Accueil » Interprétations » = THEMES = » - Au doigt et à l'oeil » 1 Sous l’oeil de l’archer

1 Sous l’oeil de l’archer

Panorama historique d’un motif rare, à la fois parce qu’il se heurte à une difficulté graphique et parce qu’il enfreint un tabou représentatif : celui de mettre en joue le spectateur.



Archers des cathédrales

reims-cathedrale-sagittaire visant la cour du palais du Tau (au-dessus de la porte sud)Sagittaire visant la cour du palais du Tau , XIIIème siècle
Cathédrale de Reims, pignon du portail Sud

Ce sagittaire visait une statue placée autrefois au centre de la cour du Palais du Tau, un cerf de bronze, qui figurait par ailleurs sur le sceau du tribunal ecclésiastique. On peut y voir une mise en garde des chanoines de la cathédrale envers les pouvoirs de l’archevêque.


meaux cathedrale 1475-1500 archer Meaux archer_arbaletriers

Archer de la cathédrale de Meaux, 1475-1500, photos et datation Mickaël Wilmart

Selon la légende locale, un ouvrier du chantier de la cathédrale aurait fait pointer la flèche vers la maison d’un mauvais payeur. Mickaël Wilmart [1] pense plutôt qu’elle pointe en direction de la Tour de la compagnie de Arbalétriers, signe peut-être de leur participation à la campagne de travaux.

sb-line

Meister_der_Benediktbeurer_Kreuzigung alte pinakoteck munchen detail Meister_der_Benediktbeurer_Kreuzigung alte pinakoteck munchen

Crucifixion, Meister der Benediktbeurer Kreuzigung, 1455, Alte Pinakothek, Munich

Cette Crucifixion renferme, du côté du mauvais larron, notre innovation iconographique : un archer et un arbalétrier visent directement le spectateur.

On voit d’emblée la difficulté graphique : vue de face, l’arme est peu reconnaissable, et masque le visage du tireur. Néanmoins, l’effet dramatique est garanti, puisqu’il enfreint la convention visuelle que le spectateur est à l’abri en dehors de l’image.



Archers civils

Une peinture de l’hôtel de ville de Nuremberg représentait un archer pointant sa flèche, qui semblait suivre le spectateur partout où il se déplaçait . Nicolas de Cues, dans son De visione dei (1453) s’en sert pour illustrer le regard omnivoyant de Dieu.

Cette figure très connue explique sans doute le déploiement précoce du motif en Allemagne.

Jeu des offices de la Cour (Hofämterspiel), vers 1455, Kunsthistorisches Museum, Vienne

Dans ce jeu de 48 cartes, l’arbalétrier (Schutz) fait partie des métiers des cartes  » V « , avec le sommelier (Kellner) , le fauconnier (Valkner) et le cuisinier (Koch). Les quatre armoiries (Bohême, France, Allemagne et Hongrie) correspondent à nos quatre couleurs. [2]

sb-line

Arbaletrier Dessin vers1430 Suddeutschland Universitatsbibliothek Erlangen-NurnbergDessin, vers 1430, Allemagne du sud, Universitätsbibliothek Erlangen-Nürnberg . Wappenbuch (ONB 12820, fol. 184r), c. 1484-1486Wappenbuch (ONB 12820, fol. 184r), c. 1484-1486

Arbalétrier

Ces dessins didactiques montrent la position correcte pour viser ( l’oeil gauche fermé). Notez le crochet d’armement pendu à la ceinture.

sb-line
Breuberg Armbrustschütze im Portal des WertheiArbalétrier au-dessus de la porte de l’armurerie des comtes de Wertheim
Château de Breuberg, 1528

L’arbalétrier sert ici d‘enseigne parlante qui enjoint aux passants de s’éloigner.


sb-line

lelio orsi 1575 Royal Collection TrustRoyal Collection Trust Projet pour la décoration de la façade de Casa OrsiLouvre 

Projet pour la façade de la casa Orsi, Lelio Orsi, vers 1570, 

Irving Lavin [3] explique cette composition par l’identification du peintre Lelio Orsi à Hercule, à l’instar de son illustre homonyme, l’empereur Lucius Aelius Aurelius Commodus (Aelius = Lelio), connu pour imiter Hercule en toute occasion. Ainsi Hérodien raconte qu’Aelius érigea devant le sénat une statue de lui-même en archer prêt à tirer, car il souhaitait que même ses statues inspirent la peur.

Lelio Orsi a donc projeté de se représenter en arbalétrier au dessus de sa propre porte d’entrée, métaphore de l’artiste herculéen capable d’ébranler les colonnes (l’une déjà brisée, l’autre en train de tomber). Afin de bien faire comprendre la métaphore, le carreau d’arbalète est remplacé par un appuie-main de peintre à bout émoussé. A noter le blason avec les armes parlantes d’Orsi, des ours.


an-shooting-a-crossbow-1579-Attribuée à Cherubino Alberti (anciennement Cornelis Cort) après Lelio OrsiGravure de 1579, Attribuée à Cherubino Alberti, d’après Lelio Orsi

Le graveur a modifié la posture dans un sens didactique : la jambe gauche posée sur l’arcade permet de montrer le crochet d’armement. L’inscription « Reggij » suggère que la fresque n’avait peut être pas été réalisée pour la maison d’Orsi à Novellara, mais pour celle de son frère Gianbattista à Reggio [3a].


sb-line
Anonyme allemand debut XVIIeAnonyme allemand, vers 1590 , Collection Marolles, volume 197, P. 17382, BNF

Ce burin reprend, ironiquement, le vieux motif allemand de celui qui cligne de l’oeil gauche pour viser :

Vise, dis-moi ce qu’est la vérité.
Là, je ne te rencontrerai pas, pour sûr.

Schaw, Rede Was Die Wahrheit ist
Wo Nicht So Treff Ich Dich Gewis


sb-line

Errol Flynn 1938 The Adventures of Robin HoodErrol Flynn, 1938 Russell Crowe 2010 Robin HoodRussell Crowe, 2010

Robin des Bois

Deux incarnations modernes de notre figure-choc, qui vise moins à dissuader le passant qu’à l’inciter à venir voir.



La flèche fatale

Panneau central du Triptyque du Triomphe de la Mort et du Jugement dernier
Hermann tom Ring, 1550-55, Museum Catharijneconvent

Dans cette oeuvre saisissante, c’est la Mort qui est à la manoeuvre : jaillissant d’un cercueil comme une girl d’un gâteau, et ayant abattu les hommes et les femmes qui gisent au premier plan, elle nous met en joue avec son arc tandis que ses auxiliaires, anges et démons, d’un côté font monter au ciel les méritants et de l’autre précipitent les récalcitrants dans l’abîme.

sb-line

Filippo Napoletano Filippo Liagno, Death with a Crossbow (1600-29)Blanton Museum of Art, the University of Texas at AustinLa Mort à l’arbalète
Filippo Napoletano (Filippo Liagno), 1600-29, Blanton Museum of Art, University of Texas at Austin

Même idée de la Mort qui vise tout le monde, papes, évêques et et rois., cette fois avec une arbalète.


sb-line
La Mort à l’arbalète
Jacob van der Heyden, 1615

Le texte du haut résume le message :

Fuis où tu veux , l’image de la mort, te prend pour cible.

Fleuch wo du wilt, des Todtes Bild, stätz auff dich zilt.

Les trois flèches (brisée sur le sol, dans l’arbalète et dans le carquois) sont désignées par Hier, Aujourd’hui et Demain.
Les versets de la Bible se répartissent en deux registres : Punition et Consolation.


Copie d’après Jacob van der Heyden, 1650

Le dessin est conservé, mais les textes complètement modifiés.

1630 wallfahrtskirche-Tuntenhausen Fuyez ou vous voulez, l'image morte est dirigee vers vous

La Mort à l’arbalète
Vers 1630, Wallfahrtskirche, Tuntenhausen

Cette peinture dans une église du sud de la Bavière recopie la gravure de van der Heyden, en oubliant au passage le mot Gestern. Des inscriptions bien senties explicitent le message.

Les deux citations latines font appel à deux autorités reconnues en matière de Vanité :

De quoi s’énorgueillit l’homme, lui dont la conception est une faute, la naissance une peine, la vie un travail, la mort une nécessité ?

Epitaphe d’Adam de Saint-Victor

Unde superbit homo cujus conceptio culpa, nasci pœna, labor vita, necesse mori.

 

Après l’homme, le ver. Après le ver, la puanteur et l’horreur. Ainsi chaque humain est changé en non-humain.

Saint Bernard

Post hominem, vermis. Post vermis, foetor et horror. Sic in non hominem vertitur omnis homo.


Gerhard Altzenbach, Death with a Crossbow or Death Stays on Target(1635), engraving, Blanton Museum of Art, the University of Texas at AustinLa mort à l’arbalète (“Death with a Crossbow or Death Stays on Target”)
Gerhard Altzenbach, 1635, Blanton Museum of Art, University of Texas , Austin

A Cologne, Altzenbach recopie, en l’inversant, la gravure de Jacob van der Heyden

De fortes sentences en allemand appuient le message visuel :

  • « Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra ». Matthieu 24:44.
  • « Hier c’était mon tour, aujourd’hui c’est le tien »
  • « Ce que tu es je l’étais, et ce que je suis tu seras ».

Le mode d’emploi indiqué en bas à gauche : « Cette image doit être accrochée plus haut qu’un homme » garantit l’effet maximal.


altzenbach-ranks-man-social-hierarchy-deathL’escalier de la hiérarchie humaine,
Gerhard Altzenbach, 1648

Altzenbach a repris le même squelette pour base de cette gravure plus tardive, liée au contexte de la guerre de Trente Ans : elle exhorte les hommes de tout rang à la paix, sous l’autorité du Pape, avec à la place d’honneur l’empereur du Saint Empire.

sb-line

Athanasius Kircher Ars Magna Lucis 1646 p138Athanasius Kircher, 1646, Ars Magna Lucis, p 138 [4]

 

Si Kirchner nous montre la mort qui plane avec la banderole « Toujours et partout la mort subite voit les siens », c’est en fait pour se moquer de ce genre d’imagerie facile. Il démontre, avec les règles de la perspective, qu’il n’y a rien de magique à ce que les yeux de l’image semblent toujours fixer le spectateur. Voici l’explication de cette illustration ironique (p 140) :

Ainsi certains peignent artificieusement une image de la Mort avec un arc, pour qu’il te semble non sans horreur, où que tu te tournes, que la flèche veuille exploser en toi. Innombrables sont-elles de ce genre, peintes à des occasions variées, ainsi façonnées, sur le modèle de la nature, qu’on ne voit personne en manquer de toute son existence. Ce n’est pas seulement des yeux, peints pour la dite raison, qui te mentent, mais des instruments dirigés vers toi, par le génie de l’optique, saillants de toute part, comme la figure VI.II l’enseigne clairement. Ces peintres industrieux, passons-nous en.

Hinc Mortis imaginem cum arcu quidam ita artificiose depingunt, ut telum arcui impositum quocumque te vertas non sine horrore in te explodere velle videatur. Innumera hujus generis a pictoribus variis occasionibus depingi possunt, ita ad naturae exemplar efformata, ut nihil ipsis praeter vitam deesse videatur. Non enim oculi tantum dicta ratione depicti, sed & optico ingenio instrumenta versus te directa in omnem partem projectionem mentientur,ut figura VI. Iconissimi II.clare docet; sed haec industriosis pictoribus relinquamus.


sb-line

deutsch-18-jh-der-tod-als-schutze coll privDessin allemand, XVIIIème, collection particulière

Une des innombrables images critiquées par le Révérend Père….


sb-line

WW2 Allemagne1944 Bolshevism is slavery rape mass murder extermination. Defend yourselves Fight to victory Capitulation-neverLe bolchevisme c’est l’esclavage, le viol, le meutre de masse, l’extermination.
Défendez-vous. Battez-vous jusqu’à la victoire. Capitulation, jamais !

Allemagne, 1944

La propagande nazie retrouvera le même effet spécial du squelette à afficher en hauteur. N’ayant gardé que ses bottes et son képi, ce bolchevique réduit à sa réalité macabre, ouvre le rideau rouge avec son arquebuse quelque peu modernisée et prouve, en révélant le tapis de crânes, la véracité du slogan.

Comme ses ancêtres du XVIIème siècle, ce type d’imagerie terrorisante n’a d’effet révélateur que sur ceux qui sont déjà convaincus ; de manière contre-productive, elle révulse tous les autres.



L’arbalétrier paillard

De la flèche de Thanatos à celle de Cupidon, il n’y avait qu’un pas à franchir.

Tobias Stimmer 1550-84 AlbertinaArbalétrier
Tobias Stimmer, 1550-84, Albertina

Le chasseur a posé son arc et armé son arbalète d’un carreau vu de face (son bout circulaire le distingue nettement d’une flèche). Bien que nous ne sachions rien sur ce motif ornemental, la pose accroupie a pour effet de mettre en valeur l’entrejambe. Le thème de l’oiseleur laisse suspecter une intention érotique.

Cette veine va être exploitée de manière plus explicite, au siècle d’après, par deux graveurs flamands.


L’arbalétrier et la laitière (The Archer and the Milkmaid)
Dessin de Jacques de Gheyn II, 1600-1610, Cambridge Harvard Art Museums

« Dans la littérature et l’art hollandais du XVIIème siècle, les laitières avaient la réputation de femmes de petite vertu, et cette paysanne délurée, coiffée du chapeau de l’arbalétrier, l’aide à viser avec sa flèche, laquelle est ostensiblement alignée avec sa braguette bouffante. Dans le pré, le même couple s’enlace étroitement, l’homme ayant ici gardé son chapeau. » [5]


A noter que la laitière de l’arrière-plan est assise sur un seau retourné, donc vide, tandis que les deux seaux étaient pleins lors de la séance de visée. L’arbalète désarmée posée sur le sol et le chapeau remis sur la tête, au milieu de l’avachissement des bovins, suggèrent la détente après le tir.


moufle a poulies www.arbalestrie.com

Moufle à poulie, du site www.arbalestrie.com.

La manivelle opportunément placée près de l’instrument à manipuler est celle du dispositif de mise en tension de l’arbalète.


de Gheyn Bogenschütze und Milchmagd mit Weinglas) , Staatliche Museen - Preussischer Kulturbesitz, KupferstichkabinettArbalétrier et servante tenant un verre de vin (Bogenschütze und Milchmagd mit Weinglas)
Dessin à la plume de Jacques de Gheyn, Staatliche Museen – Preussischer Kulturbesitz, Kupferstichkabinett, Berlin

L’idée de la femme debout derrière un archer en action avait déjà été explorée par de Gheyn, mais avec sans doute une autre signification : le vin empêche de bien tirer.


Gravure publiée par Nicolas de Clerck à Delft vers 1610

Dans la gravure, les vers en flamand ont une portée générale de méfiance envers les vantards :

« Méfie toi de celui qui vise tout le temps,
Que tu ne sois pas déçue par son arc »

« Wacht u voor hem, die alsins mickt
Dat sijnen boogh, u niet verklickt »



Les vers latins, qui ne figurent pas sur toutes les versions de la gravure, sont autrement explicites :

« Débutant, puisque ta corde est tendue, vise avec ton arc
Pour frapper ce qui se gonfle au milieu du gazon.
Je soutiens de mes mains tes deux coudes pour que tu dises

plus sûrement, en te perfectionnant (littéralement en limant) :
Eh bien, c’est une vierge qui m’apprend comment m’y prendre ! »

« Tiro tuos tensis sic arcus dirige nervis

Ut medio ferias cespite quod tumuit

Quin manibus cubitos ambabus fulcio, dicas

Certius ut limans. Et bene virgo docet. »

Cette thématique de la vierge experte rejoint celle de l’inversion des sexes illustrée par l’emprunt du chapeau : transgression vestimentaire assez épicée pour l’époque.


Successeur de de Gheyn, XVIIème siècle, Collection privée

La gravure eut une certaine popularité : dans cette transposition en peinture (dont il existe plusieurs exemplaires diversement cadrés), le chapeau s’est réduit à un bonnet à plume, la laitière s’est transformée en volaillère, et la manivelle s’est transformée en poignard, auquel se rajoute la lourde métaphore des bourses suspendues. La volaille morte a dans les Flandres une signification érotique, voir L’oiseleur.


sb-line

Pieter Serwouters Man with a Crossbow, c.1607–08, after David VinckboonsArbalétrier
Pieter Serwouters, c.1607–08, gravure d’après David Vinckboons

Obnubilé par sa visée, l’arbalétrier ne prend pas garde au hibou qui, au dessus de son béret orné d’une plume, se venge de cette concurrence en matière de chasse aux oiseaux. Un canard mort est pendu à son panier. A l’arrière-plan à gauche, d’autres archers rivalisent d’adresse dans le jeu du papegault.

Les deux vers en anglais près de l’épaule sont les suivants :

« Pour tout ce que tu vises, dont la vertu politique
Fais attention que rien ne te tombe dessus qui te salisse »

« For all your ayme, et Pollititians Vertue, /

Take heed least something fals ty may besquert you. ».

Les vers en flamand sont les mêmes que dans la gravure de De Gheyn

  • « Wacht u voor hem, die alsins mickt / Dat sÿnnen boogh, u niet verklickt. »

Ainsi les deux légendes donnent deux interprétations complémentaires de l’image :

  • celle pour l’exportation souligne le côté « arroseur arrosé » ainsi que la moralité politique ;
  • celle pour le marché intérieur insiste sur le contexte grivois, souligné par la métaphore bien flamande du canard flaccide.



La raréfaction du thème

Schellenberg, Johann Rudolf fin XVIIe Kunsthaus ZurichJohann Rudolf Schellenberg, fin XVIIe, Kunsthaus Zurich SchwAlbMitt300Jaeger Schloss Lichtenstein GK1001Décoration murale, Schloss Lichtenstein

Après ce bref moment de popularité au tournant du XVIIème siècle, le motif de l’archer ou de l’arbalétrier vieillit et se raréfie. Il perd toute signification macabre ou érotique, et redevient purement décoratif.



Wappenbuch (ONB 12820, fol. 184r), c. 1484-1486
En comparant avec le dessin réalisé trois siècles plus tôt, on perçoit bien l’étroitesse du thème : la position du tireur vu de face minimise l’arme et fige la posture. 




Visé par Cupidon

Un thème parallèle, qui a eu son petit succès durant trois siècles, est celui de Cupidon mettant en joue le spectateur : sans doute parce que la joliesse de l’archer compense l’agressivité du geste.

venus-and-cupid-werner-jacobsz-van-den-valckert 1612-14 coll priveeVénus et Cupidon
Werner Jacobsz van den Valckert, 1612-14, collection privée
venus, mars et amour, le guerchin 1615-1616 Galerie Estense de ModeneVénus, Mars et Amour
Le Guerchin, 1615-1616, Galerie Estense, Modène

La composition de van den Valckert explique la métaphore : c’est au moment où Vénus se dénude que la flèche du désir pénètre le spectateur.


Guercin 1633 venus-mars-and-cupid Galleria Estense modene detail

Chez Le Guerchin, Cupidon apparaît comme le porte-flingue de Vénus, qui lui désigne sa victime. La flèche et l’index sont deux instances, en acier et en chair, de la menace amoureuse.


Cupidon décochant sa flèche
Luigi Miradori (il_genovesino), 1640-50, Collection privée

Cupidon bourreau des coeurs devient rapidement un sujet à part entière.


sb-line

Cupidon tirant une fleche Van Loo 1761 first floor of the Pavlovsk Palace, the Room of Ladies-in-Waiting St PetersburgCupidon tirant une flèche
Van Loo, 1761, Palais de Pavlovsk, St Petersbourg
Grisaille 18eme Jacob de Wit (attribue a) Kinloch Castle, Rum (Scottish Natural HeritageGrisaille attribuée à Jacob de Wit, 18eme, Kinloch Castle, Rum (Scottish Natural Heritage)

La visée de face réapparaît sporadiquement durant le 18ème siècle.


sb-line

Max Klinger 1887 Series Eine Liebe, Opus X Dedicace a Arnold Bocklin detailDédicace à Arnold Böcklin
Max Klinger, 1887, Serie de dix gravures « Eine Liebe Opus X »

Dans la veine symboliste, Max Klinger réactive vigoureusement le thème, en ouverture de sa série « Un amour ». Entre trois vautours et trois femmes sauvages, une forte femme apprend à viser à un jeune garçon. Pour l’instant c’est son index qui fait office de flèche, les vraies sont encore posées sur le rocher.



Max Klinger 1887 Series Eine Liebe, Opus X Dedicace a Arnold Bocklin detail
Les deux mains jointes sur l’arc s’opposent aux deux mains juvéniles qui repoussent la cuisse, dernière tentative de l’adolescent de conserver sa pureté.


sb-line

cupids-arrow-462x600L’art de l’exhibition inversée : l’arc sans flèche et le cache-sexe rendent criant ce qui n’est pas montré.


1911

Carte postale, 1911

Le coeur déjà transpercé est celui de l’envoyeur, le coeur qui va l’être est celui du ou de la Valentine qui recevra la carte : au XXème siècle, la flèche de Cupidon se propage par la Poste.

Article suivant  : 2 Sous l’oeil de l’archère

Références :
[1] Mickaël Wilmart, « L’archer de la cathédrale de Meaux, » in Novalis, 17/03/2021, https://novalis.hypotheses.org/56
[3] Irving Lavin “David’s Sling and Michelangelo’s Bow: a Sign of Freedom” https://www.academia.edu/7363365/_David_s_Sling_and_Michelangelo_s_Bow_a_Sign_of_Freedom_
[3a] Lucy Whitaker, Martin Clayton « The art of Italy in the Royal collections, Renaissance and Baroque », p 166
https://www.rct.uk/sites/default/files/Art%20of%20Italy%20FINAL.pdf
[5] Drawings from the Age of Bruegel, Rubens, and Rembrandt: Highlights from the Collection of the Harvard Art Museums, William W. Robinson, Susan Anderson, Yale University Press, 2016, p 145

Aucun commentaire to “1 Sous l’oeil de l’archer”

Leave a Reply

(required)

(required)