Catégories

= EN APARTE =

« Faire la figue »  (far la fica) consiste à glisser le pouce entre l’index et le majeur. Ce geste très méditerranéen de mépris et de raillerie remonte à la plus haute antiquité : on le trouve par exemple chez Juvenal :  « Pour lui, de la Fortune insultant la menace, il l’envoyait se pendre et lui faisait la figue. » […]

Dans de rares Nativités, Joseph s’occupe du feu.

Voici ce que Michel Pastoureau nous dit de ces deux matériaux, et de leur opposition symbolique.

Le Massacre des Innocents et la Fuite en Egypte : deux épisodes qui ne peuvent être compris que par référence à deux événements similaires, rapportés par l’Ancien Testament.

La progéniture de Vénus illustre, expérimentalement, combien l’idée de l’union des contraires, chez les Grecs, pouvait être complexe.

Pour comprendre la symbolique de ces Dieux en alchimie, il ne faut pas les prendre au sens vulgaire des métaux Cuivre et Fer, mais dans un sens « philosophique », c’est-à-dire réservé aux praticiens de l’Oeuvre.

Il est intéressant de comparer deux mythes classiques qui ont trait aux mystères de la génération : l’un est bien sûr celui de la naissance de Vénus ; l’autre, qui est tombé dans l’oubli après avoir fait l’objet d’un culte intense chez les Romains, est celui de la naissance d’Attis.

Introduire le Diable dans une Nativité, c’est un peu comme dissimuler le bouc de Trotski dans l’ombre de la casquette de Staline.