  • 1579-1584 : ajout du grand clocher-porche à l’Ouest, qui dominera pendant des décennies le paysage de Dresde



bernardo_bellotto_-_the_kreuzkirche_in_dresden_-_1751

La Kreuzkirche à Dresde,
Bernardo Bellotto, 1751, Ermitage, St. Petersbourg

C’est cette ancienne église que Bellotto peindra lors de son premier séjour à Dresde, en 1751

  • 13 au 30 Juillet 1760 : au cours de la guerre de Sept Ans, Dresde est bombardée par les Prussiens. 226 maisons sont détruites dans la cité, l’église est en ruine, sauf une partie du clocher.



prospect-der-ehemaligen-creuz-kirche-zu-dresden-johann-gotthilf-herrmann-1780

La Kreuzkirche après et avant les bombardements de 1760
Gravure de Johann Gotthilf Herrmann – 1780


  • 1764 : la reconstruction commence, on décide de conserver le clocher
  • 22 juin 1765 : le mur Est du clocher s’écroule. C’est la situation que nous montre Bellotto. La reconstruction complète s’étalera jusqu’à 1792.


brand-kreuzkirche-1897

Incendie de 1897

  • 1897 : l’église brûle et est reconstruite en trois ans


fotothek_df_ps_0000377_002_ansicht_mit_siegesdenkmal_rathausturm_und_kreuzkirch

Après le bombardement de 1945
Photographie de Richard Peter

  • 13 février 1945 : Dresde est détruite pas les bombardements alliés, l’église brûle et est reconstruite de 1946 à 1955 .

Au total, la Kreuzkirche aura été détruite et reconstruite cinq fois : comme si son destin était d’incarner la succession des styles européens : Roman, Gothique, Renaissance, Classique et Art Nouveau.


Une affaire d’Etat

La destruction de la Kreuzkirche durant la Guerre de Sept Ans eut un retentissement dans toute l’Allemagne. Son clocher à la silhouette si particulière était la fierté de la ville :


le-vieux-marche-de-dresde-depuis-la-schlosstrasse-detail-bellotto-1751-gemaldegalerie-alte-meister-dresde

Le Vieux Marché de Dresde depuis la Schloßstrasse (détail)
Bellotto, 1751, Gemäldegalerie Alte Meister, Dresde
Cliquer pour voir l’ensemble

Non seulement on le voyait de partout, mais on l’entendait de loin :


canaletto-kreuzkirche-mit-stadtpfeifern-ausschnitt

…car la ville appointait des sonneurs que Bellotto n’a pas manqué de représenter dans la version de 1751.

« En premier lieu, ils doivent sonner dans la tour dans l’église de la Saint-Croix avec des gardes, à quatre voix, le matin à trois heures en été et à quatre l’hiver, à mi-journée à dix heures en tout temps, et le soir à cinq heures en été et à quatre en hiver » Actes de Dresde du 1er juin 1606 [2]


Une affaire personnelle

ruines-de-pirna-bellotto-musee-ba-troyes

Les ruines de Pirna, Bernardo Bellotto, 1767, Musée des Beaux Arts, Troyes

En 1758, le faubourg de Pirna avait été ravagé par la guerre et Bellotto, qui y habitait, avait tout perdu. Certains pensent qu’il s’est représenté dans cette silhouette noire vue de dos qui contemple le désastre.

S’il peint les ruines de Dresde, ce n’est pas comme un sujet pittoresque, un caprice architectural à la manière d’Hubert Robert : mais comme le mémorial d’un traumatisme récent. On peut donc s’attendre à une peinture-témoignage, aussi exacte que possible.


Une actualité brûlante

ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765-echelle
Lorsque le mur Ouest du clocher s’écroula, un briquetier qui travaillait à la journée, nommé Künzelmann, se déclara volontaire pour grimper sur le mur restant et organiser la démolition. Il installa cette extraordinaire échelle fixe, un seul poteau muni de traverses.

Nous savons que Bellotto monta lui-même dans le clocher endommagé , pour apprécier l’étendue des destructions. Peut-être s’est-il représenté dans ce tableau-ci également, sous la forme de cette silhouette grimpante.


ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765-ouvriers
En plus de l’homme sur l’échelle, on compte seulement cinq ouvriers en haut du clocher, et deux dans les gravats : on ne devait pas se précipiter pour travailler dans ce chantier risqué.


ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765-seconde-echelle

A noter les deux échelles mobiles, posées en équilibre sur une étroite corniche.


Le spectacle de l’Homme

La composition ne nous propose pas le cliché instantané d’une catastrophe, l’image gratuite d’un chaos. Elle s’attache au contraire à mettre en évidence la logique et la grandeur de l’homme dans sa lutte contre le désordre.


the-ruins-of-the-old-kreuzkirche-dresden-1765-composition

Au fond , le voici qui grimpe audacieusement sur les ruines pour les abattre (en rouge), à gauche il creuse des fondations (en violet), à droite il élève déjà les murs de la nouvelle église (en jaune).
A droite (en vert), dans la rue et aux fenêtres, une foule indifférenciée assiste au spectacle.



the-ruins-of-the-old-kreuzkirche-dresden-1765-old-new
Aux premières loges, un homme d’église tire son chapeau à cette résurrection…


ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765-premieres-loges

…que contemplent également à gauche un couple de nobles et un voyageur assis, à droite une dame élégante.

Sur la scène délimitée à l’avant par le mur circulaire de la nouvelle église, et à l’arrière par le mur ruiné de l’ancienne, toute une troupe d’acteurs s’affaire, illustrant les différents corps de métier.

A la fois didactique et théâtrale, la composition met en scène le génie organisateur de l’homme, retaillant des gravats, abattant et remontant des murs, détruisant et reconstruisant le Temple.

bernardo_bellotto_-_the_kreuzkirche_in_dresden_-_1751-cabane

Au centre du tableau, au bas de l’éboulis, la cabane fermée représente peut-être la Loge, et ses secrets [3].



ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765-amoureux
Seul un couple d’amoureux, au premier plan, ne s’intéresse pas au spectacle. Eux aussi reconstruisent le monde, mais d’une autre manière.



Nous avons la chance de pouvoir disposer de deux vues de la même place, vue de l’Ouest en 1751 et vue de l’Est en 1765, ce qui va nous permettre d’apprécier l’exactitude photographique de Bellotto.


Les proportions de la tour

ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765-comparaison-tours

En comparant la ruine de 1765 à la façade occidentale telle qu’elle se présentait en 1751, on constate qu’il est possible de mettre très précisément en correspondance le niveau des ouvertures, dans les deux vues. Mais la ruine se trouve alors sensiblement plus étroite que la tour (on peut comparer les largeurs au niveau de la balustrade supérieure). Bellotto a-t-il volontairement réduit la largeur de la ruine pour la faire paraître plus haute ?

En comparant cette fois avec un dessin d’Anton Weck de 1680, on constate que la tour est aussi effilée que la ruine : c’est donc probablement le tableau de 1751 qui est faux, avec une tour un peu trop large.


La statue solaire

ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765-statue
Petit détail étrange dans le tableau : la statue qui est restée debout en haut à droite de la ruine, avec sa couronne rayonnante, ressemble à une Vierge assise (impossible en haut d’un temple protestant) , ou à un Moïse avec les tables de la Loi.

Dans les deux dessins d’Anton Weck, les deux flèches sont surmontées d’un Soleil et d’une Lune. Un des dessins monte un personnage à couronne solaire, l’autre un personnage sans couronne, mais qui semble tenir une étoile sur sa poitrine. La statue opposée est une sorte de démon aux ailes déployées.

Sans doute, de part et d’autre de l’horloge, s’agit-il d’une allégorie du Jour et de la Nuit.

Il est étrange que cette statue soit restée en place durant la démolition, et qu’elle ait été retournée pour regarder vers l’Est. Est-ce une invention discrète de Bellotto, un appel à l’espérance du Jour nouveau au dessus des ruines ?


Un immeuble surélevé

ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765-maisons
On constate qu’entre 1751 et 1765, l‘immeuble à fronton triangulaire, à l’angle d’une rue, a été surélevé de trois étages. Outre ce détail révélateur de l’exactitude de Bellotto, l’immeuble a surtout pour intérêt d’indiquer l’emplacement du mur Ouest du clocher : sur la vue de 1751, on constate qu’il se trouve au niveau du mur mitoyen avec l’immeuble de gauche.


L’ombre du mur

Du coup, il devient possible de se servir du clocher, et de son ombre, comme d’une sorte de cadran solaire géant : commençons par la vue de 1751.

bernardo_bellotto_-_the_kreuzkirche_in_dresden_-_1751_heure

L’église étant vue de l’Ouest, il est facile de comprendre que nous sommes dans l’après-midi, puisque l’ombre tombe en arrière du mur mitoyen.

En mettant en correspondance l’encoche de l’ombre et l’angle du balcon de la tour (celui où se tiennent les sonneurs), on trouve, vu de notre emplacement, une élévation apparente du soleil de 48°.
Par ailleurs, en estimant la hauteur du balcon d’après la taille des personnages situés au bas de la tour, en trouve environ 22m. Ce qui nous permet ensuite de mesurer la largeur de la rue, environ 18 m. On peut estimer la distance entre le mur mitoyen et l’ombre à 18 m également (6 fenêtres de 3 m de large), ce qui nous donne un angle de 45% entre le triangle de l’ombre et le plan du tableau. En « faisant tourner » ce triangle pour le ramener dans le plan du tableau, on trouve que l’élévation réelle est de 28°.

Nous avons l’élévation (28°), nous avons l’azimut ( 225°). Un logiciel en ligne [4] nous permet de trouver que la date et l’heure approximative serait autour du 30 septembre 14h15.

elev-28-azimut-225Logiciel Sunearthtools

Pour autant qu’on puisse en juger, l’aiguille de l’horloge du clocher marque entre 2 et 3 heures.bernardo_bellotto_-_the_kreuzkirche_in_dresden_-_1751-horloge


bernardo_bellotto_-_the_kreuzkirche_in_dresden_-_1751-heure

Pour la vue depuis l’Est, la détermination de l’heure est plus hypothétique, car nous ne disposons pas de l' »encoche » qui nous a permis de mettre en correspondance un point de l’ombre et un point du clocher. Cependant, un poteau sortant d’une des ouvertures du mur va nous aider : la ligne qui passe par l’extrémité du poteau et l’extrémité de son ombre est inclinée de 57°. En portant le même angle à partir du bord du toit de l’immeuble dans l’ombre, on peut établir un triangle, le mesurer connaissant la largeur de la rue (18 m), la distance entre l’ombre et le mur mitoyen (7 fenêtres, soit 21m), puis rabattre le triangle dans le plan du tableau.

L’élévation de 18° et l’azimut de 130° donnent le 15 octobre à 8h45, soit à peu près 4 mois après l’effondrement de la tour.

elev-18-azimut130Logiciel Sunearthtools


Au delà du témoignage parfaitement réaliste, le tableau de Bellotto tire sa force d’une quadruple transgression et d’une quadruple angoisse.

ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765-picasso
89DE4429PICASSO-1

La Célestine (Carlotta Valdivia, patronne d’un bordel de Barcelone)
Picasso, 1904, Musée Picasso, Paris

1) La perte de la symétrie, l’angoisse de la mutilation


 

ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765-rembrandt
rembrandt-slaughtered_ox-vers-1640-museum-of-fine-arts-budapest-detail

Le boeuf écorché
Rembrandt,vers 1640,
Musée des Beaux arts, Budapest

2) L’exposition des parties cachées, l’angoisse de la dissection


ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765-goya
ruiz-doit-mourir-etienne-barilier-john-william-godward-picasso-3
Saturne dévorant ses enfants
Goya, 1821-1823, Musée du Prado, Madrid

3) Le Passé qui menace le Futur, l’angoisse de l’écrasement


ruins-of-dresden-s-kreuzkirche-1765_plat  

 

 

 

theodor-rosenhauer-paints-blick-auf-das-japanische-palais-nach-demangriff-phoro-richard-peter
Theodor Rosenhauer peignant « Vue du Palais Japonais après le bombardement »,
Photographie de Richard Peter, 1945

4) La perte de la profondeur, l’angoisse du monde plat

 

En réduisant la tour à un monde en deux dimensions, le travail de la guerre caricature celui de l’artiste


rathausturm-and-kreuzkirche

La tour du Rathaus, surmontée d’un Hercule doré, surplombe la Kreuzkirche.

C’est de là, mais en se tournant en direction de la route de Prague, qu’ont été prises les photographies les plus emblématiques du destin de Dresde, sous l’égide ironique de la statue « Le Bien » du sculpteur August Schreitmüller.

 

dresden-1w945-blick-vom-rathausturm
1945, Photo de Richard Peter  [5]
dresden_1949-blick-vom-rathausturm
1949
peter-1967
1967, Photo de Richard Peter
dresden-2015-blick-vom-rathausturm

2015

On voudrait retrouver l’optimisme des Lumières, et faire de la Kreuzkirche, cinq fois rebâtie, un symbole de résilience.

Mais tandis que le tableau de Bellotto nous montre, vu d’en bas, une tour qui se régénère au milieu d’un tissu sain,

la photographie de Richard Peter révèle, vu d’en haut, un tissu irréversiblement dévasté autour d’un moignon résiduel.

blick-vom-rathausturm-in-richtung-seevorstadt-wiener-str-hauptbahnhof-am-15-02-1945-ausschnitt-vom-panorama-dresden-1945-von-yadegar-asisi-april-2015

Vue depuis la Rathausturm en direction de Seevorstadt (Wiener Str.), gare centrale, le 15.02.1945.
Extrait du Panorama » Dresden 1945″ de Yadegar Asisi, Avril 2015


Références :
[2] Sur les musiciens municipaux de Drede, voir http://www.stadtpfeifer.com/dresden.htm .
« Erstlich sollen sie den Thurm an der heiligen Creuz-Kirchen mit Wachen und blasen auf vier Stimmen fruhe im Sommer um drei und Winters Zeit um vier Uhr, zu Mittag aber alzeit um zehn, und des Abends im Sommer um fünf und winters Zeit um vier versorgen. »
Les sonneurs, qui à certaines époques habitaient dans la tour, étaient tenus responsables en cas d’incendie : pas une sinécure vu les antécédents de l’édifice.
[3] La référence à la franc-maçonnerie est probable, mais improuvable. Concernant l’oncle de Belloto, Canaletto, on a pu déceler une influence maçonnique dans les caprices et d’autres oeuvres, « étroitement tributaires du mouvement des idées, comme la propagande pour l’architecture néo-classique et la franc-maçonnerie. » A.Corboz, Canaletto. Una Venezia imaginaria. Electa, Milano, 1985. D’autant que le patron de Canaletto, le consul Joseph Smith, était franc-maçon. Concernant Bellotto, qui évoluait parmi les aristocrates d’Europe Centrale gagnés par les idées maçonniques, tout particulièrement à Dresde, on peut supposer qu’il était pour le moins familier avec ce mouvement.

[5] Les photographies-choc de Richard Peter à Dresde 1945-46 : https://commons.wikimedia.org/wiki/Category:Photographs_by_Richard_Peter

Pas de commentaire to “Les ruines de la Kreuzkirche”

Leave a Reply