Catégories

Interprétations

Ce manuscrit exceptionnel expérimente dans ses marges la formule des collections d’objets en trompe l’oeil, qui deviendra un standard des enlumineurs flamands.

C’est seulement à partir de 1470 que l’enluminure ganto-bourgeoise (Bruges et Gand) va explorer et déployer le cadre dans toutes les directions. Ce chapitre d’introduction est un aperçu rapide sur les différents usages des bordures dans cette école.

Cet effet spectaculaire et théâtral est surtout connu  par deux miniatures très célèbres des Heures de Marie de Bourgogne, qui montrent, en avant de la bordure, l’espace privé de la donatrice, avec elle et sans elle. Mais il en existe au moins un prototype, quelques années avant, dans les Heures de Charles de France.

Voici, à travers quelques manuscrits prestigieux, un florilège des différentes manières d’exploiter cette zone-tampon entre la page et l’image que constitue la bordure.

Ces bordures sont particulièrement irritantes, car on ne sait pas distinguer celles qui recèlent un message et celles qui sont purement décoratives : aussi les historiens d’art évitent en général d’en parler

Un motif révélateur des contraintes multiples que les enlumineurs affrontaient.

Entre 1480 et 1550, quelques portraits de couple germaniques tranchent par leur originalité, notamment l’inversion héraldique. 

Un lecteur du blog m’a récemment demandé des informations sur le portrait d’un jeune homme, par une peintre au monogramme étrange. C’est l’occasion de raconter, en quelques dates, le destin croisé de trois personnalités d’exception. Première histoire : entre Nüremberg et Lyon, en 1526 Autoportrait, 1500,Dürer, 1500, Alte Pinakothek, Münich Portrait de Willibald PirckheimerDürer, 1503, […]

– Le principe du Speculum humanae salvationis (Miroir de l’Humaine Salvation) est de mettre en parallèle une scène du Nouveau Testament (« antitype ») et trois épisodes qui la préfigurent (« types »). Ce court article s’intéresse aux illustrations du chapitre XL [1]., particulièrement intéressantes d’un point de vue graphique et théologique : l’antitype est le Jugement dernier (Mathieu […]

Bref hommage à un disparu…