Catégories

Caravage

Imaginons deux personnages en toge faisant irruption dans un bar de la City, où cinq traders en costard-cravate énumèrent leurs stock-options. C’est l’idée-choc de Caravage

Le miroir inverse ce qu’il reflète : de la conversion à la transgression, voici quelques exemples de son pouvoir transformant.

A la toute fin du XVIème siècle, Caravage peint un jeune naïf pris en mains par une belle gitane. Tous les ingrédients qui, dans les années suivantes, feront le succès du thème, sont déjà là, magistralement mis en scène.

Un peintre rare, un sujet controversé, un tableau connu seulement par quelques spécialistes, car invisible aujourd’hui.
Et pourtant, un des sommets du caravagisme dans toutes ses dimensions : picturales, sexuelles et spirituelles…

Avant d’aborder l’épisode qui vaut à Thomas depuis deux mille ans une publicité quelque peu négative, voyons quelques images plus flatteuses que les peintres nous ont laissées de lui.

Ceux qui croient à la résurrection, ainsi que ceux qui n’y croient pas, peuvent sauter à la page suivante. Les autres trouveront quelque intérêt à cette analyse de doutes…

Deux sens qui, au moins autant que Jésus et Thomas, sont les deux protagonistes de l’épisode…

Une histoire forte et frappante a souvent, comme les tremblements de terre, des répliques plus faibles et moins connues. C’est ainsi que le personnage rugueux de Thomas s’est trouvé réincarné en une sceptique en jupons.