- Le symbolisme du perroquet

Le perroquet est un exemple parfait de symbole à deux faces, selon qu’il se situe dans un contexte profane ou dans un contexte sacré. (1)


Face  Hide : un sacré gaillard !

 

« Comme le dit Aristote, il boit volontiers du vin, et est un oiseau excessivement luxurieux » (« ut dicit Aristoteles, vinum libenter bibit, et est avis luxuriosa nimium » ) Thomas de Cantimpré, dominicain  mort en 1270

« …semblant tantôt joyeux, tantôt triste, en simulant les gestes des amants, il semble avoir envie de copuler » (« et nunc laetanti similis, nunc delenti, gestus amantis praetendens, coïtum appetere videtur »)  Alexandre Neckham, mort en 1247

1465 Maitre E.S. Le Jardin d'amour

Le Jardin d’amour
1465, Maître E.S.

Cette réputation lui permet de figurer au dessus de deux des couples du Jardin d’Amour : à droite, un fou de cour, au crâne rasé et à la bourse proéminente, se permet de lire le billet doux destiné à la jeune femme ; au centre, un autre couple joue aux échecs, métaphore du combat amoureux et du pouvoir de la femme.

Un pigeon,  symbole d’amour fidèle, surplombe le couple de gauche où la jeune  femme tresse une guirlande, tandis que le jeune homme la contemple, une longue dague entre ses cuisses.

La présence insolite de la chouette signifie ici non pas  la sagesse, mais le péché (l’oiseau nocturne étant sensé fuir la lumière de Dieu). Comme elle servait d’appeau pour les oiseleurs, il se peut que, dans ce contexte, elle représente une sorte d’entremetteuse, prenant à témoin le spectateur de ces  divertissements amoureux  [2] .

Pour d’autres perroquets dans d’autres oeuvres du Maître ES, voir Une vielle histoire.


Le pochard luxurieux

« le vin surtout le met en gaité (in  vino praecipue lasciva) ».Pline
« il est grand parleur quand on lui fait boire du vin (loquatior cum biberit vino redditur) » Aristote

De plus, il n’aime pas l’eau :
« Il habite les côtes orientales ou indiennes. Il vit sur la montagne Gilboa, en raison de la sécheresse, car il meurt s’il pleut abondamment sur son plumage ». Physiologus


Face  Jekyll : un petit Ange !

 

Dans un contexte religieux, le perroquet est un symbole de l’Immaculée Conception.


van-eyck-kanonikus-van-der-paele-madonna-christuskind-papagei

La Madone au Chanoine Van der Paele (détail)
Van Eyck, 1434-36, Groeningemuseum, Bruges

Conrad de Wurtsbourg (mort en 1287) en donne une première raison : c’est un oiseau très propre et son plumage vert, jamais mouillé, est comparable à Marie, jamais touchée par le péché. Car les péchés roulent sur elle comme les gouttes d’eau sur son  plumage [7].  On disait également que la femelle perroquet fait son nid en direction de l’Orient, où il ne pleut pas, et ne peut donc pas être souillée par la boue.[3]

Mais pour la plupart des auteurs de traités zoologiques du Moyen Age, c’est parce que le perroquet était capable de prononcer le mot AVE qu’on le considérait comme le prophète de l’Annonciation : puisque l’Ave Maria avait déclenché la conception miraculeuse de la Vierge, il était logique que cette scène-culte de la parole  performative soit associée à notre spécialiste du Langage.


Une image christique

Le Physiologus et les premiers théologiens chrétiens voient une image christique dans la manière dont on apprend à parler à un perroquet. En effet, on place le perroquet devant un miroir, qu’il regarde, tandis que par derrière un homme lui parle. De même le Christ, bien qu’il soit le fils de Dieu, a pris forme humaine pour enseigner à l’homme la langue de Dieu :

« L’homme qui veut apprendre à parler à un oiseau
Se cache derrière un miroir, quand il enseigne.
Si l’oiseau se tourne vers la parole,
il voit sa propre image
et pense que c’est un ami qui lui parle…
Ainsi le Christ s’est transformé en un Etranger pour enseigner :
c’est à travers l’Homme qu’il a parlé à l’Homme. »

(Hymne d’Ephrem le Syriaque).

 


L’Eloquence, la Liberté d’Expression

 

Perroquet eloquence

Article Perroquet,Hieroglyphiques de Jean-Pierre Valerian, 1615 [4]


La facilité à apprendre

Princesse inconnue avec un perroquet Cercle de Frans Pourbus le Jeune 1620

Princesse inconnue avec un perroquet
Cercle de Frans Pourbus le Jeune, 1620, Collection privée [5]

Le tableau joue sur le mimétisme, en orange et vert, entre les tissus rutilants et le plumage de cet Amazone à tête jaune, une espèce renommée comme un des plus douées pour apprendre à parler. Outre son caractère d’objet d’importation luxueux, le perroquet a donc peut-être ici une valeur d’exemple, ou de récompense, pour une princesse incitée à être aussi brillante que lui.


Le Toucher

A cause de sa manière très particulière, pour un oiseau,  de manger en portant une griffe vers son bec, le perroquet était associé au sens du Toucher.


Wenzel von Olmutz, Lute Player, 1481-1500,  The British Museum,

 

Wenzel von Olmütz, La joueuse de Luth, 1481-1500, British Museum

Texte en allemand du Sud :
« och mich vrlaget zir dv gros mein libes lib noch dir das gelavb mr vor vns »



Lucas Cranach l ancien, Cardinal Albrecht von Brandenburg en Saint Jerome dans son Etude,1526, John and Mable Ringling Museum of Art, Sarasota, US detail

Lucas Cranach l ancien, Cardinal Albrecht von Brandenburg en Saint Jerome dans son Etude,

1526, John and Mable Ringling Museum of Art, Sarasota, US


Scorpius irata tactus dat vulnera cauda  allegorie des sens, le toucher Martin de Vos L attouchement. Recueil Recueil de figures de la Bible de Jean Mes Vers 1590-1591

« Scorpius irata tactus dat vulnera cauda »  Allégorie des sens, le Toucher : Recueil Recueil de figures de la Bible de Jean Mès
Martin de Vos, vers1590-1591


La pureté

Couder Louis Charles Auguste La captivite de Vert-Vert

Couder Louis Charles Auguste, vers 1830, La mort de Vert-Vert, Musée de Beauvais


Ce tableau s’inspire « du « spirituel et malicieux » poème « Vert-Vert » publié en 1734 par l’amiénois Jean-Baptiste Gresset (1709-1777), qui connut un grand succès, depuis sa parution jusqu’au milieu de XIXème siècle. Ce poème raconte l’odyssée d’un talentueux perroquet élevé dans la dévotion par les Visitandines de Nevers ; admiré pour son vocabulaire recherché, il est ainsi envoyé aux Visitandines de Nantes par la Loire. Au cours du voyage, il s’imprègne du langage grossier des bateliers et de certains passagers (moine paillard, filles de joie), qu’il s’empresse d’utiliser devant les sœurs de Nantes ; celles-ci, horrifiées par la verdeur des propos, le renvoient à Nevers, où les sœurs, après l’avoir jugé, le mettent en pénitence au cachot, le condamnant au jeûne, à la solitude et au silence. Enfin revenu à de meilleures manières, le volatile pécheur est alors pardonné, puis si généreusement récompensé qu’il meurt d’une indigestion de dragées, « bourré de sucre et brûlé de liqueur ». » [6]

 

Références :
[1] « Mémoire en Temps Advenir, Hommage À Théo Venckeleer » p 187 et suivantes.
[2] « Master E. S. and the Folly of Love », Keith P. F. Moxey, Simiolus: Netherlands Quarterly for the History of Art, Vol. 11, No. 3/4 (1980), pp. 125-148 http://www.jstor.org/stable/3780567
[3] « Animals as Disguised Symbols in Renaissance Art », Simona Cohen, 2008, p 50
[4] « Les hieroglyphiques de Ian-Pierre Valerian, vulgairement nomme Pierius autrement, commentaires des lettres et figures sacrées des Aegyptiens et autres nations, oeuvre réduicte en cinquante huict livres ausquels sont adjoincts deux autres de Coelius Curio, touchant ce qui est signifié par les diverses effigies et pourtraicts des dieux et des hommes, nouvellement donnez aux François par J. de Montlyard » Giovan Pietro Pierio Valeriano, 1615 https://books.google.fr/books?id=3L11ZUnWA_wC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false
[5] http://www.weissgallery.com/paintings/unknown-princess-parrot
[6] Voir le très intéressant site « papegaimuseum », surtout consacré à l’époque moderne http://www.cubra.nl/PM/Gresset_peinture.htm
[7] Wilhem Molsdorf, Christliche Symbolil der mittelaterlichn Kunst, Leipzig, Hieseramnn 1926, p 148 et 217)

One Comments to “- Le symbolisme du perroquet”

  1. Bonjour,
    J’ai beaucoup apprécié votre blog. Merci de partager vos connaissances !
    Je possède un portrait de jeune fille de peintre et d’origine inconnus, mais sans doute d’origine française. Il a peut-être été peint au XVIIIè siècle. La jeune fille âgée de 12-15 ans est habillée comme une dame et tient un perroquet dans la main gauche tout en tenant une patte d’un chien de l’autre main. Le chien la regarde mais les yeux de la jeune fille sont dirigés vers le spectateur.
    Que vous suggère le double symbolisme représenté par la présence de ces deux animaux dans le même tableau ? La fidélité ? Si vous m’écrivez je peux vous envoyer une photo du tableau.
    Merci d’avance pour les pistes à explorer.

Leave a Reply