Accueil » Interprétations » = THEMES = » - Le sexe dans l'oeil » Pauvre minet (XIX et XXème)

Pauvre minet (XIX et XXème)

Tout au long du XIXème siècle, la signification  du motif s’édulcore, sans s’oublier totalement.

charles_chaplin-1891_der_kleine_liebling-collection-privee

Le petit chéri
Charles Chaplin, 1891, Collection privée

C’est ainsi que Chaplin, grand recycleur des sujets XVIIIème, peint dans le style de Mercier ce tableau d’une jeune fille candide, dont le chat se réduit à un triangle biffé de fentes closes.


Madame Minette…


Barissons sisters

Les Barrisson Sisters, spectacle burlesque entre 1891 à 1900

Multipliée par cinq, la fillette anglaise éthérée revient des Etats-Unis au tournant du siècle, bien décidée à exploiter la métaphore. Ces cinq véritables soeurs, nées en Allemagne, blondes et bouclées, demandaient aux spectateurs «  Would you like to see my pussy ?  » puis relevaient leur jupon, sous lequel une tête de minet était accrochée,  en chantant d’une voix perçante :

« Would you give me the tip of it, the tip of it, the tip of it,
Because I’ve got a pussy cat
Who hasn’t eaten that, that, that ! »

H IBELS, Les Sisters Machinson s, 1901 ASSIETTE AU BEURRE

Les Machinson’s Sisters
Illustration de H. IBELS, l’Assiette au beurre, 1903
 

Le concept fut ensuite repris  à l’identique par une autre troupe, les Machinson’s Sisters. On pet lire en bas à gauche de l’affiche la traduction du célèbre refrain, dument visé par la censure.

 


mossa-elle

Elle
Gustave Adolf Mossa, 1905, Musée Chéret, Nice
 

Cette divinité androcide porte inscrite sur son auréole sa devise impérieuse :

« Hoc volo sic jubeo – sit pro ratione voluntas »« « Je le veux, je l’ordonne – que ma volonté tienne lieu de raison ». Juvénal, Satires, VI, 223.

A son collier sont attachés les trois moyens de suicide de ses victimes :  revolver, poignard et poison.

Juchée sur un coussin de cadavres, appuyée sur ses pattes avant, elle a la posture et la cruauté du minet qu’elle magnifie.


sb-linefaugeron salon 1912Psyché
Alphonse Faugeron, 1912

En montant vers le temple d’Amour, Pysché explique à son confident que, ce soir, grâce à sa lampe à huile, elle va enfin pouvoir contempler les traits de son amant secret. Mythologie grecque et mythologie montmartroise se combinent dans cette iconographie ambitieuse  qui, malgré le chat noir  sensé conjurer la fatalité de la lumière,  se résume  essentiellement à une jeune fille ayant égaré son pyjama dans un parc.


sb-line

 

cp449

Chez le photographe

Carte postale de Maurice Millière, 1904

La paysanne profite du marché pour se faire tirer une photographie.  Un canard sort le cou du panier , une oie orne le manche du parapluie : cette femme aime les oiseaux (voir L’oiseau licencieux)



Le jeu de mot raffiné qui est le ressort de la composition a été très exploité à l’époque (voir la page qu’un collectionneur  lui a consacrée : http://jean-paul.rochoir.pagesperso-orange.fr/minette.htm)

sb-line

herouard-artillerie-lapina

L’artillerie
Carte postale de Cheri Herouard, 1914-18
 

La Grande Guerre  va voir refleurir le thème de la jeune fille au chat, dans des iconographies improbables.

Ici, la maîtresse délaissée tire au canon un bouchon dans la gueule du pauvre Minet : figuration originale  de la chasteté obligée.

sb-line

carte-postale-minet-s-ennuie

Minet s’ennuie
Carte postale, 1914-18

Cette carte postale renouvelle, dans un registre plus gourmand et moins littéraire qu’au XVIIIème siècle,  le thème de la  mélancolie de l’esseulée. Le décor rococo revendique d’ailleurs une filiation bon chic avec l’époque des gravures libertines. Et la longue lampe mise sous housse par l’abat-jour fournit un symbole modernisé de l’objet qui manque ici.


sb-line

carte-postale-chat-miaou

Mi-aou
Carte postale, 1914-18

Les matous de Montmartre, s’appelant de part et d’autre de la lune, ont quitté leur statut de symbole exclusivement féminin pour illustrer l’appel mutuel des sens, entre l’arrière et le front : miaou épistolaire dans un sens, permissionnaire dans l’autre. Du coup la dame et le monsieur prennent des poses félines : l’une s’étire sur son fauteuil, l’autre s’effile la moustache.

A noter le décor rococo identique : les deux cartes faisaient partie de la même série.


sb-line

carte-postale-marraine-poilus

La petite marraine du Poilu
 Carte postale, 1914-18

La sagesse de l’illustration fait contraste avec la crudité de l’explication liminaire. La question de la fourrure est désormais abordée sans détours.



sb-line

carte-postale-langage-des-chats

Le langage des chats
Carte postale, 1914-18
 

Tel l’aiguille d’un baromètre, l’index du soldat hésite entre « Actif » et « Fougueux », dans cette météorologie féline.



sb-line

carte-postale-chat-saucisse

Les chats aiment les saucisses
Carte postale, date inconnue

Autre carte postale à prétention  encyclopédique : à noter la taille croissante  en fonction de l’âge.


sb-line

herouard-train-des-maris
Après le départ du train des maris
Illustration de Cheri Herouard pour La Vue Parisienne, 1923

Les Années Folles libèrent les femmes, qui entraînent désormais   Minet dans leur autonomie endiablée.


sb-line

icart

Louis Icart, vers 1930

Au delà de la scène comique, il faut apprécier la recherche de symétrie  :

  • dans le  couple de quadrupèdes noirs, le chat se cache de la souris ;
  • dans le  couple de quadrupèdes blancs, la dame relâche  son emprise sur sa carpette favorite.

Dans un sursaut de virilité, la queue de l’ours et la souris font alliance contre la dame et sa chatte.

Monsieur Minet…


le-chat-noir-gaudeamus-steinlein-1890

Le chat noir Gaudeamus
Steinlein, 1890

Préfigurant le slogan « Jouissons sans entraves » de 1968, ce matou exalté  brandit sur la barricade sa bannière provocatrice.

Le chat discret qui, dans les ruelles des comtesses, métaphorisait  leur désir,  est descendu dans la rue pour prôner la révolution sexuelle.


<

sb-line

edwardpenfield-1896-harpers-cover-may-brooklynmuseumny

Couverture de la revue Harper’s
Edward Penfield, 1896, Brooklyn Museum, New York

Au tableau de chasse de cette déesse moderne, deux beaux minets bien allongés et visiblement satisfaits,


sb-line

raphael-kirschner

Carte postale
Raphael Kischner, vers 1910

Tout en faisant le gros dos comme Madame, Minet évoque Monsieur et le remplace avantageusement.


sb-line

keesvandongen1908womanwithcatmuseumofartmilwaukeewisconsin
Femme au chat
Kees Van Dongen ,1908,
Museum Of Art, Milwaukee, Wisconsin
takehisayumeji-kurofuneya-takehisayumejiikahomemorial
Kurofune ya (Les Navires Noirs)
Takehisa Yumeji,vers 1919, Takehisa Yumeji Ikaho Memorial, Japon

 

Chez Van Dongen, le chat qui s’étire jusqu’aux yeux félins de la Belle, prolongé par l’érection du plumet, semble bien se rattacher à la face masculine du symbole.

Tout autre est la signification du chat noir dans la version japonaise, réinventée indépendamment par Takehisa Yumeji : le côté intrusif du félin fait ici allusion aux « navires noirs », ces vaisseaux occidentaux   qui amenaient au Japon la technologie occidentale, et ses menaces.


sb-line

 

krzyzanowski_portret_zony_l
Zona (l’épouse du peintre) avec un chat
Konrad Krzyzanowski , 1912, Musée d’Opole, Pologne
krzyzanowski-przy_fortepianie
Au piano
Konrad Krzyzanowski , 1904, Collection privée

Le félin  assis sur la canapé, en pendant de sa maîtresse rêveuse,  rend au premier degré hommage à sa féminité. Au second degré, tapi dans l’ombre et comme prêt à sauter de la noirceur vers la blancheur,  il émarge sans conteste à la symbolique du désir masculin camouflé.

A noter la composition de 1904, similaire mais moins explicite.


sb-line

Madchen und Katze - Johann Heinrich Vogeler 1914

Jeune fille et chat (Mädchen und Katze)
Johann Heinrich Vogeler, 1914, Collection privée

Le minet exhibé, pattes compressées, yeux clos, truffe rose et fourrure blanche, est l’antithèse miniature de la jeune fille, pudique, membres comprimants, yeux ouverts, lèvres roses et robe à  rayures, lesquelles conduisent l’oeil vers l’entrejambe des deux et la queue rigide qui s’y loge.


sb-line

photo-by-dora-maar-leonor-fini-paris-1936

Leonor Fini
Photo de Dora Maar, Paris, 1936

Aux pieds de deux statues de saints, l’artiste sulfureuse joue à cache cache avec l’objectif, écartant les pattes tout en dissimulant son sexe réel derrière son sexe métaphorique. En ostension entre les bas-nylons dont il a fait filer deux mailles, à la fois fourré et érigé, toute douceur et toute griffe,  Minet exhibe ici tout son potentiel  bisexuel.

 


sb-line

 

Carole Lombard
Carole Lombard, vers 1930
Flora Borsi Photo
Photographie de Flora Borsi, 2016, projet Animeyed

 

A gauche, Minet se niche plus haut, plus enfant qu’amant. Son pelage noir s’oppose au blond platiné de la femme-panthère. Mais c’est par les yeux hypnotiques que se révèle leur parenté féline.

Fusion achevée dans la photographie de Flora Borsi.


sb-line

Arthur Sarnoff Pussy Cat
Pin-up de Arthur Sarnoff, vers 1950
Joyce Ballantyne Out You Go (Me and My Shadow) 1955 ca
Pin-up de Joyce Ballantyne, Out You Go (Me and My Shadow), vers 1955

 

Lorsque la fourrure est noire, le déshabillé est blanc et les cheveux clairs, et vice versa. Il est fort probable que Joyce Ballantyne a inversé et complexifié l’idée de Sarnoff :

  • le matou blanc à la queue dressée symbolise l’amoureux qui vient quand il veut, attendu avec indulgence ;
  • le minet à la queue basse, pendu par la queue du cou, le mari (My shadow) qui doit rentrer à l’heure.

Dans les deux cas, la porte ouverte sur une intimité radieuse renforce le déshabillé dans l’idée d’une disponibilité assumée.


 

Le lait de Minet


victor-gabriel-gilbert-anticipation

Anticipation
Victor Gabriel Gilbert, fin XIXème, Collection privée

Ici, ce n’est pas la symbolique sexuelle, mais leur intérêt commun pour le lait, qui unit le félin et la femme dans une double anticipation :

  • le chat voudrait bien en avoir, mais le bol n’est visiblement pas pour lui ;
  • la servante voudrait bien en avoir, mais pour l’instant elle est contrainte de nourrir l’enfant d’une autre.
sb-line
 
xavier-mauzan
 
Le poêle
Xavier Mauzan, carte postale, vers 1925

 

Cette carte renoue avec la tradition allusive du XVIIIème siècle.  Le poêle rassemble toujours nos  deux amateurs de chaleur : la jeune fille retroussant sa robe et son chat.  Une descente de lit en léopard réunit les différents félins.

Contrairement à ce qu’il semble, le chat blanc ne s’intéresse pas à cet alter-ego symbolique que la maîtresse lui montre, mais à un autre alter-ego : le  pot à lait mis à chauffer sur la plaque.

Car par une  ironie discrète, le  pot arrondi avec son anse épouse la forme du chat assis sur sa queue. Et le poêle emmanché d’un tuyau en hors champ  figure, dans le dos de la jeune fille,  des satisfactions à venir.

Dans cette fable du Poêle et du Pot à Lait,  les objets prennent la forme du désir de chacun.


sb-line

dancer-resting

Danseuse se reposant
Degas, 1879-1880, Collection privée

En attendant que son café ou que son thé chauffe, la danseuse lit le journal.

A l’issue de notre parcours, cet innocent pastel prend une tonalité inattendue. La sensation d’incongruité ne réside pas, comme on le croit au premier abord, dans le prosaïsme de l’attitude, au sein d’un monde sensé être féérique  et gracieux (voir  Femme de plume en tutu).

Mais dans le contraste voulu entre cette féminité de gaze et de papier, et la masculinité métallique de ce poêle priapique, avec son tuyau à hauteur de sexe, métaphore, comme on voudra, d’érection ou  de pénétration.

Petit chat de compagnie et petit rat de l’opéra jouent semblablement avec le feu,

et se chauffent les poils près du brasier prêt à les dévorer.


sb-line

fritz-willis-minet

Le réchaud
Pinup de Fritz Willis

Dans la même thématique, cette pinup qui attend que sa collation soit chaude – cernée par les  deux symboles du bec de la théière et de la cheminée de la lampe – est manifestement devenue chatte, à en croire  les bords fourrés de sa nuisette.


sb-line

fritz-willis-minet-lait

Le chaton

Pinup de Fritz Willis, octobre 1962

Souvent chez Fritz Willis la pinup miniaturise, voire ridiculise, une effigie du mâle dominant : en l’occurrence  le chaton minuscule réduit aux lapements.

La métaphore féline fonctionne ici à contre-sexe : seul le bol de lait extériorise les appas de la donatrice.


sb-line

Olivia De BERARDINIS pinup

Pinup, Olivia De Berardinis

Toute en tension au bord du banc, jambes et  bras fermés, bouche bâillonnée et ventre piquant, toute l’attitude défensive de la dame est démentie par la  béatitude de sa chatte.


sb-line

tribute_to_chat_noir_poster_by_canchola
La tournée du Chat Noir
Poster de Alma Canchola

Cette intéressante reprise du matou célèbre de Steinlen destitue définitivement les vieilles métaphores galantes :  la femme assume sa totale félinité, la boisson chaude n’est plus un excitant, « Pauvre minet » est devenu « Heureux Felix », comblé de toutes les caresses : sans plus de mystères que sa queue en point d’interrogation.


Pas de commentaire to “Pauvre minet (XIX et XXème)”

Leave a Reply