Accueil » Interprétations » = THEMES = » - Pendants, Boilly » 3 Les pendants de Boilly : humour et caricature

3 Les pendants de Boilly : humour et caricature

En avançant dans sa carrière, Boilly se consacrera de plus en plus à des paires ou à des séries déclinant un même thème, souvent de manière humoristique ou caricaturale.


Boilly 1818 Le liberal grav Hulot CarolineLe Libéral (Jean qui rit) Boilly 1818 L'Ultra a mi-corps, pleure sa defaite aux elections d'octobre 1818 et le triomphe du parti liberal grav Hulot Caroline GallicaL’Ultra (Jean qui pleure)

Boilly, 1818 , gravure de Caroline Hulot

Ces deux études d’expression reprennent une classique opposition souvent traitée au XVIIème siècle dans les figures d’Epicure – le Philosophe qui rit – et de Démocrite – le Philosophe qui pleure (voir Pendants solo : homme homme). Le pendant transpose ces types dans le domaine politique : le Libéral, un jeune homme rieur inspiré d’un autoportrait de Boilly, se moque du vieux royaliste chauve, qui a perdu les élections d’octobre 1818 .


sb-line

Les Grimaces

Cette série, constituée de 93 lithographies éditées entre 1823 et 1828, connut un succès constant et apporta à l’artiste de quoi vivre à la fin de sa vie. Elle comporte quelques pendants, qui se passent de commentaires :

Boilly 1823 Consultation des medecins 1760 Les grimacesConsultation des médecins, 1723 Boilly 1823 Consultation des medecins 1723 Les grimacesConsultation des médecins, 1823

Boilly, 1823, Les Grimaces

Boilly 1824 La punition Musee National de l'Education Les grimacesLa punition VLa récompense

Boilly, 1824, Les Grimaces, Musée National de l’Education

Boilly 1824 Les petits ramoneurs Les grimacesLes petits ramoneurs Boilly 1824 Les savoyardes Les grimacesLes Savoyardes

Boilly, 1824, Les Grimaces

Boilly 1824 Les Oreilles percees Les grimacesLes Oreilles percées Boilly 1824 Les Papillottes Les grimacesLes Papillottes

Boilly, 1824, Les Grimaces

Boilly 1825 Les cornes Les grimacesLes cornes
Boilly 1825 La Frayeur Les grimacesLa frayeur 

Boilly, 1825, Les Grimaces

Boilly 1825 Les mangeurs d'huitres Les grimacesLes mangeurs d’huîtres Boilly 1825 Les mangeurs de glace Les grimacesLes mangeurs de glace

Boilly, 1825, Les Grimaces

Un hors d’oeuvre et un dessert qui se servent dans des récipients.

Boilly 1825 Les mangeurs de raisins Les grimacesLes mangeurs de raisins, 1825 Boilly 1826 Les mangeurs de noix Les grimacesLes mangeurs de noix, 1826

Boilly, Les Grimaces

Un fruit tendre et un fruit coriace.

Boilly 1826 Rejouissances publiques Depart pour et retour de la distribution Les grimaces

Réjouissances publiques : Départ pour et retour de la distribution
Boilly, 1826, Les Grimaces

Boilly 1825 ca La rosiere Les grimacesLa rosière Boilly 1825 ca La mariee Les grimacesLa mariée

Boilly, non daté, Les Grimaces



sb-line

Additions aux Grimaces (édition Aubert 1837)

VLa Bonne Nouvelle Boilly 1824 La Bonne Nouvelle Les grimaces AubertLa Bonne Nouvelle

Boilly, 1824

Boilly 1825 Le depart (du conscrit) Les grimaces AubertLe départ du conscrit Boilly 1825 Le retour (du conscrit) Les grimaces AubertLe retour du conscrit

Boilly, 1825

Sur le même thème, voir Départ et retour.



sb-line

Boilly 1825 ca Le second moisLe second mois Boilly 1825 ca Le neuvieme moisLe neuvième mois

Boilly, non daté, Les Grimaces

Fidèle à sa répugnance pour les histoires en deux temps, Boilly prend soin de nous montrer deux couples différents :

  • au second mois un mari brun fait respirer des sels à son épouse blonde en robe décolletée ;
  • au neuvième mois, un mari blond pose sa main sur le ventre rebondi de son épouse brune, emmitouflée.


Boilly 1807 La tendresse conjugale dessin coll priv1807, dessin

Boilly 1807 ca La tendresse conjugale coll priv1807-10, huile sur bois

La tendresse conjugale, Boilly,  collection privée

L’origine du thème est probablement ce dessin daté de 1807, qui montre le couple (et son chien) à la fin de la layette : l’épouse était en train de coudre la layette et l’époux attentionné en train de lui faire la lecture quand soudain le bébé a tressauté, attirant l’attention de tous.

Le tableau inverse les couleurs des chevelures, et montre l’épouse cette fois en robe décolletée.


Boilly 1790 ca A1 Le premier mois risdmuseum Rhode islandLe premier mois Boilly 1790 ca A1 Le neuvieme mois risdmuseum Rhode islandLe neuvième mois

Boilly, vers 1790 ?, Risd museum, Rhode island

Il existe un pendant peint avec le même sujet, que le site du musée date de 1790 (période où Boilly était surtout occupé à des sujets galants) : ce qui impliquerait qu’il aurait repris en caricature, 35 ans après, un pendant invendu traité sur le mode élégant : le flacon de sel est presque invisible et la femme du neuvième mois porte la même robe qu’au second.
Il serait plus logique que ce pendant, sorte de synthèse du dessin et du tableau, ait été réalisé après 1807.


sb-line

Boilly 1829 Diane et Medor Musee CarnavaletDiane et Médor Boilly 1829 Flore au Tombeau Musee CarnavaletFlore au Tombeau

Boilly, 1829, Musée Carnavalet

Dans ce pendant improbable, Boilly s’essaie, en version canine, à un pastiche des pendants mythologiques du siècle précédent.Mais c’est surtout une caricature de deux oeuvres de confrères sérieux :

Louis Hersent 1822 Ruth et Booz coll privRuth et Booz , Louis Hersent, 1822, collection privée Atala_au_tombeau,1808,Girodet_de_Roussy_-Trioson,_LouvreAtala au tombeau, Girodet de Roussy-Trioson, 1808, Louvre


Pendants non retrouvés

Les numéros sont ceux du catalogue de Harrisse [1] :

  • Levrette habillée à la grecque (367), Barbet en costume élégant (93) : vers 1797 (Satire des Incroyables)
  • Le Rendez-vous (472), La promenade (461)
  • La Toilette, La toilette (après N° 538, p 133)
  • Parc de Versailles (551), Le bassin des Suisses à Versailles (552)
  • La Porte Saint Denis (568), La Porte Saint Martin (569)
  • L’amitié filiale (865), Le sommeil de l’innocence (866)
  • La couturière (906), La modiste (1096)
  • La solitude (1160), L’innocence ?



Références :
[1] Henry Harrisse « L. L. Boilly, peintre, dessinateur, et lithographe; sa vie et son œuvre, 1761-1845; étude suivie d’une description de treize cent soixante tableaux, portraits, dessins et lithographies de cet artiste » https://archive.org/details/gri_33125003381288/page/n165

Aucun commentaire to “3 Les pendants de Boilly : humour et caricature”

Leave a Reply

(required)

(required)