Catégories

Caspar-David Friedrich

Quelques rares pendants montrent des paysages symboliques, dont la signification n’apparaît qu’en les accrochant comme il convient.

Durant ses années de formation à Copenhague, le jeune Caspar David Friedrich réalise une aquarelle représentant un belvédère dans un parc. Dessiné par toute autre personne, ce paysage anodin n’aurait rien pour retenir l’attention.

Il y avait à Klampenborg un belvédère qui offrait une magnifique vue sur la mer…

Le belvédère, dans l’esprit XVIIème imprégné d’influences maçonniques, pourrait bien recéler quelques intentions symboliques…

Essayer d’éclairer le passé à la lumière de l’avenir…

La clé était sur la porte… seule la porte manquait !

Ce petit tableau est l’archétype de la peinture réversible, oscillant au gré des commentaires entre la version matinale et la version vespérale.

Encore un tableau réversible !

Enfin un tableau non réversible, et une interprétation chrétienne irréfutable !

Enfin un tableau que tout le monde comprend !