Catégories

= ICONOGRAPHIE =

L’iconographie de la Vision d’Auguste est si spécifique qu’il est possible d’en suivre, sur deux quatre siècles, le développement et la diffusion. Voyons d’abord la forme orginelle sous laquelle elle est apparue.

Le terme de « donateur in abisso » a été introduit par A.Chastel pour désigner le cas très particulier de tableaux d’autel où le donateur apparaît au tout premier plan, mais vu à mi-corps, voire réduit à sa seule tête, comme s’il était situé en contrebas de la scène.

Cette formule ne s’est jamais développée, sans doute parce que mettant trop à l’épreuve l’humilité des donateurs. Elle apparaît sporadiquement, trop rarement pour qu’on puisse établir des filiations.

Dans cette iconographie très particulière, les donateurs sont pratiquement toujours à gauche. Pourquoi ?

Prier devant une statue : dans cette situation, la convention quasi-systématique, aux XIIIème et XIVème siècles, est que la statue se situe à droite. ET parfois, la statue répond à la prière…

Dans ces exemples exceptionnels, l’image contient un texte, qu’elle commente ,
et autour duquel elle s’organise.

 Le Don au Christ en Majesté Avant d’aborder le sujet du don à la Madone, voyons un cas beaucoup plus tranché, mais aussi beaucoup plus rare : le donateur en présence du Christ en Majesté La position d’invitation   Le Christ Pantokrator et un empereur byzantin Mosaïque fin 9ème début 10ème siècle, Sainte Sophie, Istambul « L’empereur […]

Une iconographie particulière se prête à l’insertion de portraits privés dans une scène sacrée, sans qu’il soit question à proprement parler de « donateurs » : c’est celle des Vierges au manteau et des Vierges de miséricorde.

Commençons par mettre à part le cas où le donateur se présente en face de la Madone mais où, la scène étant vue de profil, il apparaît pour le spectateur à gauche ou à droite de la Madone : dans ce cas, l’ordre héraldique ne joue pas.

Pourquoi n’a-t-on pratiquement jamais représenté comme ronde la pierre qui fermait le tombeau de Jésus ?