Catégories

= PEINTRES =

Les expériences de Dürer avec son propre monogramme trouvent leur apogée dans les deux grandes gravures de 1514. Mais d’autres monogrammes atypiques ont précédé cette apothéose.

Au final, l’essentiel de la production Carrier-Belleuse a pour ressort l’érotisme.
Il est amusant de relever trois procédés permettant d’épicer un sujet sans tomber dans le trivial.

L’art de la Belle Epoque en a soupé du symbolisme : les métaphores de Pierre Carrier-Belleuse sont pour la plupart transparentes, et bien connues des amateurs depuis le XVIIème siècle. Article précédent : 2 Danseuses en combinaison Pierre Carrier-Belleuse, 1910 L’indiscret, Louis Leopold Boilly, vers 1795, Musée Cognacq-Jay Ainsi cette composition reprend, déguisés en Arlequins […]

Un lecteur du blog m’a récemment demandé des informations sur le portrait d’un jeune homme, par une peintre au monogramme étrange. C’est l’occasion de raconter, en quelques dates, le destin croisé de trois personnalités d’exception. Première histoire : entre Nüremberg et Lyon, en 1526 Autoportrait, 1500,Dürer, 1500, Alte Pinakothek, Münich Portrait de Willibald PirckheimerDürer, 1503, […]

Bref hommage à un disparu…

Campin (Robert) Annonciation 1.1 Un monument de l’Histoire de l’Art 1.2 A la loupe : le panneau central 1.3 A la loupe : les panneaux latéraux 2.1 1945 : Shapiro et suivants : la bataille des souricières 2.2 1957 Freeman : un chef d’oeuvre aux Cloisters 2.3 1969 : Minott épuise Isaïe 2.4 1970 : […]

Tel la conjecture de Fermat pour les amateurs de mathématiques, les Epoux Arnolfini est un monstre sacré auquel se sont frottés un jour ou l’autre beaucoup d’amateurs d’art, y compris les professionnels.

4 Le miroir de la Passion Alors que le reflet a suscité tant de commentaires, le cadre du miroir n’a pas intéressé grand monde. C’est pourtant un objet très exceptionnel, et qui en dit long. Article précédent : 2 Les époux dits Arnolfini 1 / 2 Une modification notable Réflectographie à infrarouges (détail) Le miroir, […]

L’étude des « Epoux » de Londres invite à se poser une question subsidiaire : leur lit aurait-il quelque chose à voir avec la mode du lit qui, à la même époque, envahit les Annonciations flamandes ?

Ces deux oeuvres extraordinaires que sont les Epoux de Londres et l’Annonciation du Louvre ne sont pas tout à fait uniques : elles se rattachent à une catégorie très fermée que j’ai découverte (ou inventée).